COMITÉS D'ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jean Bernard

Jean Bernard
Crédits : Violaine Paquereau

photographie

François Jacob

François Jacob
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Niels Bohr

Niels Bohr
Crédits : ullstein bild/ Getty Images

photographie


Les stratégies de la politique

Le consentement éclairé du sujet est central dans l'entreprise de moralisation de la recherche biomédicale. Cette référence à l'individu prend plusieurs formes.

En France, le Comité national d'éthique est composé de trois catégories de membres : des représentants des principales familles philosophiques et spirituelles, des membres appartenant à des institutions publiques et des personnalités choisies par le ministre en raison de leur compétence pour les problèmes d'éthique. Il peut y avoir recoupement d'une catégorie de l'un à l'autre, un représentant d'une famille spirituelle, par exemple, étant lui-même un scientifique. Cette composition reflète un partage des compétences entre trois pouvoirs : religieux, politique et scientifique ; et on a cherché dans la variété des appartenances aux familles spirituelles (l'athéisme sous sa forme marxiste n'a pas été oublié) la garantie d'un fonctionnement démocratique, c'est-à-dire pluraliste. Cette ouverture du Comité national d'éthique sur les différentes composantes de la société ne se retrouve pas dans les comités d'éthique existant à la base, dont le recrutement est encore essentiellement fondé sur la compétence médicale et hospitalière. En l'état, malgré la présence des politiques, les problèmes posés par l'expérimentation sur l'homme restent le domaine des spécialistes de « l'individu » : les scientifiques, fortement marqués, pour des raisons de méthode et d'idéologie, par les doctrines individualistes du monde anglo-saxon, et les représentants des familles spirituelles, qui ont traditionnellement en charge les membres de la communauté.

Une autre initiative du pouvoir politique fut la loi concernant la protection des personnes qui se prêtent à des recherches biomédicales (1988-1990), loi qui intervient dans le souci d'harmoniser les conditions d'expérimentation pharmaceutique en usage en France avec la législation européenne.

La distinction entre le promoteur, qui prend l'initiative d'une recherche biomédicale (la firme pharmaceutique, par exemple), et l'in [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMITÉS D'ÉTHIQUE BIOMÉDICALE  » est également traité dans :

COMITÉ CONSULTATIF NATIONAL D'ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre LE COZ
  •  • 828 mots

Le Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) est une instance pluridisciplinaire de réflexion dont la mission porte sur les « questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé ». Le CCNE a été créé en 1983 par le président de la Républiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-consultatif-national-d-ethique/#i_97229

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les comités d’éthique »  : […] La créativité institutionnelle accompagne la prise de conscience des problèmes éthiques suscités par la R & D biomédicale. Dès 1966, les premiers comités d’éthique de la recherche sont établis aux États-Unis (IRB : Intitutional Review Boards). Ils procèdent à l’évaluation collective, aux plans scientifique et éthique, des protocoles de recherche. En 1974, une première commission nationale est créé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_97229

BREVET D'INVENTION

  • Écrit par 
  • Jacques AZÉMA, 
  • Bernard EDELMAN, 
  • Michel VIVANT
  •  • 10 726 mots

Dans le chapitre « Brevets sur l'homme ? »  : […] Restait l'homme et la brevetabilité des gènes. Le feu a été mis aux poudres par un groupe de scientifiques du N.I.H. (National Institutes of Health, équivalent aux États-Unis de l'I.N.S.E.R.M. en France) qui déposait, en 1992, des demandes de brevets pour 337 gènes humains « nus » et qui réitérait, la même année, en revendiquant 2 375 gènes nus. Même si, à l'époque, les demandes furent rejetées, f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brevet-d-invention/#i_97229

MÉDECINE - Médecine prédictive

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU
  • , Universalis
  •  • 4 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les outils de la médecine prédictive »  : […] En pratique, l'application des examens des caractéristiques génétiques d'un individu dans le cadre de la médecine prédictive comporte deux étapes essentielles. Il s'agit d'abord d'une identification de sujets présentant un risque accru. Il s'agit ensuite de l'application des mesures préventives aux sujets identifiés ; elles reposent sur une surveillance médicale ou sur des stratégies thérapeutiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-medecine-predictive/#i_97229

MÉDICAL DROIT

  • Écrit par 
  • Louis RENÉ, 
  • André TUNC
  •  • 3 303 mots

Dans le chapitre « Les fondements de l'organisation professionnelle et de la déontologie »  : […] En France, le droit médical est, pour une assez large part, codifié. On le trouve dans le Code de la santé publique, promulgué par un décret du 5 octobre 1953 et plusieurs fois amendé, ainsi que dans des Codes de déontologie relatifs aux diverses professions médicales (pour les médecins : décret du 28 juin 1979). L'adaptation éventuelle du droit aux nouvelles possibilités de la science est confi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-medical/#i_97229

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Techniques d'études utilisées lors des essais »  : […] Il existe deux grands types de méthodes : les essais dits ouverts, les essais dits contrôlés. Nous allons rapidement les passer en revue en essayant de dégager les avantages et les inconvénients de chacune de ces techniques et en précisant leur place dans les différentes phases. Quelle que soit la méthode utilisée, elle nécessite une équipe médicale parfaitement entraînée et attentive, tout au lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_97229

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Éthique et pouvoir »  : […] La science doit se doter d'une conscience. Les chercheurs ne doivent pas rester dans leur tour d'ivoire, ils doivent s'exprimer ; ils doivent s'intéresser de plus près au processus de la prise de décisions et, dans la mesure du possible, s'y intégrer au lieu d'en faire trop souvent l'objet. Ils doivent être libres d'informer et de conseiller sans se laisser réduire au simple rôle d'outils dont l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-societe/#i_97229

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 036 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Faut-il légaliser le dopage ? »  : […] À l'opposé de cette approche, plusieurs dirigeants sportifs, médecins et médias entendent réduire l'aire du dopage. Ainsi, Juan Antonio Samaranch, alors président du Comité international olympique (C.I.O.), avait souhaité une limitation drastique du nombre de produits illicites, estimant que les substances augmentant artificiellement le rendement du sportif ne devaient pas être interdites si elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-le-dopage/#i_97229

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine FAURE, « COMITÉS D'ÉTHIQUE BIOMÉDICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comites-d-ethique-biomedicale/