COMMUNISMES RELIGIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Communisme religieux et socialismes utopiques

L'Allemagne, au début du xixe siècle, connaît aussi une telle fermentation : « en dépit de toutes les persécutions, certaines sectes chrétiennes s'étaient maintenues en Allemagne [...] où elles enseignaient un communisme primitif conforme à l'esprit des premiers chrétiens »... (Menchen-Helfen et Nicolaïewski). W. Weitling, le fondateur, selon Karl Marx, du communisme européen, fut directement influencé par cette fermentation : son socialisme utopique et insurrectionnel finira par déboucher sur une expérience communautaire au Nouveau Monde : Communia. Robert Owen avait étudié et approché shakers et rappites et sa dernière communauté anglaise, Queenwood, était sinon religieuse du moins millénariste. Trait commun d'ailleurs de tout cet ensemble socialiste utopique ; s'il conteste la société dominante, il contestera conjointement la religion dominante, et cette double contestation le conduit à fomenter un royaume de Dieu, un « millénium » qui liquiderait l'organisation dominante de la politique, de l'économie et du culte, Saint-Simon, dans son Nouveau Christianisme, en appellera à la réalisation de l'époque « messiaque » identifiée par lui à l'application d'un principe « qui appartient au christianisme primitif ». Babeuf lui-même avait exalté son projet : « C'est là et là seulement la seule réédification de Jérusalem. » Fourier se présente comme « prophète postcurseur » et le fouriérisme américain, dans ses nombreuses expériences de phalanges, s'unit avec le christianisme « unitarien », puis « transcendantaliste ». Cabet voit dans le communisme le « vrai christianisme ». Moses Hess, maître en communisme de Marx et Engels, apercevait ce communisme, au débouché d'une Histoire sainte de l'humanité (1837), au terme de laquelle « la nouvelle Jérusalem sera fondée au cœur de l'Europe »...

Dans l'ensemble des écrits comme dans l'ensemble des réalisations, les socialismes utopiques apparaissent ainsi comme des communismes religieux : ils entendent amorcer une deuxième Réforme, réforme sociale et prolétarienne capable d'accomplir en la dépassant la Réforme religieuse et bourgeoise du protestantisme. Cette deuxième Réforme apparaît en même temps, ici ou là, comme le troisième âge annoncé par les prophétismes socialisants médiévaux.

Le binôme communisme-religion ne termine pas sa carrière avec le xixe siècle. Des expériences (comme celle de New Llano aux États-Unis) ont été tentées pour incorporer cette tradition à un néo-marxisme. Des syncrétismes entre le communisme et la religion ont été périodiquement réintroduits et sont encore perpétuellement amorcés. La contamination du communisme politique par une cryptoreligion culturelle peut donner naissance aux cultes de la personnalité (ou de l'impersonnalité), à la transformation du parti en Église et de l'opposition en hérésie, comme l'avait redouté Marx (circulaire contre Kriege). Inversement, l'imprégnation d'une religion traditionnelle par le communisme moderne peut conduire des aggiornamentos aux modernités inattendues, sous la forme de christianismes pararévolutionnaires ou révolutionnaires. D'où les paradoxes de l'histoire énoncés par Fidel Castro au Congrès culturel de La Havane en janvier 1968 : « Ce sont les paradoxes de l'histoire. Comment, quand nous voyons des secteurs du clergé devenir des forces révolutionnaires, allons-nous nous résigner à voir des secteurs du marxisme devenir des forces ecclésiastiques ? »

Ces paradoxes sont d'ailleurs particulièrement accusés du fait que, selon la terminologie même du communisme, le stade « communiste » de la société n'est nulle part atteint : or ce stade « communiste » correspondrait à une macro-société dont les caractéristiques seraient précisément celles qui ont été rêvées ou pratiquées, mais au niveau d'une micro-société, par les communismes religieux. Les « communes de l'avenir » ont ainsi fait l'objet d'une étude prospective soviétique due à l'académicien Stroumiline, mais elles avaient été tentées, dans la phase 1922-1929, dans les communes paysannes soviétiques et une grande partie de ces communes avait été précisément formée de communismes religieux analogues aux kibboutzim, religieux ou non, qui, à la même époque, prenaient leur départ en Israël.

Le phénomène du communisme religieux n'est donc pas seulement un courant fondamental de l'histoire passée, il demeure, semble-t-il, partie prenante de l'histoire à venir pour autant qu'il est lié en profondeur aux transformations possibles soit du socialisme soit de la religion et, naturellement, aux éventuelles corrélations inédites entre les éléments ainsi transformés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  COMMUNISMES RELIGIEUX  » est également traité dans :

CABET ÉTIENNE (1788-1856)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 604 mots

Jeune avocat, issu d'une famille d'artisans bourguignons, Cabet adhère à la Charbonnerie et devient même membre de son comité dirigeant, la Vente suprême, sous la Restauration. Un moment procureur général en Corse, au lendemain de la révolution de Juillet, puis député de la Côte-d'Or, en 1832, Cabet évolue peu à peu vers des positions radicales. Il fonde en 1833 un journal, Le Populaire , mais doi […] Lire la suite

DIGGERS

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 288 mots

Membres d'un groupe contemporain des levellers (ou niveleurs) de John Lilburne, à l'époque de la république d'Angleterre ou Commonwealth ( xvii e s.). Leurs chefs, Gerrard Winstanley et William Everard, proclament leur droit à « bêcher ( to dig , d'où vient leur surnom de diggers ), à labourer, à planter et à habiter » des terres relevant de la couronne et des « communaux ». Ils mettent ce droit […] Lire la suite

ÉON DE L'ÉTOILE (mort en 1148 env.)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 141 mots

Hérétique, né au début du xii e  siècle, à Loudéac, en Bretagne et mort à Reims. Homme sans lettres, Éon de l'Étoile commença à prêcher dans son pays natal, d'où son mouvement gagna toute la Bretagne. Il se disait Fils de Dieu, appelé à juger les vivants et les morts, le siècle entier ; il fondait sa fonction de juge sur la consonance de son nom (Éon) avec le mot Eum contenu dans la formule litur […] Lire la suite

EPHRATA

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 275 mots

Nom d'une communauté fondée en 1735 par Johann Conrad Beissel dans la vallée de Cocalico, au nord-est de Lancaster, en Pennsylvanie, non loin de la communauté appelée « La Femme dans le désert » et fondée par les kelpiens. Beissel, né en 1690 à Eberbach (Bade), bon connaisseur de la Bible et de la tradition mystique, avait émigré aux États-Unis en 1720 ; il séjourna auprès de Peter Becker, organis […] Lire la suite

GUARANI

  • Écrit par 
  • Hélène CLASTRES
  •  • 1 389 mots

Dans le chapitre « Guarani et Jésuites »  : […] On ne saurait parler des Guarani sans évoquer cet épisode original de leur histoire postcolombienne : la vie dans les missions jésuites. En 1609, le roi d'Espagne Philippe III, à la demande du gouverneur du Paraguay, accordait aux Jésuites le droit d'entreprendre la « conquête spirituelle » des 150 000 Indiens du Guaira. L'année suivante, la première mission était fondée ; trente ans plus tard, l […] Lire la suite

HUTTÉRIENS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots

Issue du courant pacifiste et communautaire de l'anabaptisme du xvi e  siècle, la secte des huttériens (ou huttérites) revêt une valeur sociologique exemplaire par la rigueur avec laquelle, jusqu'à l'époque actuelle et par-delà plusieurs migrations successives qui l'ont amenée finalement en Amérique du Nord, elle est restée fidèle non seulement à son idéal religieux primitif, mais aussi à sa struc […] Lire la suite

LEROUX PIERRE (1797-1871)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 781 mots

La pensée de Leroux, plus célèbre en son temps que celle d'autres socialistes, tels Proudhon, Fourier ou Cabet, a cependant influencé davantage certains milieux littéraires (Eugène Sue, George Sand, Victor Hugo) que le mouvement ouvrier lui-même. Fils de limonadiers parisiens, Leroux doit, à la mort de son père, renoncer au concours de l'École polytechnique pour gagner sa vie. D'abord employé d'ag […] Lire la suite

MORELLY (1717 env.-env. 1778)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 882 mots

Bien qu'il fût l'un des principaux représentants du socialisme utopique et l'inspirateur de Babeuf (qui se réclama du Code de la nature au cours de son procès) ainsi que de la génération suivante, Morelly demeure mal connu. Certains auteurs vont même jusqu'à soutenir qu'il y a eu deux Morelly. Plusieurs documents permettent toutefois d'avancer que les œuvres signées de ce nom ont pour auteur un a […] Lire la suite

OWEN ROBERT (1771-1858)

  • Écrit par 
  • Antoine LION
  •  • 696 mots

Né au pays de Galles, Robert Owen partit de rien et devint à vingt-huit ans le propriétaire d'une importante manufacture de coton à New Lanark (Écosse). Industriel philanthrope, paternaliste et autoritaire, il en fait une usine modèle, bientôt célèbre à travers l'Europe. Ses innovations pédagogiques en particulier retiennent l'attention : jardin d'enfants, méthodes actives, cours du soir. Owen mèn […] Lire la suite

PROTESTANTISME - Protestantisme et société

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 439 mots

Dans le chapitre « La politique et la culture »  : […] L'existence d'un lien privilégié entre le protestantisme et la démocratie, le progrès culturel était couramment admis au xix e  siècle. Mise en question vers 1930, cette thèse est partiellement reprise aujourd'hui sous une forme nouvelle. Au cours des années soixante, on a fortement insisté sur le rôle joué par le protestantisme dans la défense de l' ordre politico-social. En société de chrétienté […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri DESROCHE, « COMMUNISMES RELIGIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/communismes-religieux/