FIN DE LA GUERRE D'INDOCHINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après huit ans de guerre entre forces françaises et Viet-Minh de Hô Chi Minh, soutenu par la Chine communiste, les accords de Genève, signés le 20 juillet 1954, marquent une étape décisive dans le processus de décolonisation asiatique entamé depuis 1945 et dans la progression du camp soviétique dans le Tiers Monde. L'ancienne métropole, affaiblie par la défaite de Diên Biên Phu (7 mai 1954) survenue en pleine conférence de paix, accorde l'indépendance totale au Laos et au Cambodge et, après obtention d'un armistice, retire ses troupes dans le sud du Vietnam. Ce dernier est partagé, au niveau du 17e parallèle, entre le Sud, pro-occidental, et le Nord, communiste. Cette division de fait de la nation vietnamienne nouvellement indépendante amène bientôt la reprise du conflit puis l'intervention directe des États-Unis. Pour la France et la IVe République, la perte de l'Indochine est un grave échec politique et moral : elle annonce la fin prochaine de l'empire colonial, désormais réduit à l'Afrique et dont la survie est pointée du doigt en 1955 à la conférence de Bandung.

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

vidéo

Le 7 mai 1954, après cinquante-sept jours de résistance, les troupes françaises, retranchées dans le camp de Diên Biên Phu, succombent face aux communistes vietnamiens, menés par le général Giap. La bataille, qui restera dans la mémoire française comme une défaite militaire cinglante,... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

—  Vincent GOURDON

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Vincent GOURDON, « FIN DE LA GUERRE D'INDOCHINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fin-de-la-guerre-d-indochine/