Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONCURRENCE, économie

La concurrence définit un type de rapports entre les acteurs de la vie économique caractérisé par la liberté de contracter, de commercer, de circuler et d'entreprendre. Elle donne libre cours à des comportements humains très répandus dans un monde aux ressources rares : de la simple émulation et de la compétition d'allure sportive à des actes de rivalité agressive. C'est pourquoi la concurrence est un de ces mots qui trouve des qualificatifs tels que loyale, déloyale, parfaite, praticable ou sauvage, exprimant, entre autres, la fierté ou le dépit des concurrents selon le succès ou l'échec de leurs efforts.

La plupart des économistes de profession académique l'abordent sous un angle particulier. Elle désigne, selon eux, le mécanisme de marché par lequel de nombreux candidats à l'échange d'un bien trouvent à s'accorder sur un prix d'équilibre mutuellement satisfaisant, car compatible avec les intérêts opposés des acheteurs et des vendeurs. Selon les hypothèses retenues, la théorie économique évoquera des marchés de concurrence « pure et parfaite » (C.P.P.), pour mettre en évidence a contrario les nombreuses sources d'imperfections que l'observation des pratiques les plus courantes révèle.

Pour autant, la concurrence telle que la ressentent ses acteurs présente des traits dont l'observation des marchés ne rend pas compte. Tant sur les marchés des biens de consommation que, à plus forte raison, sur ceux des matières premières, des biens intermédiaires et des biens d'équipement, la concurrence concerne directement le monde des producteurs. Les consommateurs, situés en bout de course, sont placés dans une situation d'infériorité devant le monde organisé des producteurs. C'est pourquoi la concurrence doit être analysée aussi en examinant les stratégies des entreprises de production.

Cela s'impose d'autant plus que l'échelle de temps propre aux événements de marché ne coïncide pas avec celle qui gouverne les entreprises. Le temps du marché est plus court que celui de la firme. Un acheteur ou un vendeur peut faire affaire en un instant. Et la théorie longtemps dominante raisonne sur les ajustements quasi instantanés que les marchés concurrentiels sont censés opérer, que ces ajustements se fassent par l'entrée de nouveaux concurrents sur le marché en cas de pénurie ou par l'éviction de concurrents installés en cas de mévente. La rivalité entre les entreprises ouvre en revanche de nouvelles perspectives. Comme l'exprime le dicton « jamais de mémoire de rose on ne vit mourir un jardinier », tout créateur d'entreprise a le projet de survivre au-delà de la durée de vie du produit qu'il a lancé avec succès. Dans cette optique, la concurrence se vit comme une suite de compétitions, les unes gagnées, les autres perdues sans pour autant compromettre nécessairement la survie de l'entreprise. La concurrence se déroule dans une durée indéfinie, où la perte d'un contrat ne condamne pas automatiquement à la mise en liquidation, même si une série de coups malheureux peut être fatale. Le répertoire des réponses employées par Airbus et Boeing, par exemple, est suffisamment étendu pour leur permettre de surmonter des difficultés passagères. En conjoncture normale, les entreprises affectées par des chutes de bénéfices ou des pertes financières survivent en puisant dans les réserves accumulées dans les années prospères, se réorganisent en réduisant leurs frais généraux, et lancent de nouveaux produits, éventuellement sur de nouveaux marchés, avec des procédés de production plus performants.

La concurrence sera donc présentée dans une double perspective. On exposera d'abord les propriétés remarquables du marché de « concurrence pure et parfaite » et, par comparaison, celles de structures de marché plus proches de la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite d'économie à l'université de Paris-IX-Dauphine

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

    • Écrit par Jean-Pierre HUIBAN, Egizio VALCESCHINI
    • 7 359 mots
    • 6 médias
    ...fabriquer des produits à moindre coût (la « compétitivité prix » dans le jargon économique). Il s'agit d'être compétitif en se démarquant des concurrents. L' avantage concurrentiel est alors recherché par une meilleure réponse à des demandes diverses, souvent instables et parfois contradictoires, qui émanent...
  • AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET
    • 3 014 mots
    • 2 médias
    Parallèlement à cette concurrence commerciale se profile en arrière-plan une opposition entre deux grands syndicats agricoles : la Confédération paysanne, apparentée à la gauche écologiste, et la F.N.S.E.A. (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), plutôt positionnée à droite...
  • ANTITRUST LÉGISLATION

    • Écrit par Georges BLUMBERG
    • 657 mots

    Le développement économique des États-Unis s'est accompagné, dès le dernier quart du xixe siècle, d'une tendance à la concentration des entreprises industrielles, commerciales et financières, parfois réalisée au moyen d'opérations brutales, voire frauduleuses. Cette situation a incité...

  • BANQUE - La crise des subprimes et le système bancaire

    • Écrit par Paul LAGNEAU-YMONET, Angelo RIVA
    • 2 878 mots
    ...facilitaient les mouvements de capitaux et les transferts des risques. La conjonction des politiques monétaire et de déréglementation a donc accentué une concurrence anomique sur tous les segments de l'industrie financière, caractérisée par une foule d'intermédiaires et par la domination de quelques institutions...
  • Afficher les 61 références

Voir aussi