BONAPARTE LUCIEN (1775-1845)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quand il s'enflamme pour les idées révolutionnaires et signe Brutus Buonaparte ses missives, Lucien n'est encore qu'un adolescent ; au début de 1793, il inspire à la Société populaire de Toulon une lettre à la Convention qui entraînera le décret contre Paoli, décret à la suite duquel Paoli fera appel à l'Angleterre. En 1799, président du Conseil des Cinq-Cents, Lucien, par sa présence d'esprit, permettra à Napoléon de réussir son coup d'État ; bientôt ministre de l'Intérieur, il met en place la plupart des préfets du Consulat ; mais il doit abandonner son portefeuille pour avoir prématurément lancé l'idée de transformer le Consulat en monarchie héréditaire. Après la mort de sa première femme, la charmante Christine Boyer, il épouse en 1803 Alexandrine de Bleschamp, veuve d'un spéculateur ruiné, et lui restera attaché avec une fidélité assez étonnante chez un Bonaparte ; Napoléon, furieux de cette mésalliance, l'exclut de la succession au trône ; Lucien s'en va vivre familialement à Rome où Pie VII lui confère le titre pontifical de prince de Canino. Napoléon sait très bien que Lucien est le plus intelligent et le plus énergique de ses frères ; en 1807, il le fait venir à Mantoue pour chercher une réconciliation, mais l'entrevue est un échec : Lucien refuse de sacrifier sa femme à une carrière, et même à un trône, et Napoléon ne parvient pas à comprendre qu'une femme puisse avoir tant d'importance dans une vie. En 1810, Rome annexée à l'Empire, Lucien veut s'embarquer pour l'Amérique ; capturé en mer par les Anglais, interné, il ne revient qu'en 1814 à Rome où il écrit ses Mémoires. Aux Cent-Jours, il vient rejoindre Napoléon et tente en vain de sauver la couronne impériale après Waterloo. Il achève ses jours en Italie, laissant une œuvre littéraire encore plus importante que celles de ses frères.

—  Jean MASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONAPARTE LUCIEN (1775-1845)  » est également traité dans :

DIX-HUIT BRUMAIRE AN VIII (9 nov. 1799)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 644 mots

La Révolution française s'est achevée sur un coup d'État militaire, les 18 et 19 brumaire an VIII (9 et 10 nov. 1799). La Constitution de 1795, qui fondait le Directoire, ayant fait faillite, il importait de la modifier. Regroupé autour de Sieyès, un parti révisionniste souhaite un renforcement du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dix-huit-brumaire-an-viii/#i_22895

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « BONAPARTE LUCIEN - (1775-1845) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-bonaparte/