CLOUZOT HENRI GEORGES (1907-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La place d’Henri-Georges Clouzot dans l'histoire du cinéma est malaisée à définir. Si tel de ses films a connu un succès considérable (Le Salaire de la peur), tel autre fut une expérience de laboratoire (Le Mystère Picasso). Tantôt il s'enlise dans le commercialisme le plus épais, tantôt il fait œuvre d'avant-garde. Un même ouvrage peut charrier le meilleur et le pire : c'est le cas des Diaboliques. La reprise obsédante de certains thèmes (l'innocence outragée, le voyeurisme, la délation), son goût du morbide et du crapuleux, la tyrannie qu'il exerce sur ses comédiens, sa situation volontairement marginale dans l'industrie du film en font un auteur à part, presque inquiétant.

Clouzot fut, durant les premières années du « parlant », scénariste et dialoguiste (non crédité) de nombreux films, plus médiocres les uns que les autres. Il travailla pour la radio, l'opérette, le Grand-Guignol. Sa première mise en scène « officielle » fut, en 1941, L'assassin habite au 21, adaptation originale d'un roman policier du Belge Stanislas-André Steeman, dans la série des « Monsieur Wens ». Puis ce fut, en 1943, Le Corbeau, où l'on trouve déjà, épars, tous les traits caractéristiques de son style : pessimisme, noirceur, violence érotique, goût affirmé pour la pourriture. La référence à Zola ou à Céline s'impose (et, sur le plan cinématographique, à Stroheim). Ce film, produit par la firme sous contrôle allemand Continentale, valut à son auteur, à la Libération, d'être proscrit « à vie » par les commissions d'épuration ! Il n'en continua pas moins de tourner : Quai des Orfèvres (1947), une transposition moderne (et discutable) de Manon Lescaut (1948), Miquette et sa mère (1949), Le Salaire de la peur (1952), Les Diaboliques (1955), Les Espions (1957), La Vérité (1960), La Prisonnière (1968). Parfois Clouzot y atteint à un véritable délire baroque, à mi-chemin de Kafka et de l'expressionnisme allemand ; ailleurs, il s'englue dans la rumination de ses fantasmes.

Les Diaboliques, de Henri Georges Clouzot

Les Diaboliques, de Henri Georges Clouzot

photographie

Véra Clouzot, Simone Signoret et Paul Meurisse dans Les Diaboliques (1955), de Henri Georges Clouzot. 

Crédits : Filmsonor S.A./ Collection privée

Afficher

« Monstre » pour les uns, grand créateur romantique pour d'autres, intransigeant, irascible, insaisissable, pétri de contradictions, Clouzot partage avec Hitchcock une fascination évidente pour le mal. « C'est terrible à dire, observe le héros du Corbeau, mais le mal est nécessaire. » Reste à savoir si, dans son œuvre, Clouzot parvient à libérer cette force démoniaque ou s'il ne fait qu'en proposer de grinçantes caricatures.

—  Claude BEYLIE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification


Autres références

«  CLOUZOT HENRI GEORGES (1907-1977)  » est également traité dans :

LE CORBEAU, film de Henri-Georges Clouzot

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 160 mots

Produit durant la période de l'Occupation, sous contrôle allemand, par la firme Continental, second film d'un jeune réalisateur que vient de révéler le divertissement policier L'assassin habite au 21 (1942), Le Corbeau est un pamphlet, dans lequel une campagne de lettres anonymes fait « tomber les masques ». Henri-Georges Clouzot (1907-1977) venait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-corbeau/#i_4672

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Technique et mythologie érotiques »  : […] L'érotisme ne pouvant être le paradis du cinéaste, il sera sa croix, en tout cas sa hantise, grandissant sans cesse, comme sur les affiches et dans les autres domaines de la publicité. Un film comme Benjamin (1967) double ses recettes par un sous-titre alléchant : Mémoires d'un puceau . « Civilisation du cul », affirme Godard dans Deux ou trois c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_4672

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 179 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cinéma de l'Occupation »  : […] Le régime de Vichy recèle des aspects moins honorables. Il ajoute sa propre censure à celle que les Allemands exercent à Paris. Le statut des Juifs signé par Pétain en octobre 1940 ampute le cinéma de nombreux producteurs, auteurs et techniciens, contraints à l'exil ou au silence de la clandestinité. D'autres quittent la France par refus de l'ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_4672

MONTAND YVES (1921-1991)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 453 mots

Dans le chapitre « « Trois Petites Notes de musique » »  : […] Ivo Livi naît le 13 octobre 1921 à Monsummano Alto (aujourd’hui Monsummano Terme), en Toscane. Alors qu'il a deux ans, son père, ouvrier communiste, quitte l'Italie fasciste et émigre en France. Il habite alors les quartiers pauvres de Marseille, quitte l'école à onze ans et fait tous les métiers : livreur, emballeur, employé dans une fabrique de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-montand/#i_4672

TATSUMI YOSHIHIRO (1935-2015)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 763 mots
  •  • 1 média

Deux histoires d’îles sont liées à la fondation de la bande dessinée japonaise moderne : en 1947, Tezuka Osamu (1926-1989) publie La Nouvelle Île au trésor , un récit inspiré du roman de Stevenson, dans lequel il fixe des codes graphiques qui persistent encore ; en 1952, Tatsumi Yoshihiro, jeune admirateur de Tezuka (il est né à Osaka le 10 juin 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tatsumi/#i_4672

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « CLOUZOT HENRI GEORGES - (1907-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-georges-clouzot/