HESS MOSES (1812-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un petit industriel allemand, Moses Hess naît dans une famille juive de Bonn ; il s'initie aux affaires, commence des études de philosophie à Bonn et publie en 1837 L'Histoire sainte de l'humanité par un disciple de Spinoza (Heilige Geschichte der Menscheit von einem Jünger Spinozas) ; l'ouvrage contient des éléments de réflexion communisante. Prolongeant la réflexion livrée par Feuerbach dans l'Essence du christianisme, Hess va montrer comment « l'aliénation religieuse n'est que l'expression idéologique de l'aliénation effective de l'essence de l'homme qui se produit en régime capitaliste » ; empruntant, comme le font les Allemands de la Ligue des justes, à Cabet et à son Voyage en Icarie la dénomination, il demande que le « communisme », seul mode de vie susceptible de faire se développer des relations collectives de type altruiste et proprement humaines, remplace le capitalisme. Hess rédige également, en 1841, Die europaeische Triarchie, ouvrage dans lequel il préconise que la France, l'Allemagne et l'Angleterre forment le premier État européen. À cette époque, il rencontre le jeune Marx, sur qui il exerce une certaine influence, et Engels, qu'il gagne, semble-t-il, à ses conceptions communistes. De fin 1842 à mars 1843, Hess est correspondant à Paris pour La Gazette rhénane de Cologne et se lie à la Ligue des justes, formée pour l'essentiel de socialistes allemands émigrés. En 1844, tout comme Marx, Engels et Ruge — venu avec Hess à Paris en 1844, celui-ci l'a présenté aux journalistes des Annales franco-allemandes (Deutsche-französische Jahrbücher) —, Hess collabore au Vorwärts qui vient également d'être créé à Paris ; il y publie en particulier l'article « L'Essence et l'argent » puis, en décembre de la même année, son « Catéchisme communiste, par questions et réponses ». Hess, dans ce journal, aborde diverses questions dont traite déjà également le jeune Marx : travail et jouissance, argent et servitude, richesse et liberté. Connu des membres de la Ligue des justes, le « Catéchisme » est repris par l'auteur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HESS MOSES (1812-1875)  » est également traité dans :

COMMUNISMES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « Communisme religieux et socialismes utopiques »  : […] L'Allemagne, au début du xix e  siècle, connaît aussi une telle fermentation : « en dépit de toutes les persécutions, certaines sectes chrétiennes s'étaient maintenues en Allemagne [...] où elles enseignaient un communisme primitif conforme à l'esprit des premiers chrétiens »... (Menchen-Helfen et Nicolaïewski). W.  Weitling, le fondateur, selon K […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communismes-religieux/#i_32851

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 987 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs du sionisme »  : […] Deux périodes coupées par la ligne de fracture des années 1880 séparent le protosionisme du présionisme. Dans les années 1850-1860, une dizaine de personnes (essentiellement des rabbins) vont commencer à se faire les avocats du retour à Sion par l'action personnelle et volontaire des juifs. Ces initiateurs du mouvement national juif, représentés de façon éminente par les rabbins Yehouda Alkalaï ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sionisme/#i_32851

Pour citer l’article

Yves SUAUDEAU, « HESS MOSES - (1812-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moses-hess/