HALLSTEIN WALTER (1901-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Professeur de droit, puis président de la commission de la république fédérale d'Allemagne pour l'U.N.E.S.C.O., Walter Hallstein est remarqué en 1950 par le chancelier Adenauer. Celui-ci en fait presque aussitôt un secrétaire d'État à la chancellerie, puis, en 1951, quand la République fédérale obtient le droit d'avoir un ministère des Affaires étrangères, son secrétaire d'État à la Koblenzerstrasse. C'est alors qu'il énonce ce qu'on appellera la doctrine Hallstein, et qui fut en fait l'œuvre de Wilhelm Grewe, directeur des affaires politiques au ministère : rupture des relations diplomatiques avec quiconque reconnaîtrait comme État l'ancienne zone soviétique d'occupation ; pas de relations diplomatiques avec ceux qui l'ont déjà reconnue, sauf l'U.R.S.S. L'application d'une politique prévue comme souple sera rigide et Hallstein se révèle comme un doctrinaire : doctrinaire d'une politique inflexible à l'Est, mais aussi doctrinaire chaleureux de l'Europe à construire à l'Ouest. Choisi en 1958 par les Six pour être le premier président de la commission exécutive de la C.E.E., il ne peut y faire prévaloir ses vues sur le renforcement de l'exécutif européen du fait de l'opposition de la France : la crise de 1965, c'est la victoire de Maurice Couve de Murville sur Hallstein et l'échec de la tentative de donner un vrai pouvoir à la commission. Remplacé à Bruxelles en 1967, il fait une brève carrière parlementaire à Bonn (1969-1972) comme spécialiste — peu écouté — de politique étrangère du Parti démocrate-chrétien (C.D.U.). Puis il prend une semi-retraite, tout en conservant la présidence du Mouvement européen jusqu'en 1974.

—  Alfred GROSSER

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  HALLSTEIN WALTER (1901-1982)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une action diplomatique patiente »  : […] Cette « reconnaissance » restait bloquée par la démocratie chrétienne dominante à Bonn. Se fondant sur les protocoles de Paris du 20 octobre 1954 selon lesquels « jusqu'à la conclusion d'un traité de paix, les États signataires (États-Unis, Grande-Bretagne, France) uniront leurs efforts en vue d'atteindre leur objectif commun – une Allemagne réunifiée, dotée d'une Constitution libérale et démocr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-democratique-allemande/#i_25787

Pour citer l’article

Alfred GROSSER, « HALLSTEIN WALTER - (1901-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-hallstein/