MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réalisation et sens du grand œuvre : « De l'esprit des lois » (1748)

Nous voici au moment où va prendre forme la systématique, où la méthode va engendrer un savoir nouveau, une « manière d'enseigner les lois ». Et c'est d'abord l'écrivain politique qu'il faut saluer au travail dans une œuvre de pensée où le langage est essentiel. Montesquieu a un style philosophique, une manière de penser et de faire penser, des usages intellectuels propres à son temps et particuliers à son entreprise. L'Esprit des lois ne peut pas se résumer à la rencontre d'une intention didactique et du talent d'un homme d'esprit. Il y a une question de dispositio : l'intime cohérence d'un ouvrage qui a cherché son unité de façon totalement inédite –cohérence qui ne fut pas toujours perçue des contemporains, par incompréhension du projet qui la porte. Il y a l'adhésion nécessaire à une elocutio : ce sacrifice des idées intermédiaires et des minuties de jurisconsulte, car « qui pourrait tout dire sans un mortel ennui ? » ; et « il ne s'agit pas de faire lire, mais de faire penser ». Ce ne sont pas des coquetteries, mais un effort d'écrivain pour garder dans le savoir quelque chose des mouvements vrais de l'âme et des nécessaires changements de perspectives, et celui d'un chercheur sollicité par des questions limites qui viennent aider à redéfinir le cours de l'enquête sans le rompre.

Entre 1741 et 1743, à Paris, Montesquieu fait mettre au net une première fois la majeure partie de L'Esprit des lois. C'est là le point de départ important, et c'est vainement que des commentateurs s'échineraient à trouver ponctuellement le primum motum. La célèbre formule de la préface sur l'impulsion due à la découverte des principes, assurément antérieure, ne désigne pas ce qui allait commander comme de source le développement de l'œuvre, mais ce qui allait permettre la mise au point de la formulation stable des bonnes questions à poser aux conditions naturelles, historiques, politiques des législations, et à ce qui lie ces conditions dans l'état civil et l'état politique.

C'est ce que théorise une première fois le livre I à partir d'une définition inédite de la loi comme rapport nécessaire dérivant de la nature des choses, contestée aussi bien par les tenants de la « loi-commandement », philosophes et juristes, que par des empiristes comme Hume. L'essentiel est à la fois ce qui est regroupé et déduit autour de cette conception centrale, ce qui la précise et l'infléchit, voire la particularise, depuis la typologie politique jusqu'à ce qui apporte un dernier éclairage sur la tâche du législateur et le rapport qui lie politique et histoire. Ici peut se saisir l'ordre (le point de vue, non l'ordonnance) dans lequel Montesquieu situe sa recherche : minimalité du recours au droit naturel, à concilier avec la supposition inéluctable de rapports d'équité fondamentaux ; écart décisif pour mettre de côté les questions classiques de la sociabilité naturelle et du contractualisme, la première renfermant une pétition de principes, et la seconde se posant dans la construction des sociétés civiles et non comme un débat sur l'origine. Mais surtout, en même temps que celui des rapports qui forment l'esprit des lois, émergent d'entrée deux problèmes : celui de la totalité réelle que constitue une société civile (organisée politiquement), du lien entre le politique et le civil qui peuvent rester principiellement distincts (la réunion des volontés, la réunion des forces) ; et le problème de la rationalité se particularisant à travers l'étude d'une série de « générations de lois ». Car, et c'est la deuxième définition : « la loi est la raison humaine en tant qu'elle éclaire tous les peuples de la terre », ce qui ne doit pas impliquer conformisme ou sociologisme.

La question qui domine la première moitié de l'ouvrage (les livres I à XIX) doit être énoncée dans son ensemble et ses solidarités, au-delà des distinctions entre typologie politique, théorie des libertés politique et civile, théorie des climats : c'est aussi pour cela que Hegel célèbre Montesquieu comme le premier grand penseur de la totalité. Quel est le contenu réel de ce qu'on appelle un gouvernement (un certain type de société politiquement organisée) ? Quel est le rapport de ce contenu avec sa forme (sa nature) et son principe (les passions sociales qui « le font mouvoir »), et quel est le rapport de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)  » est également traité dans :

DE L'ESPRIT DES LOIS, Montesquieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 114 mots
  •  • 1 média

Le traité de Montesquieu (1689-1755), De l'esprit des lois, fut publié anonymement à Genève en 1748, puis corrigé dans l'édition posthume de Londres (en fait Paris) en 1757. Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu a étudié le droit à Bordeaux, avant de devenir avocat, conseiller et président à mortier au parlement de […] Lire la suite

LES LETTRES PERSANES (Montesquieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Le roman de Montesquieu (1689-1755) Les Lettres persanes fut publié anonymement en 1721 sous une fausse adresse à Cologne, et augmenté de onze lettres nouvelles en 1754, ainsi que de « Quelques Réflexions sur Les Lettres persanes ». L'originalité qui a assuré son succès immédiat et sa célébrité depuis plus de deux sièc […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Lumières et l'antijudaïsme »  : […] Les philosophes des Lumières ont eu en général peu de contacts suivis avec des juifs, ce qui les a laissés en partie réceptifs aux préjugés hostiles traditionnels qui se maintiennent encore au xviii e  siècle. Il faut replacer leurs propos dans le cadre de leur conception de la rationalité comme force libératrice, qui leur commandait de soustraire l'individu au joug oppressant de la religion, quel […] Lire la suite

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 203 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme mécanisme »  : […] À cette conception d'une constitution comme ordre de valeurs on pourrait en opposer une autre où la constitution s'apparente à un pur mécanisme, à un ensemble de lois naturelles propres au monde politique et pensées sur le modèle des lois naturelles du monde physique. Ici s'impose la figure de Montesquieu, dont Ernst Cassirer a si bien montré ce qu'il devait à la physique newtonienne (tout comme […] Lire la suite

CORPS INTERMÉDIAIRES

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 854 mots

L'ancienne France était, depuis le Moyen Âge, composée de groupes d'individus appelés corps : collèges, communautés, associations de gens ayant même métier ou même fonction dans la nation, et réunis à la fois pour la préservation de leurs intérêts particuliers et celle du bien commun. Ces corps existaient avec la permission du souverain et lui étaient subordonnés, bien que leur existence fût souve […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La civilisation conçue comme actualisation de la culture »  : […] C'est à Locke et à l' Essai sur l'entendement humain (1690) qu'appartient la formulation générale de la relativité des normes : « Qui prendra la peine – peut-on lire dans le premier livre, Que nuls principes de pratique ne sont innés – de lire avec soin l'histoire du genre humain, et d'examiner d'un œil indifférent la conduite des peuples de la Terre, pourra se convaincre lui-même qu'excepté les […] Lire la suite

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traditions sociologiques et le droit »  : […] Les grandes figures historiques de la sociologie n'ont en fait pas attendu la nomination et l'institutionnalisation d'une sociologie du droit pour s'intéresser au droit comme objet d'étude de la discipline et même lui accorder une place centrale dans leurs efforts pour construire des théories de la société. Ces auteurs étaient conscients du rôle important du droit et des professionnels du droit da […] Lire la suite

EISENMANN CHARLES (1903-1980)

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 056 mots

Charles Eisenmann fut un théoricien du droit sans être un doctrinaire. Il a exercé une influence profonde et durable sans imposer des idées, mais en propageant une méthode d'analyse, celle du positivisme juridique, dont il était en France le meilleur représentant. Il est probable que, pour nombre de ses contemporains, il était surtout un critique, au sens le plus fort, celui qui toujours s'efforça […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance à la révolution industrielle »  : […] À partir du xv e  siècle, l'expansion européenne bouleverse les univers culturels relativement isolés jusque-là, et des humanités « nouvelles » apparaissent dans le savoir et la conscience européens. La découverte de l'Amérique, en particulier, parce qu'elle n'était pas prévue, apporte un choc dont les répercussions se font sentir dans tous les domaines de l'entendement et de la sensibilité. L'hu […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le goût personnel »  : […] Le goût personnel est, en quelque sorte, un sixième sens, la faculté de déceler la beauté d'une forme, au-delà d'adjonctions extérieures disparates et en faisant abstraction de l'opinion d'autrui. Voltaire , dans l'article de l' Encyclopédie consacré au goût, qui est, dit-il, « le sentiment des beautés et des défauts dans les arts », en décrit ainsi les caractères essentiels : « C'est un discerne […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BENREKASSA, « MONTESQUIEU CHARLES DE - (1689-1755) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/