CHURCHILL WINSTON (1874-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vingt ans avant sa mort, Winston Leonard Spencer Churchill est entré dans l'histoire du peuple britannique, à l'instant même où, la guerre terminée, le verdict des élections, par un étrange paradoxe, l'éloignait du poste de Premier ministre. Pour les Anglais, il est l'égal du second Pitt, parce que sa gloire est d'avoir triomphé du nazisme, tout comme son illustre prédécesseur avait affronté Napoléon. Les historiens ont consacré sa légende, et les Mémoires de son médecin personnel, lord Moran, publiés au lendemain de sa mort, firent scandale parce que l'auteur imputait les erreurs de l'homme d'État à la maladie et au caractère de celui-ci.

Pourtant, à la fin d'une carrière politique qui commence avec le siècle et sera la plus longue de l'histoire britannique, Churchill n'aurait sans doute laissé qu'un souvenir marginal sans ses cinq années de leadership national (1940-1945) qui amenèrent la Grande-Bretagne et l'empire à la victoire. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, malgré une présence parlementaire et ministérielle mouvementée, il paraissait définitivement écarté des conseils gouvernementaux du Parti conservateur et sa vie publique se soldait par un échec. Après la guerre et une expérience travailliste difficile, il revient au pouvoir à la tête des conservateurs (1951-1955), sans qu'on puisse affirmer que ce dernier principat ait marqué l'efficacité du gouvernement britannique.

Winston Churchill le jour de la victoire

Photographie : Winston Churchill le jour de la victoire

Photographie

Le Premier ministre britannique Winston Churchill (1874-1965) dans Whitehall, le 9 mai 1945, jour de la victoire. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Churchill, en effet, a été surtout un leader de guerre, dans la tradition de Lloyd George ou de Clemenceau. L'étonnant divorce entre le héros national du temps de crise et le politique discuté des jours ordinaires tient pour beaucoup à ce qu'il fut le dernier héritier de l'époque victorienne et de la grandeur britannique dans un monde qui a consacré la décadence de l'establishment et le déclin de l'Angleterre. En témoignent aussi bien sa personnalité que sa politique et le rôle qu'il a joué dans l'histoire politique et sociale du Royaume-Uni.

Une vigoureuse personnalité

Churchill (né à Blenheim Palace, dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Winston Churchill le jour de la victoire

Winston Churchill le jour de la victoire
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Boers au combat

Boers au combat
Crédits : Van Hoepen/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Churchill à Lille

Churchill à Lille
Crédits : Hulton Getty

photographie

Balfour et Churchill

Balfour et Churchill
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sciences politiques à l'université de Bordeaux-I

Classification

Autres références

«  CHURCHILL WINSTON (1874-1965)  » est également traité dans :

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande . Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. La capitulation d […] Lire la suite

ATTLEE CLEMENT (1883-1967)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 854 mots
  •  • 2 médias

D'origine bourgeoise, éduqué à Oxford, professeur à la London School of Economics de 1913 à 1923, Clement Attlee est l'homme de la première véritable expérience socialiste en Grande-Bretagne de 1945 à 1951. Entré dans le Labour Party après avoir adhéré à l'organisation néo-libérale de l'Union pour un contrôle démocratique, il entre au Parlement en 1922 et restera député jusqu'en 1955. Il acceptera […] Lire la suite

CONSERVATEURS, Royaume-Uni

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  • , Universalis
  •  • 1 418 mots
  •  • 4 médias

L'un des grands partis politiques britanniques, dont le nom apparaît vers 1836 pour succéder au traditionnel terme « tory ». Dès la naissance du parti, Robert Peel lui fixe l'objectif d'associer classes moyennes et supérieures et de favoriser les évolutions qui ne compromettraient pas les fondements de l'ordre et de la vie nationale. Constamment attentif à l'importance des problèmes sociaux et sol […] Lire la suite

DARDANELLES EXPÉDITION DES (mars-déc. 1915)

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 349 mots
  •  • 1 média

Afin de rouvrir, par le Bosphore et la mer Noire, des communications faciles avec la Russie, les Britanniques (sous l'impulsion de Winston Churchill) ont imaginé, dès la fin de 1914, de porter un coup décisif à Constantinople. Il leur faut d'abord forcer le détroit des Dardanelles par une opération navale à laquelle la France accepte de participer. Malheureusement cette opération, décidée en janvi […] Lire la suite

EDEN sir ROBERT ANTHONY (1897-1977)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 716 mots
  •  • 1 média

Devenu le premier comte d'Avon en 1961, Anthony Eden a marqué l'histoire de son temps par un rôle politique majeur à la tête de la diplomatie, puis des affaires de l'État britannique. Membre du Parti conservateur, sa première consécration gouvernementale lui vient en 1935 : Baldwin démontre alors sa volonté de favoriser les jeunes talents en lui confiant un « ministère sans portefeuille pour les a […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impératif de la réconciliation »  : […] Si la notion d'unité européenne ne s'est pas trouvée totalement discréditée durant cette période des plus sombres, c'est que, dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, une tout autre conception s'est développée. Ainsi, le 7 juillet 1944, à Genève, une Déclaration des résistances européennes appelait à la création d'une union fédérale et disait notamment : « Seule une union fédérale permettr […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 636 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « De Londres à Paris »  : […] Des mois durant, il est Charles-le-Seul, dans ce Londres d'où partent plus d'officiels français qu'il n'y en arrive. La destruction de la flotte française mouillée dans la rade de Mers el-Kébir, le 3 juillet, bien que de Gaulle ait su exprimer dignement « la douleur et la colère » du peuple français, accroît encore les amertumes et les méfiances. Il faudra bâtir la France libre avec des capitaine […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le discours de Fulton »  : […] On a souvent dit que le coup d'envoi de la guerre froide avait été donné par Winston Churchill dans son discours du 5 mars 1946 à Fulton (Missouri). Se déclarant convaincu que les Russes « ne respectaient que la force », il invitait « les peuples de langue anglaise à s'unir d'urgence pour enlever toute tentation à l'ambition ou à l'aventure ». Bien qu'il ne fût plus Premier ministre, il parlait a […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « 1947, l’année de la rupture »  : […] L’expansion soviétique en Europe et au Moyen-Orient précipite la rupture. En Iran, tout d’abord, les Russes poussent les Kurdes à la révolte, puis occupent l’Azerbaïdjan, tandis qu’ils revendiquent de partager le contrôle des détroits avec la Turquie, et que les communistes grecs tentent de s’emparer du pouvoir. Mais c’est surtout en Europe de l’Est que la poussée est la plus marquée. L’installati […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les opérations de diversion »  : […] Simultanément, les deux coalitions tentèrent l'expérience Winston Churchill voulait frapper le sultan ; il avait avec lui Aristide Briand , bientôt président du Conseil des ministres et ceux que, de chaque côté de la Manche, on appelait les « Orientaux ». Ils l'emportèrent sur le haut commandement, mais celui-ci ménagea tellement son aide que l' expédition des Dardanelles se solda par un échec cu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Royaume-Uni. Victoire électorale des conservateurs et formation d'un gouvernement de coalition. 6-29 mai 2010

du Lib-Dem. En guise de compromis, David Cameron accepte notamment d'organiser un référendum sur la réforme du système électoral uninominal à un tour qui défavorise les petits partis. Il s'agit du premier gouvernement de coalition depuis le cabinet de guerre formé par Winston Churchill et Clement Attlee […] Lire la suite

Pour citer l’article

Albert MABILEAU, « CHURCHILL WINSTON - (1874-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/winston-churchill/