BALFOUR ARTHUR JAMES comte de (1848-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État britannique, Arthur James Balfour est né dans une famille de la gentry, petit-fils d'un marquis de Salisbury ; esprit brillant, d'abord attiré par les lettres et la philosophie, il fut l'auteur d'ouvrages métaphysiques comme les Fondements de la foi (1895). Il est progressivement amené à l'action politique sous l'influence de son oncle, lord Salisbury. Entré au Parlement en 1874, il doit à ses qualités intellectuelles et à sa parentèle de se faire remarquer au sein du Parti conservateur. Attiré par le programme de démocratisation du parti soutenu par Randolph Churchill, il sait garder ses distances et ménager la coterie opposée au projet. Ministre en 1884 et en 1886, il se voit confier des charges de seconde importance ; en 1887, il accède au cabinet proprement dit avec la charge de ministre responsable des Affaires d'Irlande : alliant la fermeté envers les auteurs de violences à une action sociale réformatrice, il fait de ce ministère le tremplin de sa carrière ultérieure et devient, en 1891, leader de la Chambre des communes et premier lord de la Trésorerie. Il retrouve ces fonctions en 1895, après l'intermède libéral. En juillet 1902, après la démission de son oncle, il est sans difficulté désigné comme Premier ministre du Royaume-Uni. Ses trois années de gouvernement s'avèrent difficiles : combattu par une large fraction de l'opinion publique pour des faits de politique intérieure (subventions aux écoles libres, indemnisation des propriétaires de débits de boissons alcooliques privés de leur licence), il doit faire face à la grave décision de Joseph Chamberlain de faire campagne pour un protectionnisme douanier ; sa politique extérieure active, son choix en faveur de l'Entente cordiale avec la France, le renouvellement de l'alliance en 1905 avec le Japon ne le sauvent pas d'une impopularité certaine. En 1906, les électeurs retirent leur confiance à un parti divisé ; Balfour lui-même, démissionnaire le 5 décembre précédent, est battu dans son fief de Manchester et ne revient à la Chambre des communes qu'à la faveur d'une élection partielle dans la cité de Londres. Chef de l'opposition jusqu'en novembre 1911, il mène alors la lutte contre le programme radical, plus particulièrement contre la réforme de la Chambre des lords. Actif et influent, il se voit confier l'Amirauté dans le cabinet de coalition de 1915 ; Lloyd George en fait son ministre des Affaires étrangères. À ce titre, en novembre 1917, il publie la Déclaration Balfour qui contient la promesse d'un foyer national juif en Palestine. Après avoir participé à la Conférence de la paix non sans avoir déploré le caractère de diktat des traités, il abandonne le Foreign Office pour le portefeuille de lord-président du Conseil. Il garde un rôle en politique extérieure et dirige la délégation britannique à la Conférence de Washington. Élevé à la pairie en mai 1922, il retrouve, de 1925 à 1929, le poste de lord-président du Conseil et est l'auteur, en 1926, de la « Définition » du nouveau Commonwealth britannique des nations adoptée par la Conférence impériale de 1926 et qui sera reprise dans le statut de Westminster en 1931. Au cours des dernières années de sa vie, il est porté au rang de « sage » dans son parti et dans la nation et il jouit d'une considération et d'un respect dont il n'a pas toujours bénéficié en tant que Premier ministre ou que chef du parti tory.

Balfour et Churchill

Photographie : Balfour et Churchill

Les hommes d'État britanniques Arthur Balfour (1848-1930) et Winston Churchill (1874-1965), membres du cabinet de coalition, en 1915, pendant la Première Guerre mondiale. 

Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  BALFOUR ARTHUR JAMES comte de (1848-1930)  » est également traité dans :

BALFOUR DÉCLARATION (1917)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1917, le ministre britannique des Affaires étrangères, lord Arthur James Balfour, adresse à lord Rothschild, président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne, une lettre dans laquelle il promet la création d'un foyer national juif en Palestine. Pour le gouvernement britannique, ce document vise à obtenir rapidement le soutien des banques juives d'Angleterre et des États-Unis d […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre «  Du sionisme politique à la création de l'État d'Israël »  : […] Au cours des siècles, depuis la disparition de la dernière forme d'autonomie politique juive (marquée par la destruction du second Temple par les Romains en l'an 70 de notre ère), les Juifs n'ont jamais cessé de rappeler leur attachement à Sion et à la Terre promise. Cependant, peu à peu, le lien perdait de sa réalité pour ne plus être qu'un rappel purement religieux sinon mystique. Il faut attend […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « BALFOUR ARTHUR JAMES comte de (1848-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-james-balfour/