GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954
Crédits : The Image Bank

vidéo

Proclamation de la république du Vietnam

Proclamation de la république du Vietnam
Crédits : Hulton Getty

photographie


La conférence de Genève réunit du 26 avril au 21 juillet 1954 les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'U.R.S.S., de la France, de la république populaire de Chine (dont ce fut l'entrée sur la scène diplomatique), des deux Corées, du Laos, du Cambodge, du Vietnam et du Viêt-minh. La conférence s'occupa d'abord de la Corée, puis essentiellement de l'Indochine. Sur la Corée l'échec fut complet, la Corée du Nord réclamant la réunification sans élections préalables, la Corée du Sud voulant au contraire que la réunion des deux Corées soit précédée par des élections libres sous le contrôle des Nations unies. En ce qui concerne l'Indochine, la conférence fut marquée par deux événements : la chute du camp retranché de Diên Biên Phu le 7 mai, ainsi que l'arrivée au pouvoir le 17 juin de Mendès France, qui déclara qu'il démissionnerait si l'armistice n'était pas conclu avant le 20 juillet 1954, et menaça de faire appel au contingent si les communistes refusaient l'armistice. Des divergences profondes opposaient Eden, représentant la Grande-Bretagne, et Dulles, représentant les États-Unis. À la veille de la conférence, les Américains envisagèrent, à l'appel des Français, une aide militaire directe — on ne sait pas exactement sous quelle forme — mais sous réserve que la Grande-Bretagne soit d'accord ; celle-ci, craignant l'élargissement du conflit, refusa. Dulles (qui ne participa pas à la fin de la conférence) prépara en marge des négociations l'établissement d'un système de sécurité asiatique : l'O.T.A.S.E, Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est (traité de Manille du 8 sept. 1954). La Grande-Bretagne souhaitait éviter le durcissement des affrontements en Asie. La négociation progressa à partir de la fin de juin, compliquée par les réticences des États indochinois. La France obtint des armistices séparés pour le Cambodge (très favorable) et le Laos (plus complexe, avec regroupement des forces communistes au nord, évacuation des troupes françaises et des troupes viêt-minh, et des élections prévues pour 1955). Au Vietnam, la ligne d'armistice fut fixée au 17e parallèle ; des élections prévues pour juillet 1956 devaient permettre la réunification. Ngô Dinh Diem, nouveau Premier ministre du Vietnam du Sud, et les États-Unis refusèrent de signer la déclaration finale de la conférence, les États-Unis s'engageant pour leur part à ne pas recourir à la force pour remettre en cause les armistices.

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

vidéo

Le 7 mai 1954, après cinquante-sept jours de résistance, les troupes françaises, retranchées dans le camp de Diên Biên Phu, succombent face aux communistes vietnamiens, menés par le général Giap. La bataille, qui restera dans la mémoire française comme une défaite militaire cinglante,... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Proclamation de la république du Vietnam

Proclamation de la république du Vietnam

photographie

En octobre 1955, à Saigon, la foule attend le résultat du référendum sur la proclamation de la République du Vietnam (Sud). Ngô Dinh Diem (1901-1963) devient président de la République. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Georges-Henri SOUTOU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954)  » est également traité dans :

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 808 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le règne de Norodom Sihanouk »  : […] Trois mois plus tard, le Japon obtenait de la France l'autorisation de stationner des troupes au Cambodge, d'où les forces nippones s'élancèrent, le 8 décembre 1941, pour attaquer la Birmanie et la Malaisie. Très vite, les Japonais, tout en mettant à contribution les ressources économiques du Cambodge, s'employèrent à y cultiver le nationalisme, à travers l'Institut bouddhique où ils approchèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cambodge/#i_13941

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Les droits individuels »  : […] Cette période est enfin – on l'oublie trop souvent – symbolisée par la Cour Warren (1953-1969) qui va littéralement accoucher des droits individuels, jusque-là restés dans l'ensemble fort théoriques : égalité à l'école, égalité devant la justice, égalité aux urnes, égalité devant la loi deviennent un droit pour tous, Noirs, pauvres, communistes ou simples citoyens d'États moins progressistes et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_13941

FIN DE LA GUERRE D'INDOCHINE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

Après huit ans de guerre entre forces françaises et Viet-Minh de Hô Chi Minh, soutenu par la Chine communiste, les accords de Genève, signés le 20 juillet 1954, marquent une étape décisive dans le processus de décolonisation asiatique entamé depuis 1945 et dans la progression du camp soviétique dans le Tiers Monde. L'ancienne métropole, affaiblie par la défaite de Diên Biên Phu (7 mai 1954) surve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fin-de-la-guerre-d-indochine/#i_13941

VIETNAM GUERRE DU (1959-1975) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 306 mots

26 avril-21 juillet 1954 La conférence de Genève qui met un terme à la guerre d'Indochine, décide le partage provisoire du Vietnam en deux zones d'administration distinctes, de part et d'autre du 17 e  parallèle. Juillet 1956 Le Sud-Vietnam refuse d'organiser les élections prévues par les accords de Genève en vue de la réunification du pays. Février 1959 Les communistes sud-vietnamiens lancent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam-reperes-chronologiques/#i_13941

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « La mort de Staline et l'armistice de Corée »  : […] Le dictateur soviétique succombe, le 5 mars 1953, à une congestion cérébrale. Une « troïka » de trois membres – Malenkov, dauphin désigné, Molotov, chef de la diplomatie, et Beria, chef de la police – s'installe au pouvoir. Son premier souci est de détendre la situation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'où les décisions prises en faveur de l'armistice, de la baisse des prix, de la reprise d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_13941

KAYSONE PHOMVIHANE (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 218 mots

Homme politique laotien. Né le 13 décembre 1920 à Savannakhet, d'un père fonctionnaire de l'administration coloniale, Kaysone Phomvihane a fait ses études secondaires et supérieures à Hanoi où, dès 1942, il milite avec les associations clandestines de gauche. En septembre 1945, Hô Chi Minh l'envoie organiser le mouvement d'indépendance à Savannakhet. Il y rencontre, dès octobre, le prince Souphan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaysone-phomvihane/#i_13941

LAOS

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Madeleine GITEAU, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Paul LÉVY, 
  • Christian TAILLARD
  •  • 20 133 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'indépendance et l'unité »  : […] À la capitulation japonaise, Pethsarath réaffirma (1 er  sept. 1945), la déclaration d'indépendance. Il annonça le 14 septembre l'unification du pays par réunion du royaume de Luang Prabang et des quatre provinces du Sud. Un Comité du peuple laotien, réuni à Vientiane, adopta, le 12 octobre, une Constitution du Laos unifié et, le même jour, fut formé un gouvernement provisoire de l'État lao ( Path […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laos/#i_13941

NATIONALITÉ

  • Écrit par 
  • Henri BATIFFOL, 
  • Patricia BUIRETTE, 
  • Jean-Éric MALABRE, 
  • Marthe SIMON-DEPITRE, 
  • Paul TAVERNIER
  • , Universalis
  •  • 10 358 mots

Dans le chapitre « Le statut des apatrides »  : […] Les règles qui fixent le statut des étrangers impliquent que l'étranger possède une nationalité. C'est le cas notamment des dispositions qui réservent certains avantages aux seuls étrangers pouvant invoquer la réciprocité, c'est-à-dire dont l'État d'origine offre les mêmes avantages aux nationaux de l'autre État. Cette condition ne peut évidemment pas être remplie par les apatrides. Il y a bien sû […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalite/#i_13941

NORODOM SIHANOUK (1922-2012) roi du Cambodge (1941-1955, 1993-2004)

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 1 213 mots
  •  • 2 médias

Roi du Cambodge de 1941 à 1955, puis de 1993 à 2004, Norodom Sihanouk est né à Phnom Penh le 31 octobre 1922. Fils de Norodom Suramarit et de Kossamak Nearireath, le jeune prince cambodgien Norodom Sihanouk fait des études à Saigon puis à Paris. Appelé à succéder à son grand-père le roi Sisowath Monivong le 23 avril 1941 (la monarchie cambodgienne est élective), il est couronné le 28 octobre de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norodom-sihanouk/#i_13941

SOUVANNA PHOUMA (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 132 mots

Né le 7 octobre 1901, le prince Souvanna Phouma est le fils du prince Boun Khong (« second roi », ou Maha Oupahat , de Luang Prabang) et de la princesse Thongsy, de la famille royale régnante. Après des études supérieures en France, il revient en 1931 au Laos et travaille à la direction des Travaux publics, il accède ainsi au groupe des hauts fonctionnaires de l'Indochine. Souvanna Phouma entre e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souvanna-phouma/#i_13941

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 526 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Diên Biên Phu et les accords de Genève (1954) »  : […] Aidée par la Chine, la R.D.V.N. put, dès septembre 1950, passer à l'offensive militaire au Nord . Son armée rénovée, équipée et entraînée, força les Français à abandonner Caobang, Langson et toute la région frontière. Le ravitaillement chinois pouvait désormais lui parvenir sans entraves. Giap lança ses troupes sur Hanoi et le delta, mais son offensive fut bloquée à Vinh Yen et Mao Khê en février […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam/#i_13941

Pour citer l’article

Georges-Henri SOUTOU, « GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-geneve/