CHABROL CLAUDE (1930-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rien ne va plus

Film mal compris, Madame Bovary clôt une période chabrolienne. De tout temps, les héroïnes de Chabrol sont des Emma Bovary, et celle de Chabrol, incarnée par Isabelle Huppert, est bien une « bonne femme ». Des mouvements de caméra incessants annulent les élans romantiques intérieurs d'Emma par les regards que jettent sur elle les « réalistes ». Au lieu d'éloigner le réalisateur du monde contemporain, l'adaptation de Flaubert l'en rapproche et nous rappelle à quel point il est tout autant balzacien et chroniqueur de la société contemporaine. La période de l'Occupation lui a toujours paru capitale pour comprendre la France d'aujourd'hui. Déjà, Une affaire de femmes, d'après un fait authentique, lui avait permis de mettre le doigt sur les aspects les plus répressifs du régime de Vichy à travers deux phénomènes qui concernent toujours notre époque, au point que le film aura beaucoup de mal à être diffusé aux États-Unis : l'avortement et la peine de mort. Chabrol donne ensuite son unique documentaire à ce jour, L'Œil de Vichy : un montage des actualités cinématographiques produites par le gouvernement de Vichy sans jugement apparent ni commentaires, où se donnent à lire en creux l'idéologie et la propagande du régime.

L'héroïne de Betty, nouvelle adaptation de Simenon, magistralement interprétée par Marie Trintignant, n'est marquée d'aucune trace de « bovarysme » : croyant se régénérer d'un traumatisme culpabilisant, elle s'enfonce dans les eaux troubles des obsessions sexuelles et de l'alcool. Nul romantisme également dans cet enchaînement des trahisons – de ses origines, de son mari bourgeois et sa famille, de celle qui l'aide enfin à s'en sortir. Le Mal devient le thème central de cette dernière période, décliné des plus étranges façons. Pour Betty, le Mal est nécessaire à sa survie. Paul Prieur – retour du prénom maléfique –, le héros de L'Enfer, librement inspiré d'un scénario d'Henri Georges Clouzot [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  CHABROL CLAUDE (1930-2010)  » est également traité dans :

LE BEAU SERGE, film de Claude Chabrol

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 944 mots

Le Beau Serge est le premier long-métrage de la Nouvelle Vague. Le film est autoproduit par Claude Chabrol lui-même, avec l'argent d'un héritage familial. Il est réalisé en plein hiver 1957-1958, à Sardent, village de la Creuse où Chabrol (1930-2010), fils d'un pharmacien parisien du X […] Lire la suite

MERCI POUR LE CHOCOLAT (C. Chabrol)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 091 mots

Avec L'Enfer (1994) et Au cœur du mensonge (1998), Merci pour le chocolat (2000), adapté du roman de Charlotte Armstrong, The Chocolate Cobweb, constitue le terme d'une trilogie dont le thème majeur est la suspicion. Merci pour le chocolat débute dans une ambiance d'apparente normalité bourgeoise, m […] Lire la suite

AUDRAN STÉPHANE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 649 mots
  •  • 1 média

Née Colette Dacheville le 8 novembre 1932 à Versailles, Stéphane Audran suit les cours d’art dramatique de Tania Balachova, Charles Dullin, Michel Vitold et René Simon. Elle épouse en 1954 Jean-Louis Trintignant, son condisciple du cours Simon, avec qui elle débute sur scène, en 1955, dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel et Jacques Panijel. Après deux autres pièces, sa carrière au thé […] Lire la suite

BLAIN GÉRARD (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 594 mots

Né le 23 octobre 1930 à Paris, Gérard Blain écourte très vite ses études et, dès 1943, fait de la figuration dans de nombreux films, comme Les Enfants du Paradis (1945), de Marcel Carné, ou Le Carrefour des enfants perdus (1944), de Léo Joannon. Il joue également au théâtre. Après son service militaire dans les parachutistes, on le voit en 1953 dans Avant le déluge , d'André Cayatte. Il trouve s […] Lire la suite

BOUQUET MICHEL (1925- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 328 mots

Pour le grand public cinéphile, Michel Bouquet se confond avec la silhouette arrondie, le regard étonné, faussement naïf, teinté d'une lucidité parfois perverse qui fait son succès à la charnière des années 1960-1970, dans les films de Claude Chabrol, d'Yves Boisset ( L'Attentat ), Henri Verneuil ( Le Serpent ), José Giovanni ( Deux Hommes dans la ville ), Alain Corneau ( France société anonyme ), […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France a fait valoir, à tort ou à raison, la prépondéranc […] Lire la suite

HUPPERT ISABELLE (1953- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 023 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La part de l'ombre »  : […] Cette carrière peu ordinaire commence pourtant de la manière la plus traditionnelle qui soit. Isabelle Huppert est née à Ville-d'Avray le 16 mars 1953. Après le Conservatoire d'art dramatique de Versailles, où elle a passé son enfance, celui de Paris, elle tient une série de petits rôles, parfois marquants ( Les Valseuses de Bertrand Blier, 1974 ; Dupont-Lajoie d'Yves Boisset, 1975 ; Le Juge et […] Lire la suite

NOUVELLE VAGUE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 975 mots
  •  • 2 médias

En 1959, lors du 12 e  Festival international de Cannes, sont présentés simultanément Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais et Les 400   Coups de François Truffaut, qui obtient le prix de la mise en scène . En février et mars étaient sortis avec succès les deux premiers films de Claude Chabrol, Le Beau Serge et Les Cousins . Deux ans plus tôt, Et Dieu créa la femme , de Roger Vadim, avec Brigitt […] Lire la suite

PARASITE (Bong Joon-ho)

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « En attendant le déluge »  : […] Jusqu’à Parasite , le travail de Bong Joon-ho se divisait assez strictement entre une inspiration réaliste, à laquelle se rattache Memories of Murder ou Mother ( Ma deo, 2009), et le goût du fantastique, voire des films de monstres, comme The Host ou Okja . Mais Parasite vient brouiller les frontières en proposant à la fois une étude sociale, une comédie burlesque et même un film d’horreur q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « CHABROL CLAUDE - (1930-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-chabrol/