MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le monde moral et le monde physique : intelligences de l'histoire

Au retour des voyages, voici Montesquieu retranché dans sa province pour deux ans, voué au travail intellectuel et à son état de gentilhomme vigneron. C'est de là que date la mise au point de l'inventaire de sa riche bibliothèque largement héritée de parlementaires cultivés. Ses instruments personnels de culture, les Pensées et le Spicilège, ont déjà de l'ampleur. Contre toute attente, au-delà de ses vocations de moderne et d'homme mêlé, il va produire un étrange livre, qui décevra.

Que sont les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains, et de leur décadence (1734) ? Sûrement pas ce qu'elles étaient exposées à paraître dans le commerce intellectuel du temps : une vue synthétique de l'histoire romaine étendue jusqu'à la chute de Byzance. Voltaire, qui n'aime pas Montesquieu, parlera d'un sec résumé. Montesquieu en était un peu responsable, qui avait arrêté in extremis la mise en circulation du deuxième volet de son travail, réutilisé plus tard dans le grand œuvre : ces Réflexions sur la monarchie universelle, devenue impossible à l'âge moderne, et que l'échec des Romains illustrait. Ce que publie Montesquieu est, de fait, d'une très grande richesse. C'est d'abord l'analyse, en dehors de toute vue providentialiste, d'un cycle complet de devenir historique, débouchant sur une vraie interprétation de cette énigme qu'est la chute d'une prodigieuse civilisation devant les barbares. C'est le déroulement d'une démarche qui lie dans leur principe grandeur et décadence, hors des topoi de l'histoire cyclique : qu'est-ce que le moteur d'une histoire sinon de l'histoire, où l'on retrouve logiquement unis accidents particuliers et allure générale, et qui est intelligible bien au-delà des lieux communs catholico-monarchiques – par exemple celui des divisions, dont Montesquieu montre que, s'il s'agit d'une République, elles sont consubstantielles à sa force et à la liberté. Cela constitue déjà le pendant d'une méditation sur l'absolutisme et ce qu'on dit être le bon et le mauvais monarque, et sur la figure du despotisme dont la force est sans puissance réelle. On est dans la tradition, mais aussi très au-delà, d'une histoire à la Polybe des formes politiques. Tout cela, sous une forme très dense. Montesquieu dira plus tard à propos de L'Esprit des lois : « Il fallait beaucoup lire, et faire très peu d'usage de ce qu'on avait lu » ; d'où le très difficile maniement de la question des sources. Mais aussi, quel texte ! Il faut écouter ce penseur antihéroïque nous parler de Mithridate. Et la célébrité de certaines pauses aphoristiques et de la formule finale, qui nous parle déjà du « tragique de l'histoire », n'est pas usurpée.

Partageant désormais son temps, pour un peu moins d'une dizaine d'années (1734-1743), entre Bordeaux et Paris, Montesquieu progresse dans la phase la plus importante de l'élaboration des principes de L'Esprit des lois : il entreprend d'éclaircir le lien de causalités générales et particulières, ce qui détermine l'esprit, l'humeur, les mœurs des hommes, individuellement et collectivement, à l'intérieur d'une société qui est à la fois naturelle, historique et politique. L'Essai sur les causes qui peuvent affecter les esprits et les caractères sera repris peut-être encore après 1740. La question est de faire la part, dans une tradition qui remonte à Bodin, des causes physiques (climat, nourritures, différences et rapport des sexes) et des causes morales : si l'éducation représente bien, aux yeux du futur ami d'Helvetius, la première de celles-ci, elle est toujours considérée dans sa relation avec une éducation générale qui, elle, est la résultante des mœurs, des institutions, des habitudes sociales. Ainsi se créent des identités nationales et politiques, et des destinées historiques particulières. Il faudra les positivistes pour vouloir reconnaître dans l'accomplissement de cela un déterminisme à leur mode. La circularité variable des systèmes de raisons n'en pose pas moins un délicat problème épistémologique et amorce, sur le plan politique, un débat dont nous sommes encore les témoins entre l'universel et le particulier, entre le refus radical d'un fatalisme sociologique et une science du politique impraticable.

On peut considérer alors et à part ce moment précis (1736-1740), à travers ce qui en reste dans le manuscrit de travail des Lois : l'œuvre avant l'œuvre, les monuments du premier effort, tels que nous pouvons les identifier. Ce qui demeurera de l'élaboration originaire constitue un « noyau dur » qui a ses références communes : passages « stoïciens » du livre XXIV venus du Traité des devoirs ; conception du principe des « gouvernements » ; problématique de la servitude civile ; conception centrale de la distribution et de la séparation des pouvoirs dans le célèbre chapitre (xi, 6) sur la Constitution d'Angleterre, sans doute une première fois rédigé à l'époque même des Romains. On entend là les tonalités dominantes de l'ouvrage majeur, donnant essentiellement le pas à des préoccupations qui ne sont pas d'abord celles d'un pur savant.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)  » est également traité dans :

DE L'ESPRIT DES LOIS, Montesquieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 114 mots
  •  • 1 média

Le traité de Montesquieu (1689-1755), De l'esprit des lois, fut publié anonymement à Genève en 1748, puis corrigé dans l'édition posthume de Londres (en fait Paris) en 1757. Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu a étudié le droit à Bordeaux, avant de devenir avocat, conseiller et président à mortier au parlement de […] Lire la suite

LES LETTRES PERSANES (Montesquieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Le roman de Montesquieu (1689-1755) Les Lettres persanes fut publié anonymement en 1721 sous une fausse adresse à Cologne, et augmenté de onze lettres nouvelles en 1754, ainsi que de « Quelques Réflexions sur Les Lettres persanes ». L'originalité qui a assuré son succès immédiat et sa célébrité depuis plus de deux sièc […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Lumières et l'antijudaïsme »  : […] Les philosophes des Lumières ont eu en général peu de contacts suivis avec des juifs, ce qui les a laissés en partie réceptifs aux préjugés hostiles traditionnels qui se maintiennent encore au xviii e  siècle. Il faut replacer leurs propos dans le cadre de leur conception de la rationalité comme force libératrice, qui leur commandait de soustraire l'individu au joug oppressant de la religion, quel […] Lire la suite

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 203 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme mécanisme »  : […] À cette conception d'une constitution comme ordre de valeurs on pourrait en opposer une autre où la constitution s'apparente à un pur mécanisme, à un ensemble de lois naturelles propres au monde politique et pensées sur le modèle des lois naturelles du monde physique. Ici s'impose la figure de Montesquieu, dont Ernst Cassirer a si bien montré ce qu'il devait à la physique newtonienne (tout comme […] Lire la suite

CORPS INTERMÉDIAIRES

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 854 mots

L'ancienne France était, depuis le Moyen Âge, composée de groupes d'individus appelés corps : collèges, communautés, associations de gens ayant même métier ou même fonction dans la nation, et réunis à la fois pour la préservation de leurs intérêts particuliers et celle du bien commun. Ces corps existaient avec la permission du souverain et lui étaient subordonnés, bien que leur existence fût souve […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La civilisation conçue comme actualisation de la culture »  : […] C'est à Locke et à l' Essai sur l'entendement humain (1690) qu'appartient la formulation générale de la relativité des normes : « Qui prendra la peine – peut-on lire dans le premier livre, Que nuls principes de pratique ne sont innés – de lire avec soin l'histoire du genre humain, et d'examiner d'un œil indifférent la conduite des peuples de la Terre, pourra se convaincre lui-même qu'excepté les […] Lire la suite

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les traditions sociologiques et le droit »  : […] Les grandes figures historiques de la sociologie n'ont en fait pas attendu la nomination et l'institutionnalisation d'une sociologie du droit pour s'intéresser au droit comme objet d'étude de la discipline et même lui accorder une place centrale dans leurs efforts pour construire des théories de la société. Ces auteurs étaient conscients du rôle important du droit et des professionnels du droit da […] Lire la suite

EISENMANN CHARLES (1903-1980)

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 056 mots

Charles Eisenmann fut un théoricien du droit sans être un doctrinaire. Il a exercé une influence profonde et durable sans imposer des idées, mais en propageant une méthode d'analyse, celle du positivisme juridique, dont il était en France le meilleur représentant. Il est probable que, pour nombre de ses contemporains, il était surtout un critique, au sens le plus fort, celui qui toujours s'efforça […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 637 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance à la révolution industrielle »  : […] À partir du xv e  siècle, l'expansion européenne bouleverse les univers culturels relativement isolés jusque-là, et des humanités « nouvelles » apparaissent dans le savoir et la conscience européens. La découverte de l'Amérique, en particulier, parce qu'elle n'était pas prévue, apporte un choc dont les répercussions se font sentir dans tous les domaines de l'entendement et de la sensibilité. L'hu […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le goût personnel »  : […] Le goût personnel est, en quelque sorte, un sixième sens, la faculté de déceler la beauté d'une forme, au-delà d'adjonctions extérieures disparates et en faisant abstraction de l'opinion d'autrui. Voltaire , dans l'article de l' Encyclopédie consacré au goût, qui est, dit-il, « le sentiment des beautés et des défauts dans les arts », en décrit ainsi les caractères essentiels : « C'est un discerne […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BENREKASSA, « MONTESQUIEU CHARLES DE - (1689-1755) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/