CONSULAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pacification extérieure

À l'avènement du Consulat, la France était en guerre avec l'Europe comme avec elle-même. La paix extérieure n'était pas moins urgente que la pacification intérieure. La lutte des coalitions contre la Révolution durait depuis sept ans et demi. L'Angleterre semblait ne pouvoir se résoudre à l'occupation d'Anvers et, sur le continent, le grand adversaire demeurait l'Autriche appuyée par la Russie. La disparition de la Pologne, l'éclipse de la Suède, la rupture avec la Turquie privaient la République de ses alliés traditionnels à l'est au moment où la Russie faisait une entrée en force dans les affaires occidentales. Mais si la puissance de la Russie était colossale, comparée à celle des États européens, son souverain Paul Ier, héritier de la Grande Catherine, était mentalement instable.

La pacification du continent

Avant de jouer la carte russe, Bonaparte s'adressa tour à tour à l'Angleterre et à l'Autriche pour leur faire des offres de paix. Il se heurta à des réponses négatives ou dilatoires. Deux négociations pouvaient alors être envisagées : ressusciter contre l'Autriche l'alliance turque de François Ier, ou bien choisir l'alliance prussienne à l'exemple de Louis XV. Malheureusement Descorches de Sainte-Croix, envoyé à Constantinople pour y négocier l'occupation de l'Égypte, voit sa mission rendue sans objet par la capitulation des forces françaises à El-Arich. Quant à Berlin, où Bonaparte envoie Duroc puis Beurnonville, Frédéric-Guillaume ne se montre pas hostile à un rapprochement, mais son ministre Haugwitz n'offre finalement que la médiation de la Prusse.

Coup de théâtre : Kléber, dont la capitulation à El-Arich n'a pas été reconnue par les Anglais, remporte la victoire d'Héliopolis. Pour sauver la conquête égyptienne à laquelle le consul – poursuivant son vieux rêve oriental – accorde une particulière importance, il ne faut plus discuter mais dicter la paix. C'est la seconde campagne d'Italie.

Une manœuvre audacieuse, le passage du Grand-Saint-Bernard, qui rappelle Hannibal, permet à Bonaparte de tourner l'armée autrichienne. La bataille de Marengo, le 14 juin 1800, mal commencée, finit bien grâce à l'arrivée de Desaix. Mais elle ne signifie pas la fin de la guerre : la partie décisive se joue aux portes de Vienne, à Hohenlinden, où triomphe Moreau le 3 décembre.

Son traité de subsides avec l'Angleterre interdisait à l'Autriche toute paix séparée avant février 1801. De là les retards dans les conférences qui s'ouvrent à Lunéville en octobre 1800 et le fait que les négociateurs ne tomberont d'accord que le 9 février 1801. François II reconnaît à la France l'extension de son territoire à la limite du Rhin jusqu'à la frontière de son alliée batave et ratifie tous les changements entraînés par ses victoires. En revanche, l'Autriche garde la Vénétie, l'Istrie et la Dalmatie. Ainsi le traité de Lunéville assure-t-il la pacification du continent en effectuant une sorte de partage de l'Europe méridionale entre Paris et Vienne.

La fragile paix d'Amiens

Restait l'Angleterre, agrandie de l'Irlande par l'Acte d'union du 5 février 1800. Malgré la suprématie de ses flottes, la conquête des colonies que possédaient la France et la Hollande, ses principales rivales, la fructueuse contrebande avec les colonies d'Amérique espagnole, la prise imminente de l'Égypte et les progrès de Wellesley aux Indes, l'Angleterre s'inquiète du nouveau prestige de la France qui marque ses propres élites. Pour sa part, Bonaparte n'ignore pas qu'il ne peut vaincre son adversaire sans avoir la maîtrise des mers. Aussi fait-il conclure le 1er octobre 1800, à Saint-Ildefonse, un pacte secret avec l'Espagne : moyennant la promesse pour la branche cadette, représentée par l'infant, duc de Parme, d'un royaume italien formé de la Toscane et des Légations, il obtient la Louisiane et six navires de guerre. La veille a été signé avec les États-Unis le traité de Mortefontaine qui établit entre les deux républiques « une paix ferme, inviolable et universelle ». Bonaparte esquisse aussi un rapprochement avec le tsar auquel il renvoie les prisonniers russes équipés de neuf. Paul Ier met sur pied en décembre 1800 une Ligue des Neutres (Suède, Danemark, Prusse) : elle ferme par l'occupation de Hambourg et du Hanovre les débouchés essentiels du commerce britannique. Cette période est marquée par une activité diplomatique intense des agents français : le traité d'Aranjuez confirme, le 21 mars 1801, les stipulations de Saint-Ildefonse ; par celui de Florence, le 29 mars, le roi de Naples cède l'île d'Elbe à la France et ferme ses ports aux Anglais ; à l'instigation de Paris, le ministre espagnol Godoy livre au Portugal soumis à l'influence britannique la courte « guerre des oranges » ; enfin, des accords sont conclus avec Alger, Tunis et Tripoli.

L'inquiétude des « océanocrates » s'accroît d'autant plus que leur industrie traverse une crise et que de mauvaises récoltes rendent des importations de grains indispensables en Angleterre. Malgré l'assassinat de Paul Ier et le bombardement de Copenhague par la flotte britannique qui précipitent la dissolution de la Ligue des Neutres, le nouveau secrétaire au Foreign Office, Hawkesbury, est décidé à traiter avec la France. Au terme de négociations orageuses, la paix d'Amiens est signée le 25 mars 1802 par Cornwallis et Joseph Bonaparte.

La paix d'Amiens

Photographie : La paix d'Amiens

Devant Portman Square, la résidence de l'ambassadeur de France à Londres, la foule s'est rassemblée pour fêter la paix d'Amiens (1802) qui met fin aux hostilités entre la France et l'Angleterre. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Paix précaire en réalité, Sheridan, reprenant aux Communes un mot de Burke qui voyait en 1790 « un vide à la place de la France sur la carte de l'Europe », s'exclamait : « Regardez maintenant cette carte, on n'y aperçoit partout que la France ! » C'est dire que l'attention de l'Angleterre restait en éveil devant les visées expansionnistes du Premier consul, notamment en Méditerranée. En avril 1803 c'est à nouveau la rupture ; la guerre, cette fois, ne se terminera qu'à Waterloo.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences

Classification

Autres références

«  CONSULAT  » est également traité dans :

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire.17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens.15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII.20 mai 1802 […] Lire la suite

BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 546 mots
  •  • 1 média

Fils d'un magistrat de Pau, engagé à dix-sept ans, sergent-major en 1788 et connu alors sous le sobriquet de « Belle Jambe », Bernadotte prend ses grades dans les armées de la Révolution, devient le lieutenant de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse puis de Bonaparte à l'armée d'Italie. Ambassadeur à Vienne pendant deux mois en 1798, il y rencontre Beethoven et lui conseille de consacrer une symph […] Lire la suite

BONAPARTE LUCIEN (1775-1845)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 333 mots

Quand il s'enflamme pour les idées révolutionnaires et signe Brutus Buonaparte ses missives, Lucien n'est encore qu'un adolescent ; au début de 1793, il inspire à la Société populaire de Toulon une lettre à la Convention qui entraînera le décret contre Paoli, décret à la suite duquel Paoli fera appel à l'Angleterre. En 1799, président du Conseil des Cinq-Cents, Lucien, par sa présence d'esprit, pe […] Lire la suite

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

CAMBACÉRÈS JEAN-JACQUES RÉGIS DE (1753-1824) deuxième consul (1799-1804) archichancelier d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 624 mots

Né à Montpellier d'une famille de noblesse de robe, conseiller à la cour des aides de Montpellier en 1774, président du tribunal criminel de l'Hérault en 1790, Cambacérès arrive à Paris, député de son département à la Convention, comme juriste compétent, bon vivant notoire et révolutionnaire prudent ; tel il restera durant toute sa vie. Il siège au Marais, vote la mort de Louis XVI en termes volon […] Lire la suite

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite

CHAPTAL JEAN ANTOINE (1756-1832)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 903 mots

« La Révolution qui s'effectue est une belle chose ; mais je voudrais qu'elle fût arrivée il y a vingt ans. Il est fâcheux de se trouver dessous, quand on démolit une maison, et voilà notre position », écrivait Chaptal en octobre 1789. De la maison démolie, il saura pourtant tirer les matériaux d'un bel édifice personnel : exemple typique de ces bourgeois, plus nombreux qu'on ne le croit, qui ne s […] Lire la suite

CHOUANNERIE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 676 mots

Dans le chapitre « Les échecs de la chouannerie organisée »  : […] La deuxième phase commence dès juin 1795, avec le débarquement de troupes d'émigrés et d'Anglais à Quiberon, sous le commandement de Puisaye et d'Hervilly, entraînant une reprise des combats. L'échec de l'opération, dû aux multiples incompréhensions dans le camp contre-révolutionnaire, ne signe pas la fin de la chouannerie. Hoche, vainqueur à Quiberon, réussit certes à obtenir une deuxième paix, […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

CONCORDAT DE 1801

  • Écrit par 
  • Jean LEFLON
  •  • 4 340 mots

Dans le chapitre « La pacification religieuse »  : […] « Lorsque je saisis le timon des affaires, affirme Napoléon dans ses Mémoires de Sainte-Hélène , j'avais déjà des idées arrêtées sur les éléments qui cohésionnent la société. J'avais pesé toute l'importance de la religion. J'étais persuadé et j'avais résolu de la rétablir. » Mais force lui fut de surseoir, car son pouvoir mal affermi devait ménager l'anticléricalisme persistant des milieux politiq […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er mars 2021 Allemagne – Arabie Saoudite. Dépôt d'une plainte contre Mohammed ben Salman.

La plainte vise la persécution des journalistes par le régime saoudien, comme notamment l’assassinat de Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018. Trente-quatre journalistes sont actuellement emprisonnés dans le royaume selon RSF. […] Lire la suite

26 février 2021 États-Unis. Mise en cause du prince saoudien Mohammed ben Salman dans l'assassinat du dissident Jamal Khashoggi.

La direction du renseignement national publie une note fondée sur un rapport de la CIA, qui met en cause la responsabilité du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman dans l’assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat de Riyad à Istanbul, en octobre 2018. Cette note indique que « le contrôle absolu de l’organisation de sécurité et de renseignement » que détient le prince héritier « rend hautement improbable que les responsables saoudiens aient effectué une opération de cette nature sans [son] autorisation ». […] Lire la suite

11 novembre 2020 Arabie Saoudite. Attentat anti-occidental à Djeddah.

Fin octobre, un garde du consulat de France à Djeddah avait été blessé à l’arme blanche, lors des manifestations contre la position de la France sur la publication des caricatures de Mahomet.  […] Lire la suite

7 septembre 2020 Arabie Saoudite. Annulation des peines de mort prononcées pour le meurtre de Jamal Khashoggi.

Un tribunal de Riyad annule les peines de mort prononcées en décembre 2019 à l’encontre des cinq auteurs de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans les locaux du consulat saoudien d’Istanbul. La commutation de ces peines en condamnations à vingt ans de prison est le résultat du pardon accordé en mai aux cinq hommes par les fils de Jamal Khashoggi. […] Lire la suite

1er-31 juillet 2020 États-Unis – Chine. Exacerbation des tensions bilatérales.

Le 22, Washington ordonne la fermeture du consulat chinois de Houston (Texas). Cette décision, sans précédent depuis l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays en 1979, est justifiée par la volonté de « protéger la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains ». Le 24, en représailles, Pékin ordonne la fermeture du consulat américain de Chengdu (Sichuan). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel DUNAN, « CONSULAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat/