BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un magistrat de Pau, engagé à dix-sept ans, sergent-major en 1788 et connu alors sous le sobriquet de « Belle Jambe », Bernadotte prend ses grades dans les armées de la Révolution, devient le lieutenant de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse puis de Bonaparte à l'armée d'Italie. Ambassadeur à Vienne pendant deux mois en 1798, il y rencontre Beethoven et lui conseille de consacrer une symphonie à Bonaparte. Ministre de la Guerre en 1799, il refuse de participer au 18-Brumaire. Bonaparte le ménage, car Bernadotte a épousé Désirée Clary, ancienne fiancée du Premier consul, et se trouve ainsi le beau-frère de Joseph Bonaparte ; il est presque membre de la « famille » — ce qui ne l'empêche pas de multiplier les intrigues, quitte à désavouer ses affidés dès que les choses tournent mal.

Les principaux exploits militaires de Bernadotte dans les années glorieuses sont les suivants : en 1805, il ne sert que peu à Austerlitz ; en 1806, il reste inactif à quelques kilomètres d'Auerstaedt où Davout (qui l'avait en vain appelé à l'aide) remporte seul la victoire ; en 1807, il ne rejoint le gros de l'armée que quarante-huit heures après Eylau, malgré les ordres exprès de Napoléon ; en 1809, il commande à Wagram le corps des Saxons qui se débandent, puis leur attribue tout le mérite de la victoire dans un ordre du jour ronflant. Cette fois Napoléon le casse de son commandement.

Il noue encore quelques intrigues, qui tournent mal, avec Fouché pendant l'été de 1809. Et puis l'inlassable activité du prince de Ponte-Corvo (prince à titre civil, car Napoléon n'a pu ni voulu lui donner aucun duché à titre militaire pour célébrer ses faits d'armes) va trouver enfin un champ à sa mesure : il avait pris soin de ménager ses adversaires suédois dans la campagne de 1806-1807 en Poméranie ; en 1810, il réussit à se faire élire prince héréditaire de Suède avec promesse de succession au trône, et extorque non sans mal le consentement de Napoléon méfiant, en lui jurant une loyauté indéfect [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)  » est également traité dans :

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 726 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Renouveau du sentiment national (1807-1814) »  : […] l'allégeance de la Norvège à Christian Auguste d'Augustenbourg, héritier de Charles XIII, roi de Suède, mais la mort du prince la même année (1810) fit échouer ce projet. Dans ces conditions, le traité de Kiel entre la Suède et le Danemark (14 janv. 1814), qui donnait la Norvège à Bernadotte, régent et futur roi de Suède, offusque les Norvégiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_33797

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 815 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le retour à la paix et la naissance de la Suède moderne (1809-1914) »  : […] Le 21 août 1810, le Riksdag choisit à Örebro le maréchal Bernadotte comme prince héritier sous le nom de Charles Jean (Carl Johan), Charles XIII étant sans enfant. Loin de rechercher à l'Est une revanche, avec l'appui de Napoléon, comme l'espérait l'opinion suédoise, Charles Jean […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_33797

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844) - , roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernadotte-charles-xiv/