CNIDAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développement

Les Cnidaires fréquentent exclusivement les milieux aquatiques, mer ou eau douce. Ils peuvent être fixés ou libres ; la forme fixée constitue le polype, la forme libre est la méduse.

Polype et méduse

Polype et méduse

Dessin

Les deux formes des Cnidaires. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La reproduction asexuée s'effectue par bourgeons se développant sur le polype ou par fragmentation du polype. La reproduction sexuée comporte des gamètes mâles et femelles. La segmentation de l'œuf est holoblastique et donne naissance à une larve ciliée, la planula.

Cnidaires : développement

Cnidaires : développement

Dessin

Le développement chez les Cnidaires. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans la majorité des cas, les gamètes sont portés par la forme méduse succédant alors à la forme polype. Il existe une véritable alternance de génération.

Le polype ressemble à un petit sac, fixé à un support par sa région inférieure allongée en une sorte de pédoncule. À l'extrémité supérieure s'ouvre la bouche entourée d'une couronne de tentacules souples. La bouche conduit dans une cavité gastrovasculaire en cul-de-sac qui se prolonge par un étroit canal dans chaque tentacule. Les deux couches, ectoderme et endoderme, qui forment la paroi du corps sont séparées par une mésoglée peu abondante.

Les polypes se groupent dans certains cas en colonies, soutenues par un squelette souvent calcifié et formant parfois de véritables récifs coralliens.

La méduse est libre ; sa morphologie reflète l'absence de fixation. La région aborale devient convexe ; le disque oral s'invagine et devient concave ; la bouche se prolonge en une sorte de trompe, le manubrium érigé au centre de la cavité. La méduse présente un aspect de clocheet, lorsqu'elle nage, elle se retourne de façon que le manubrium soit dirigé vers le bas comme le battant d'une cloche. On nomme ombrelle le corps convexe de la cloche, comprenant une sous-ombrelle, ou disque oral invaginé, et une ex-ombrelle, ou partie supérieure de la cloche. Sous-ombrelle et ex-ombrelle sont contiguës au niveau du bord ombrellaire où se trouvent disposés les tentacules. La paroi de la méduse (ectoderme et endoderme) est identique à celle du polype. Mais des différences se manifestent dans la mé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Cnidaire (coupe)

Cnidaire (coupe)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cnidoblaste (coupe)

Cnidoblaste (coupe)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Polype et méduse

Polype et méduse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cnidaires : développement

Cnidaires : développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  CNIDAIRES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « La macrophagie »  : […] Quelques exemples pris dans différents taxons illustreront cette modalité alimentaire. Les Cnidaires sont des prédateurs possédant des outils spécialisés qui leur permettent de compenser leur faible mobilité. Ils possèdent des tentacules armés de cellules urticantes particulières, propres à l'embranchement des Cnidaires, les cnidoblastes. Les Annélides polychètes errantes sont des espèces préda […] Lire la suite

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 388 mots
  •  • 5 médias

Créé par Ehrenberg en 1833, le terme d'Anthozoaire évoque les « animaux en forme de fleurs » dont les anémones de mer ou les coraux sont des exemples. Qu'ils soient solitaires ou groupés en colonies, les individus, qu'on nomme polypes, présentent l'aspect d'un cylindre creux surmonté de tentacules urticants et fermé à la base par un disque assurant la fixation sur divers substrats : rochers, épa […] Lire la suite

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] Le besoin de coordination des activités cellulaires des Métazoaires, comme les éponges ou les méduses, s'est traduit par la mise en place très précoce de structures nerveuses produisant à la fois des neuromédiateurs et des neurohormones : chez les Cnidaires ont été isolés de nombreux peptides dont les fonctions de neuromédiateurs ou de facteurs paracrines sont d'ailleurs loin d'être totalement é […] Lire la suite

HYDRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 1 833 mots
  •  • 2 médias

Pour les zoologistes, les hydres ne sont nullement des bêtes fabuleuses, mais bien au contraire de minuscules et inoffensifs animaux d'eau douce, au corps en forme de poche allongée, muni d'un seul orifice entouré de fines tentacules. Le terme d'hydre a été créé par Linné (1735) pour désigner de petits polypes solitaires dulçaquicoles capables de bourgeonner activement. Les hydres appartiennent […] Lire la suite

HYDROZOAIRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 245 mots
  •  • 6 médias

Les Hydrozoaires (Thomas Huxley, 1858) appartiennent à l'embranchement des Cnidaires venant, dans la classification du règne animal, après celui des Spongiaires qui groupe les plus primitifs des animaux pluricellulaires (Métazoaires). Les Hydrozoaires ont une organisation primitive : leur corps, comme celui des Spongiaires, est fait des deux feuillets primitifs, l'ectoderme et l'endoderme, séparé […] Lire la suite

MÉDUSES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 496 mots
  •  • 7 médias

Le terme de méduse désigne des animaux appartenant à l'embranchement des Cnidaires, qui passent toute leur vie en pleine eau, à la surface des mers, ou le plus souvent à diverses profondeurs. Les mouvements des méduses sont lents ; elles sont entraînées par les courants marins et font partie du plancton. Certaines de ces méduses représentent la génération sexuée de divers Hydraires ; on les nom […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  dinophycée […] Lire la suite

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les animaux (Animalia) »  : […] La plupart des taxons d'animaux sont connus dès la fin du Protérozoïque : dans l'Édiacarien, au sein des faunes dites d'Ediacara ou faunes vendiennes, datées vers — 575 à — 545 Ma, et dans des sites chinois plus anciens comme celui de Doushantuo daté à — 628 Ma. Ils sont représentés par des restes macroscopiques, des traces d'activité, voire même des embryons. La plupart des analyses de phylogéni […] Lire la suite

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Invertébrés »  : […] Dans le domaine zoologique, on connaît des formes lumineuses depuis les Protozoaires jusqu'aux Poissons inclus, dans treize des vingt-cinq phylums majeurs. Les Protistes lumineux appartiennent soit aux Radiolaires (exclusivement marins), soit aux Dinoflagellés marins. Lorsque les conditions écologiques sont favorables, ils peuvent former des populations considérables (marées rouges). Une perturb […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La base de l'arbre : un problème non résolu  »  : […] Les branches basales de l'arbre des métazoaires restent aujourd'hui très incertaines car les phylogénies moléculaires ont donné jusqu'à présent des résultats peu soutenus et contradictoires. L'arbre le plus couramment admis, faute de mieux, est celui de la figure 3 . La majorité des phylogénies réalisées avec les ARNr 18S et 28S suggèrent que les éponges forment un groupe paraphylétique à la base […] Lire la suite

RÉCIFS CORALLIENS

  • Écrit par 
  • Pascale JOANNOT
  •  • 6 421 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature du corail »  : […] La nature du corail a été, au fil des siècles, source d'interrogations et objet de querelles de scientifiques. Théophraste ( iv - iii e  s. av. J.-C.), disciple et successeur scientifique d'Aristote, compare le corail à une plante pétrifiée. Plus tard, Ovide (43 av. J.-C. - 17 apr. J.-C.) affirme que le corail est une algue molle durcissant à l'air. En 1706, le comte de Marsigli (1658-1730), natur […] Lire la suite

SIPHONOPHORES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 965 mots
  •  • 3 médias

Les Siphonophores sont des animaux transparents et gélatineux, semblables à des méduses et qui mènent une vie exclusivement planctonique. Ils sont plus abondants dans les mers chaudes et fréquentent peu les eaux littorales. En réalité, ces organismes sont des Cnidaires coloniaux. La structure de leurs colonies est complexe parce que constituée d'individus hautement modifiés et spécialisés. Les Si […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Andrée TÉTRY, « CNIDAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cnidaires/