CLOWN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auguste la victime triomphe

La disparition vers 1860 des spectacles de pantomime permet au cirque d'engager les derniers mimes, qui apportent au répertoire clownesque, fort pauvre encore, une somme de canevas et de traditions qui émaillaient et rendaient drôles les arlequinades acrobatiques. Les clowns s'en emparent et les accommodent à l'optique et à l'acoustique du cirque, dès que le décret instituant la liberté des théâtres, en 1864, supprime tous les privilèges et interdictions. Un fonds commun de trouvailles, de facéties, de situations d'inspirations diverses, éprouvées à l'usage, transmises oralement, s'enrichit d'année en année. Les scènes dialoguées ne sont plus prohibées en piste, ni la musique instrumentale, ni la danse, ni le chant. La farce devient entrée clownesque et l'« entrée », sketch à plusieurs personnages.

C'est alors qu'un nouveau type comique survient auquel on donne le nom d'Auguste dans le monde entier, mais celui de Tony en Italie. Il apparaît d'abord comme un personnage subalterne surgi sur des écuries du cirque ou du wagon-dortoir des employés toutes mains d'un chapiteau. Il se mêle à l'action clownesque, sans qu'on sache exactement ce qu'il vient y faire. Tom Belling, en Allemagne, Jimmy Guyon, en France, revendiquent sa paternité. Son costume misérable contraste avec l'habit pailleté du clown, car celui-ci, depuis qu'il joue la farce, dédaigne le maillot et la trousse d'acrobate et porte, désinvolte et crâne, une souquenille de parade. L'auguste, avec l'extravagance de son costume, avec les ridicules de sa silhouette et son goût pour le gigantisme ou le filiforme, bouleverse le rêve et la fantaisie. C'est la réalité qui entre en piste, le pauvre hère promis à toutes les plaisanteries, aux avanies, aux méchancetés de son orgueilleux partenaire. Il y invite d'ailleurs avec une conscience professionnelle, une soumission méritoire, et son rôle, qu'il prend au sérieux, lui assure bientôt une promotion extraordinaire dans l'échelle des amuseurs. Il est l'idiot du village, le niais de la noce, le vagabond qu'on pourchasse, le clochard dégingandé, le pochard des lendemains de fêtes, le tramp américain ; il est un intrus, et, conformément à ses origines de palefrenier hirsute, inacceptable dans un milieu d'artistes. Toutes les entrées clownesques sont construites désormais en fonction de ce personnage, dupé, battu et toujours étonné de l'être. Tout le jeu s'organise autour de lui. Au comique de mots, de gestes, d'accessoires, l'entrée clownesque substitue le comique de situations et – sa dernière ressource – le comique de sentiments. À ce jeu-là, les clowns anglais doivent quitter la place. Les clowns latins, les Italiens d'une vivacité imbattable dans l'entrée acrobatique, les Espagnols interprètes des vieilles farces castillanes qu'ils ont découvertes dans les intermeses, les Français descendants des mimes du boulevard du Temple chassent définitivement au début du siècle le clown anglais des pistes parisiennes. Geo-Foottit, le clown du Nouveau-Cirque, et ses enfants, Busby, clown de reprise chez Medrano, seront les derniers représentants du clown de tradition anglaise, avant la Première Guerre mondiale. Le comique d'accessoires reparaît comme une branche d'activité clownesque purement matérielle et visuelle avec les Rastelli et les Folcos.

La Ruée vers l'or, de C. Chaplin, 1925

Photographie : La Ruée vers l'or, de C. Chaplin, 1925

Le comédien britannique Charles Spencer Chaplin (1889-1977) interprète le rôle du vagabond dans La Ruée vers l'or (1925). 

Crédits : MPI/ Getty Images

Afficher

La pantomime acrobatique, que servaient encore à la fin du xixe siècle les Hanlon-Lees et Agoust dans leur répertoire personnel et dans des pièces écrites pour eux par les auteurs dramatiques, n'est plus qu'un souvenir. Les clowns musicaux et leurs instruments fantaisistes disparaissent à leur tour. On ne les retrouve, de-ci de-là, que dans quelques vieilles équipes clownesques : les Fratellini avec le flexatone et le jazzo-flûte, les Dario avec les sifflets harmoniques et les pavés sonores.

Après la Première Guerre mondiale, le clown pailleté dispute au régisseur de piste son rôle de meneur de jeu. Il se drape dans une superbe et fragile dignité à la mesure de son autorité grandissante dans le couple, puis dans le trio clownesque. Antonet (Umberto Guillaume) met à contribution la mode féminine pour se parer de fourrures et de plumes d'autruche. Rico Briatore, François Fratellini, Dario Meschi savent encore sauter, mais s'habillent de plus en plus somptueusement. Dès lors, le clown meneur de jeu faire-valoir, dit bientôt « autoritaire » par opposition à l'ancien clown, comique et bon enfant, dit « débonnaire », craint les acti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Les frères Fratellini, vers 1930

Les frères Fratellini, vers 1930
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

La Ruée vers l'or, de C. Chaplin, 1925

La Ruée vers l'or, de C. Chaplin, 1925
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CLOWN  » est également traité dans :

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 075 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un comique spécifique »  : […] Un arroseur arrosé, un sergent de ville poursuivant un cul-de-jatte simulateur, ce sont les premiers gags connus, réalisés par Louis Lumière en 1895. Le cinéma naissant s'émerveilla de ses pouvoirs au nombre desquels la désintégration comique du réel n'est pas le moindre. Dans Onésime horloger , d'André Deed, une subite accélération du temps autorise en l'espace de quarante secondes un mariage écl […] Lire la suite

DEVOS RAYMOND (1922-2006)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 928 mots

Raymond Devos était l'alchimiste du verbe, le magicien des mots, tout à la fois comédien, jongleur, rêveur, funambule, clown poète, maître en calembours, « amuseur » comme il se présentait lui-même. Se jouant des coq-à-l'âne et des paradoxes, il tenait les spectateurs en haleine au fil de monologues imaginaires pour les ramener dans le réel, au terme d'une lutte où on le voyait se battre seul avec […] Lire la suite

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Acteur, prestidigitateur, musicien, clown, peintre, dessinateur, sculpteur, créateur d’automates, affichiste, humoriste, écrivain, dramaturge, metteur en scène, gagman, scénariste et réalisateur de cinéma, tel était Pierre Étaix. Né à Roanne le 23 novembre 1928, il découvre à cinq ans le cirque et manifeste aussitôt le désir d’être clown. Il étudie le violon, puis le piano et le dessin. Il rencon […] Lire la suite

FRATELLINI LES

  • Écrit par 
  • Pierre ÉTAIX, 
  • Annie FRATELLINI
  •  • 578 mots
  •  • 1 média

À l'origine, les Fratellini étaient quatre frères : Louis (Florence, 1868-Varsovie, 1909) ; Paul (Catane, 1877-Le Perreux-sur-Marne, 1940) ; François (Paris, 1879-1951) et Albert (Moscou, 1885-Épinay, 1961). À partir de 1894, les aînés travaillèrent ensemble : Louis comme clown et Paul comme auguste ; ils exécutaient ce que l'on appelle en terme de métier des « reprises », c'est-à-dire des interm […] Lire la suite

GROCK ADRIEN WETTACH dit (1880-1959)

  • Écrit par 
  • Michèle GRANDIN
  •  • 233 mots

Né en Suisse, dans une famille d'horlogers, Adrien Wettach fut d'abord acrobate amateur. Après avoir débuté en Hongrie, il devint le partenaire d'un clown nommé Brick et prit son nom de scène : Grock. Lorsque Brick se maria, Grock rejoignit le célèbre Antonet. En passant de la piste à la scène, à Berlin, ils essuyèrent d'abord des échecs, puis, maîtrisant leur technique, ils obtinrent un engagemen […] Lire la suite

LA GRANDE PARADE (exposition)

  • Écrit par 
  • Corine PENCENAT
  •  • 1 035 mots

Il est rare de voir une exposition engager un parcours à travers des œuvres en partant d'un texte littéraire. La Grande Parade . Portrait de l'artiste en clown se réfère directement au Portrait de l'artiste en saltimbanque de Jean Starobinski, paru en 1970 chez Skira et réédité par Gallimard en 2004. Organisée par le musée des Beaux-Arts du Canada qui la présentait, après Paris du 11 mars au 31 […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Le théâtre élisabéthain »  : […] L'épanouissement du théâtre élisabéthain doit beaucoup à l'Université. De bonne heure, à Londres, les étudiants de l'École de droit s'amusent à jouer la comédie ; leurs régents les y encouragent, s'improvisant auteurs à l'occasion. Les jeunes choristes de la Chapelle royale donnent des représentations en ville et devant la cour. En province, des troupes de métier rayonnent autour des centres impor […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan RÉMY, « CLOWN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clown/