CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs.

Né à Auray (Morbihan), Cadoudal, fils de paysan aisé, qui s'apprêtait à devenir clerc de notaire et avait manifesté dans un premier temps sa sympathie pour les patriotes, va, au nom de la défense de la religion catholique, entrer peu à peu dans l'opposition à la Révolution. Incarcéré une première fois en 1793, il gagne la Vendée dès qu'il est libéré, pour participer aux combats dans la Grande Armée catholique et royale, en compagnie d'autres Bretons. Il suit les Vendéens jusque dans la Virée de Galerne, qu'il abandonne après les batailles terribles du Mans et de Savenay (23 décembre 1793). De retour en Bretagne, il est d'abord emprisonné quelque temps à Brest en même temps que sa famille, puis libéré à la suite du 9-Thermidor (27 juillet 1794), avant de rejoindre définitivement la clandestinité contre-révolutionnaire.

Entré en « chouannerie », il dirige les groupes qui tiennent la côte du Morbihan, et en fait son fief à partir duquel il résiste d'abord aux républicains, mais aussi au chef chouan Puisaye, qui tente d'unifier la chouannerie sous son autorité. Cadoudal, qui refuse tout compromis avec les républicains, s'oppose notamment aux négociations de 1795 ; il continue la guerre, alors que les autres chefs chouans signent un traité de paix précaire avec les républicains (La Mabilais, avril 1795).

Cette obstination lui permet d'être à la tête de la plus forte armée chouanne lors du débarquement de Quiberon (juin-juillet 1795), soit environ quinze mille hommes, qu'il entraîne pour appuyer l'installation des troupes émigrées et anglaises. C'est lui qui, avec Tinténiac, s'engage [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  CADOUDAL GEORGES (1771-1804)  » est également traité dans :

ENGHIEN LOUIS ANTOINE HENRI DE BOURBON duc d' (1772-1804)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 666 mots

Dernier descendant de la maison de Condé, le duc d'Enghien émigra avec sa famille dès les premières heures de la Révolution. De 1792 à 1801, il s'illustre dans toutes les campagnes menées par l'armée de Condé formée par son grand-père. Le refrain chanté par ses soldats le dépeint mieux qu'un portrait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-antoine-henri-de-enghien/#i_22891

PICHEGRU JEAN CHARLES (1761-1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 520 mots

Fils d'un cultivateur du pays d'Arbois, Pichegru parvient très jeune à devenir répétiteur de mathématiques à Brienne ; il s'engage comme soldat en 1780 (contrairement à la légende, Napoléon n'aura donc guère eu le temps de profiter de ses connaissances mathématiques) et fait la guerre d'Amérique. Sergent-major en 1789, il milite avec ardeur au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-charles-pichegru/#i_22891

Pour citer l’article

Jean-Clément MARTIN, « CADOUDAL GEORGES - (1771-1804) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cadoudal/