CINÉTIQUE CHIMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Applications techniques

Mais tout en contribuant aux progrès mêmes de la chimie en tant que science, la cinétique chimique est aussi une science appliquée ; en traduisant la transformation chimique en termes quantitatifs, elle rend possible l'action de l'ingénieur sur celle-ci. Un premier groupe d'application concerne la mise au point des procédés industriels de transformation chimique. Le problème dans ce cas est de fabriquer un certain produit chimique au coût minimal. Si nous considérons le cas du Nylon, il faudra disposer d'acide adipique, CO2H(CH2)4CO2H, au moindre prix, or celui-ci peut être obtenu à partir de benzène, C6H6, hydrogéné en cyclohexane, C6H12, lui-même oxydé par l'air en cyclohexanol, celui-ci étant oxydé par l'air ou par l'acide nitrique en acide adipique. Chacune de ces étapes réactionnelles doit être industriellement optimalisée, c'est-à-dire qu'il faut en faire l'étude cinétique complète, en déduire un schéma de procédé pour une réalisation industrielle, schéma qui définira les fractionnements nécessaires pour purifier les réactifs, les réacteurs nécessaires pour assurer la transformation, les fractionnements nécessaires pour purifier les produits ainsi que les connexions entre ces équipements. On établira ensuite le plan de circulation des fluides, c'est-à-dire qu'en tout point on établira la concentration et le débit pour tous les produits chimiques présents. À partir de ces données, on établira un schéma d'instrumentation et de tuyauteries où sont déterminés les matériaux, les dimensions et les épaisseurs des réacteurs, des colonnes de fractionnement et des tuyauteries... Même une réaction aussi simple que l'hydrogénation du benzène en cyclohexane (C6H6 + 3H2 → C6H12) nécessite une installation chimique d'apparence complexe comme le montre la photo ci-contre ; la cinétique chimique, la physico-chimie, le génie chimique sont les sciences principales qui permettent, malgré cette complexité, de rendre disponibles les produits chimiques de synthèse à des prix de plus en plus faibles.

Une deuxième classe d'application concerne la stabilisation des matériaux ; la dégradation d'un matériau est souvent chimique, due en particulier à l'oxydation par l'air, à l'action de l'eau ou à l'action des rayons ultraviolets provoquant des réactions photo-induites dans le matériau. Il est important de déterminer quantitativement quels ingrédients, incorporés au matériau sous une forme et à une concentration précises, rendront ces réactions les plus lentes possibles. Ainsi le polyéthylène peut être employé dans des objets innombrables, parce qu'on a su le stabiliser par des antioxygènes, en général des phénols substitués engagés à raison de 0,1 à 0,3 p. 100, et par des agents antiultraviolets engagés à des concentrations de 0,05 à 0,1 p. 100 et qui souvent sont des dérivés du benzothiazol ou de la benzophénone.

Une troisième classe d'application se rattache à l'ensemble des sciences de la vie. Les mécanismes des cellules vivantes apparaissent nettement, depuis que toutes les espèces chimiques présentes ont pu être chimiquement caractérisées, c'est-à-dire surtout depuis 1940, comme obéissant aux lois de la chimie : « Cells obey the laws of chemistry » (J. D. Watson, Molecular Biology of the Gene). À une mise en évidence qualitative et globale des mécanismes chimiques correspondant à telle ou telle fonction succède de plus en plus une compréhension fine et quantitative. L'attribution du prix Nobel 1967 de médecine à G. Wald pour ses travaux sur les fondements moléculaires de la vue, en particulier sur les mécanismes chimiques au niveau de la rétine, est significative de l'importance attachée à ces travaux. La connaissance quantitative des phénomènes biochimiques s'accompagne en effet d'une possibilité d'action accrue dans les domaines relatifs au contrôle de la reproduction et de la croissance des espèces végétales ou animales, ou au domaine de la médecine. Les agents chimiques, aliments, médicaments, engrais, pesticides, pourront en effet être utilisés de façon de plus en plus précise, et en quantité et en temps, pour leur conférer l'efficacité maximale dans leur interaction avec les phénomènes biochimiques qu'ils ont pour but de contrôler. Là encore, c'est en traduisant la réalité chimique en termes logiques et sous forme de lois quantitatives que la cinétique chimique augmente l'efficacité des techniciens.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Wilhelm Ostwald

Wilhelm Ostwald
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Complexation par lien hydrogène

Complexation par lien hydrogène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Mise en évidence d'un radical

Mise en évidence d'un radical
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réaction catalytique

Réaction catalytique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : Docteur ès sciences, ingénieur en chef des Mines, directeur général de la Compagnie française d'études et onstruction Technip.

Classification

Autres références

«  CINÉTIQUE CHIMIQUE  » est également traité dans :

ACTIVITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 266 mots

Grandeur introduite par G. N. Lewis, en 1907, pour exprimer les propriétés thermodynamiques des solutions. En effet, l'expression du potentiel chimique d'un composé dans une solution idéale, donné par la relation μ = k T ln N + μ 0 , où N représente la fraction molaire du composé, n'est valable que dans le cas où la concentration du composé tend vers zéro, c'est-à-dire dans le cas des solutions in […] Lire la suite

ANTIOXYGÈNES

  • Écrit par 
  • Robert PANICO
  •  • 2 343 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mécanisme »  : […] Du point de vue de la cinétique, la réaction d'autoxydation est caractérisée par l'existence d'une période d'induction au début de la réaction, au cours de laquelle la vitesse est pratiquement négligeable. La vitesse de la réaction croît ensuite rapidement puis se stabilise. Ces faits s'accordent avec le mécanisme d'une réaction radicalaire en chaîne. Si l'on représente le composé autoxydable par […] Lire la suite

CATALYSE

  • Écrit par 
  • Henri Jean-Marie DOU, 
  • Jean-Eugène GERMAIN
  •  • 8 408 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cinétique de la catalyse hétérogène »  : […] La cinétique des réactions catalysées est dominée par la vitesse de réaction des centres actifs avec les corps de départ ou la vitesse de libération de ces centres par désorption des produits ; ces deux vitesses étant égales lorsque s'est établi le régime stationnaire, l'étape la plus lente gouverne la vitesse globale. Cette compétition pour les centres actifs se traduit souvent par un effet de r […] Lire la suite

COORDINATION (chimie) - Composés de coordination

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 5 021 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de réactions »  : […] Du point de vue cinétique, les complexes inertes présentent des réactions suffisamment lentes pour être étudiées par les techniques conventionnelles. Par contre, pour les complexes labiles (temps de demi-réaction de 10 -8 à une seconde), seul le développement de techniques spéciales, telles que les méthodes de compétition, de relaxation ou de perturbation spectroscopiques (R.M.N., R.P.E.) et éle […] Lire la suite

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 141 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Lois cinétiques d'oxydation des métaux »  : […] Le paramètre important pour étudier quantitativement les phénomènes d' oxydation est la variation de l'épaisseur Δ e de la couche d' oxyde ou la variation Δ m du poids de l'échantillon en fonction du temps t pour une température et une pression données. Plusieurs théories (Wagner, Mott et Cabrera, Hauffe et Ilschner) ont été proposées pour traduire quantitativement l'oxydation des métaux. Dive […] Lire la suite

DEUTÉRIUM

  • Écrit par 
  • Akli HAMMADI
  •  • 890 mots

En 1932, H. C. Urey, F. G. Brickwedde et G. M. Murphy mettent en évidence l'existence du deutérium, isotope de l'atome d'hydrogène, en analysant les raies du spectre de Balmer issues d'un résidu lourd de distillation fractionnée d'hydrogène liquide. Ces résultats furent confirmés la même année par W. Bleaknay à l'aide du spectrographe de masse. Le deutérium est un isotope stable, de numéro atomiq […] Lire la suite

ENZYMES - Histoire de la notion

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les enzymes sont des catalyseurs »  : […] Le chimiste suédois Jacob Berzelius (1779-1848) avait introduit le concept de catalyse en 1835. Un catalyseur accélère la vitesse d’une réaction chimique et se retrouve inchangé à la fin de l’opération. Les enzymes sont-elles des catalyseurs biologiques, puisque les réactions qu’elles assurent ne se produisent pas spontanément en leur absence ? On doit à Victor Henri (1872-1940), biophysicien et […] Lire la suite

ENZYMES - Cinétique enzymatique

  • Écrit par 
  • Christophe LÉGER
  •  • 5 251 mots
  •  • 8 médias

La cinétique enzymatique est la discipline scientifique, à l'interface de la chimie et de la biochimie, qui applique les concepts de la cinétique chimique à l'étude des réactions catalysées par des enzymes : il s'agit, par cette approche, de chercher à comprendre comment fonctionnent les enzymes par l’examen de la manière dont les vitesses de ces réactions varient en fonction des conditions expér […] Lire la suite

ENZYMES - Site actif

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 967 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les bases de la cinétique enzymatique »  : […] Ce qui se passe au sein du site actif relève des mécanismes propres à la catalyse. La séquence des événements qui constituent la réaction catalysée relève quant à elle de la cinétique enzymatique, qui est la description d’une suite d’états définis par les équilibres de la thermodynamique chimique. Victor Henri, biophysicien et psychologue, est à l’origine de ces études (1902-1903). Mais la descrip […] Lire la suite

EUROPEAN XFEL (laser européen à électrons libres et à rayons X)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 426 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le résultat de l’addition de plusieurs technologies avancées »  : […] Le XFEL s’étend sur deux communes : le générateur d’électrons est situé sur le campus de Desy, à Hambourg, et les laboratoires et l’administration près de la ville de Schenefeld, dans le Schleswig-Holstein. Un tunnel de 3,4 kilomètres, creusé entre 6 et 38 mètres de profondeur, relie les deux sites. Dans ce tunnel sont placés la source d’électrons, l’accélérateur linéaire supraconducteur, l’ondul […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien SAJUS, « CINÉTIQUE CHIMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinetique-chimique/