COMPLEXES, chimie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Définitions

Dès 1798, Tassaert observa que les solutions ammoniacales de chlorure de cobalt bivalent laissent déposer, au bout de quelques heures, des cristaux orangés CoCl3, 6NH3 renfermant six molécules d'ammoniac pour une molécule de chlorure de cobalt trivalent ; l'ammoniac est si fortement lié qu'il est possible de chauffer ce composé à 180 0C sans en perdre. Ce complexe se formule en fait [Co(NH3)6]Cl3, chlorure d'hexa-ammine cobalt (III). Mais il fallut attendre un siècle pour comprendre les curieuses propriétés de telles combinaisons minérales d'ordre supérieur, résultant de l'association de coordinats en nombre supérieur à celui fixé par la valence normale de l'ion métallique. En effet, la théorie de la coordination fut proposée en 1893 par Alfred Werner (prix Nobel de chimie en 1913) dont les travaux permirent de développer rapidement l'aspect structural conduisant à l'étude de nombreux cas d'isomérie et de complexes minéraux doués d'activité optique. Ces résultats ayant été obtenus bien avant l'énoncé de la théorie électronique des atomes, d'autres concepts vinrent ensuite expliquer la liaison de coordination. Ces approches successives (théorie des liaisons de valence dirigée, théorie du champ cristallin, théorie des orbitales moléculaires) aboutissent aujourd'hui à la notion du champ des coordinats, capable d'interpréter de manière satisfaisante la plupart des propriétés magnétiques, spectroscopiques, structurales et thermodynamiques des complexes métalliques (cf. coordination [chimie] - Composés de coordination).

Dans la plupart des cas, les coordinats sont des donneurs d'électrons (bases), mais certains coordinats possèdent aussi, outre des orbitales π saturées, des orbitales π vacantes susceptibles d'accepter un transfert électronique du métal vers le coordinat. Dans cette donation en retour, le métal apparaît comme un donneur π et le coordinat comme un accepteur π. La liaison est alors nettement renforcée par rapport à une int [...]


Médias de l’article

Système Ni (II)-alpha-alanine-valine

Système Ni (II)-alpha-alanine-valine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Chélation

Chélation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Complexes polynucléaires

Complexes polynucléaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Coordinats macrocycliques

Coordinats macrocycliques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMPLEXES, chimie  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Pas d'échange de particules avec le soluté »  : […] Considérons les complexes d'un ion métallique M 2+ accepteur, avec un donneur X — (ions Cl — , SCN — , par exemple). Un solvant tel que l'eau n'échange pas de particules avec les participants de ces équilibres, et il semblerait ainsi que sa nature ne puisse jouer qu'un rôle secondaire sur leur prévision, ou sur la stabilité des composés formés. En réalité, un ion tel que M 2+ , grâce à son champ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_1173

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Domaines de l'ultraviolet et du visible »  : […] Les molécules possédant des liaisons doubles ou triples, les atomes possédant des paires d'électrons libres, ainsi que beaucoup de métaux de transition absorbent dans les domaines de l'ultraviolet et du visible du spectre électromagnétique. Si cette absorption est importante dans le domaine visible, l'échantillon apparaîtra coloré. Les chimistes analystes ont découvert de nombreuses réactions donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_1173

ARGENT, métal

  • Écrit par 
  • Robert COLLONGUES
  •  • 5 186 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Composés de l'argent bivalent »  : […] Deux composés binaires de l'argent bivalent seulement sont connus avec certitude : le fluorure et l'oxyde. Le fluorure AgF 2 fut le premier sel d'argent bivalent isolé par action du fluor sur l'argent aux environs de 300  0 C. C'est un véritable composé de l'argent II. Il est antiferromagnétique. C'est un très puissant agent d'oxydation et de fluoration. L' oxyde AgO est obtenu par oxydation pers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argent-metal/#i_1173

BORE

  • Écrit par 
  • Jean CUEILLERON
  •  • 5 378 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Acides boriques »  : […] Par hydratation, l'anhydride borique donne successivement l'acide métaborique HBO 2 (monohydrate de B 2 O 3 ), puis l'acide orthoborique H 3 BO 3 (trihydrate de B 2 O 3 ), mais ne semble pas donner l'acide pyroborique H 2 B 4 O 7 dont l'existence prête à discussion. L'acide métaborique (ou monoborique) HBO 2 existe sous trois formes cristallines ; la variété courante, orthorhombique, est cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bore/#i_1173

CATALYSE

  • Écrit par 
  • Henri Jean-Marie DOU, 
  • Jean-Eugène GERMAIN
  •  • 8 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Catalyseurs complexes »  : […] On a découvert une classe importante de catalyseurs beaucoup plus sélectifs, appartenant à la famille des complexes solubles de certains métaux, notamment des métaux de transition , qui constituent à certains égards un premier pas vers les enzymes. Ces complexes sont constitués par un atome métallique central entouré d'un certain nombre (2, 3, 4, 5, 6) de molécules ou d'ions qui lui sont attaché […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalyse/#i_1173

CATALYSEURS MÉTALLOCÈNES

  • Écrit par 
  • Roger SPITZ
  •  • 2 049 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les métallocènes  »  : […] L'une des approches les plus productives à l'échelle du laboratoire pour contrôler l'enchaînement des unités de monomères est l'utilisation de composés organométalliques, plus précisément le développement de la catalyse par des complexes de coordination, c'est-à-dire des composés capables de s'associer avec les monomères pour les activer. Au cours des années 1990, cette méthode est passée du labor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalyseurs-metallocenes/#i_1173

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie de coordination »  : […] La chimie de coordination étudie les complexes, où un atome de métal s'entoure de molécules neutres ou d'ions, désignés sous le nom de coordinats (ou ligandes ou ligands), qui sont des bases de Lewis, porteuses d'au moins une paire d'électrons. Les ions métalliques ont des orbitales vacantes, ce sont des acides de Lewis. L'atome métallique et les coordinats qui l'entourent constituent la sphère d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_1173

CINÉTIQUE CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Lucien SAJUS
  •  • 9 661 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Mécanisme de la réaction »  : […] Pour chaque étape élémentaire de ces schémas complexes, ou pour une réaction élémentaire, même si elle ne représente qu'un changement de liaison minime, il est important d'analyser comment se réalise la commutation des liaisons, c'est-à-dire d'essayer de connaître la disposition des molécules impliquées à tout moment entre l'état initial et l'état final. Faute de pouvoir l'étudier expérimentaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinetique-chimique/#i_1173

COBALT

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL
  •  • 2 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Degré d'oxydation + 3 »  : […] L' oxyde Co 2 O 3 est obtenu à l'état hydraté par action d'oxydants énergiques sur l'hydroxyde de cobalt (II) ; il est alors noir ou brun foncé. Il joue le rôle d'oxyde acide dans les cobaltites tels que FeCo 2 O 4 ou ZnCo 2 O 4 et le rôle d'oxyde basique dans les sels de cobalt (III) tels que CoCl 3 , vert sombre, Co 2 (SO 4 ) 3 , 18 H 2 O, vert-bleu et fournissant des aluns de couleur bleue, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cobalt/#i_1173

COLORANTS

  • Écrit par 
  • Daniel FUES
  •  • 6 753 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les colorants naturels »  : […] Jusque vers la fin du xix e  siècle, les couleurs ne pouvaient être obtenues qu'à partir d'éléments naturels. Les premiers colorants connus sont ceux utilisés à Lascaux (France) ou à Altamira (Espagne), datant du Magdalénien. Ces colorants étaient des pigments minéraux : oxydes de fer pour les jaunes, les ocres et les rouges, oxydes de manganèse pour les bruns. Dès 1500 avant notre ère, les Égypti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colorants/#i_1173

COORDINATION (chimie) - Chimie de coordination

  • Écrit par 
  • René POILBLANC
  •  • 4 033 mots
  •  • 12 médias

Les cations n'existent pratiquement jamais seuls ; dans tous leurs composés, ils sont environnés d' anions ou de molécules neutres. On appelle ligands (ou coordinats) les groupements assurant l'entourage immédiat d'un cation. La discipline qui traite des propriétés de ces associations entre cations et ligands est la chimie de coordination. Aucune démarcation très nette n'existe entre la chimie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coordination-chimie-chimie-de-coordination/#i_1173

COORDINATION (chimie) - Composés de coordination

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 5 019 mots
  •  • 4 médias

Un composé de coordination est une entité chimique constituée d'un atome central et d'un ou plusieurs coordinats, ou ligands, éventuellement en nombre supérieur à celui qui résulterait de la valence ou du degré d'oxydation usuel de l'atome central. Un certain nombre de ces composés avaient été décrits dès le milieu du xviii e siècle ; dans la seconde moitié du xix e siècle, divers chimistes, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coordination-chimie-composes-de-coordination/#i_1173

CRAM DONALD JAMES (1919-2001)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 488 mots

Chimiste américain né à Chester (Vermont) le 22 avril 1919 et mort à Palm Desert (Californie) le 17 juin 2001. Après des études de chimie à l'université du Nebraska, Donald James Cram travaille pendant la Seconde Guerre mondiale sur le programme Penicilline. En 1947, il obtient un doctorat de chimie à l'université Harvard (Cambridge, Massachusetts). La même année, il est nommé professeur adjoint à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-james-cram/#i_1173

DYNAMIQUE MOLÉCULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean RIESS
  •  • 5 165 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Complexes octaédriques »  : […] De très nombreux composés métalliques sont connus dans lesquels l'élément central porte six substituants disposés aux six sommets d'un octaèdre régulier. Cette disposition géométrique est plus rigide que les précédentes, et l'échange des substituants entre les sommets de l'octaèdre se fait le plus souvent par dissociation d'un de ces substituants suivie de recombinaison après passage par une str […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-moleculaire/#i_1173

IONS ÉCHANGEURS D'

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 6 125 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Réactions chimiques et partage entre résine et solution »  : […] Il est possible de modifier sensiblement l'affinité d'une résine pour une espèce donnée d'ion au moyen de réactions chimiques, principalement de réactions de formation de complexes. Les résines simples ionisées sont en effet peu sélectives, les différences d'affinités provenant essentiellement de différences entre les dimensions des ions échangés, et il est indispensable pour de nombreuses applic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echangeurs-d-ions/#i_1173

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 364 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Complexes de coordination »  : […] L'étude des complexes des métaux de transition offre une des plus intéressantes applications du magnétisme à l'étude des structures. Ces complexes peuvent être considérés comme formés par la fixation sur un atome ou un ion métallique central de molécules ou d'ions auxquels on donne le nom de ligands ou plus rarement de coordinats . Lorsque le couplage entre les ligands et cet ion central est su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_1173

MANGANÈSE

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Jacques FAUCHERRE, 
  • Gil MICHARD, 
  • Clotilde POLICAR, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le manganèse dans les systèmes biologiques »  : […] Pour un grand nombre d'organismes, le manganèse est un nutriment essentiel. Chez l'homme, il est présent en faible quantité par comparaison au fer ou au zinc (de 12 à 20 mg chez un homme de 70 kg, à comparer aux 4 g de fer et aux 3 g de zinc) mais il intervient dans des processus métaboliques très variés, qui ne sont pas tous encore clairement identifiés. On sait qu'il est associé à la formation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manganese/#i_1173

MERCURE, élément chimique

  • Écrit par 
  • Guy PÉREZ, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 2 308 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Complexes mercuriques »  : […] L'ion mercurique Hg 2+ a une forte tendance à former principalement des complexes à coordinence 2 et 4 (hybridation sp et sp 3 ). Les coordinences 5 et 8 sont plus rares. Les complexes les plus stables sont ceux formés avec les halogénures, le carbone, l'azote, le phosphore et le soufre. Avec les halogènes, on peut citer (HgX) + , HgX 2 , (HgX 3 ) — , et (HgX 4 ) 2— . Avec le cyanure et le thiocy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercure-element-chimique/#i_1173

MÉTAUX - Métaux de transition

  • Écrit par 
  • André CASALOT
  •  • 2 160 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] La chimie des éléments de transition s'avère très riche puisqu'elle englobe la chimie de coordination et la chimie du solide. Très fortement électropositifs, les éléments de transition sont des réducteurs puissants qui réagissent facilement avec la plupart des agents chimiques. Leur oxydation mène à plusieurs stades de stabilité variable, ce qui provoque parfois leur dismutation : L'oxyde supéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-de-transition/#i_1173

PEDERSEN CHARLES JOHN (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 471 mots

Chimiste américain né à Pusan (Corée) d'une mère japonaise et d'un père norvégien. Sa famille s'installe aux États-Unis en 1922. Pedersen est diplômé en génie chimique de l'université de Dayton (Ohio) en 1926 et obtient l'année suivante une maîtrise en chimie organique du Massachusetts Institute of Technology (M.I.T., Cambridge). Il entre alors à la compagnie Du Pont de Nemours, où il va effectuer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-john-pedersen/#i_1173

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Conformément à sa position dans le groupe IIa de la classification périodique, la structure électronique du radium est : [Rn] + 7 s 2 . C'est l'élément le plus électropositif des métaux alcalino-terreux. Le potentiel normal calculé du couple Ra 2+ /Ra est E H  = — 2,92 V ; le potentiel de demi-vague correspondant à la décharge des ions Ra 2+ sur une cathode de mercure est — 1,59 V. Le radium est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/#i_1173

SOLUTION ÉQUILIBRES EN

  • Écrit par 
  • Claude COLIN, 
  • Alain JARDY
  •  • 9 735 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Équilibres variés »  : […] Il est assez rare que les types de réactions évoqués précédemment (acido-basicité, oxydoréduction, formation de complexes, précipitation) se produisent seuls. Il a déjà été fait allusion à l'influence de l'acidité sur les propriétés oxydoréductrices et sur la solubilité. D'autres associations de deux de ces phénomènes présentent un grand intérêt. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/#i_1173

SUPRAMOLÉCULAIRE (CHIMIE)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie LEHN
  •  • 9 092 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les récepteurs moléculaires d'anions et la chimie de coordination des anions »  : […] Vu le rôle fondamental joué par les anions dans les processus chimiques et biologiques, on pourrait s'attendre à ce que la complexation des anions par des ligands organiques fournisse une multitude de structures nouvelles aux propriétés d'un grand intérêt. Elle n'a cependant reçu que peu d'attention par rapport à la coordination des cations, qui a fait l'objet de nombreuses études. Ce n'est que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supramoleculaire-chimie/#i_1173

TAUBE HENRY (1915-2005)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 707 mots

Chimiste américain, né le 30 novembre à Neudorf dans le Saskatchewan (Canada), Henry Taube initia une véritable renaissance de la chimie minérale.Henry Taube fut un personnage, de son vivant déjà hissé sur un piédestal, non seulement par ses collaborateurs et ses collègues du département de chimie de Stanford, mais par l'ensemble des chimistes. Le prix Nobel de chimie, qui lui fut décerné tardive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-taube/#i_1173

WERNER ALFRED (1866-1919)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 320 mots

Chimiste suisse né à Mulhouse et mort à Zurich. Dès l'âge de vingt ans, Werner est à Zurich où il soutient en 1890 sa thèse de doctorat sur l'étude de la structure et de la stéréochimie de composés azotés. Après un an passé à Paris dans le laboratoire de Marcelin Berthelot, il revient à Zurich. En 1895, il acquiert la nationalité suisse et il est nommé professeur à l'université de Zurich. Sans ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-werner/#i_1173

WILKINSON GEOFFREY (1921-1996)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 430 mots

Chimiste britannique né à Tormorden (Yorkshire) et mort à Londres. Geoffrey Wilkinson fait des études de chimie à l'Imperial College, à Londres, où il obtient son doctorat en 1946. De 1943 à 1950, il effectue au Canada, puis en Californie, des recherches en chimie nucléaire. Après un an passé au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) comme chercheur associé, il obtient en 1951 un poste d'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffrey-wilkinson/#i_1173

Voir aussi

Pour citer l’article

René-Antoine PARIS, Jean-Pierre SCHARFF, « COMPLEXES, chimie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexes-chimie/