ALPINES CHAÎNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'organisation complexe des chaînes alpines

On oppose généralement des zones internes et des zones externes, ces dernières correspondant à la marge continentale, les premières aux unités d'origine océanique ou apparentées. En vérité, la distinction zones internes-zones externes est souvent assez floue et la limite choisie peut ne pas être la limite essentielle continent-océan : elle est généralement placée entre les terrains ayant échappé au métamorphisme alpin (zones externes) et ceux qui ont été profondément affectés par celui-ci (zones internes). Zones internes et externes n'ont donc pas de sens précis et ne représentent qu'une première approche dans la structure générale de la chaîne ; la distinction en unités provenant de la marge continentale et en unités provenant de l'océan téthysien est préférable.

Les effets successifs des subductions – qui commencent par conséquent dans les zones internes – et/ou des collisions font que les chaînes alpines se forment progressivement de l'intérieur vers l'extérieur. Les épisodes tectoniques les plus anciens, souvent Jurassique supérieur (140 Ma), sont situés dans les zones internes, les plus récents, néogènes (jusque vers 5 Ma, voire l'époque actuelle en certains endroits), dans les zones les plus externes. En conséquence, les flyschs détritiques qui sont liés à l'orogenèse sont eux-mêmes plus récents de l'intérieur vers l'extérieur de la chaîne, débutant à la limite Jurassique-Crétacé dans les zones internes, s'achevant au Tertiaire dans les zones externes. L'ensemble caractérise la polarité des chaînes alpines, qui s'exprime également dans la vergence des accidents tectoniques, déversés, dans leur majorité, vers le continent qui leur sert d'avant-pays.

À l'échelle de la Téthys, il y a donc un double système de chaînes, chacune bordant le continent auquel elle est adjacente. Telle est la distinction entre les deux branches alpidique et dinarique du système alpin autour de la Méditerranée, la première déversée vers l'Europe, la seconde déversée vers l'Afrique. L'ensemble alpin forme donc une chaîne à double déversement, dont la symétrie géométrique est liée à la collision des continents. Mais cette symétrie cache une dissymétrie de nature, liée aux subductions antérieures à la collision : la marge sous laquelle se faisait la subduction est traversée de granites, porte des séries volcaniques andésitiques et témoigne d'une tectonique limitée au socle continental ; l'autre marge supporte le charriage des séries océaniques, qui forment notamment les grandes nappes ophiolitiques associées au métamorphisme de type schiste bleu.

Un profil au travers de la péninsule balkanique montre bien cette coexistence d'une symétrie géométrique avec une dissymétrie de nature ; de part et d'autre de la zone du Vardar, qui est la cicatrice paléo-océanique téthysienne, on observe : dans les chaînes du Balkan, la marge européenne déformée, traversée de granites et supportant des séries volcanogènes ; du côté africain, les complexes de nappes des Dinarides, au premier rang desquelles les vastes nappes ophiolitiques qui se poursuivent en Asie Mineure et, de là, dans toute l'Asie méridionale.

Dinarides-Balkan

Dessin : Dinarides-Balkan

Profil schématique des chaînes alpines au niveau Dinarides-Balkan. On notera : d'une part, la symétrie géométrique de la chaîne à double déversement, due à la collision Afrique-Europe ; d'autre part, la dissymétrie de nature liée aux subductions, antérieure à la collision : la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De la péninsule balkanique à l'Indonésie, c'est vers l'Eurasie que se sont faites les différentes subductions au cours des temps secondaire et tertiaire : l'Eurasie méridionale est donc frangée par une chaîne qui comporte toutes les granodiorites et andésites alpines. Au contraire, les continents méridionaux supportent les grandes nappes ophiolitiques d'origine téthysienne qui se suivent depuis les Dinarides jusqu'à l'Asie Mineure, l'Iran, le sultanat d'Oman (où se trouvent les plus formidables nappes ophiolitiques) et, de là, autour de la suture péri-indienne jusqu'en Indonésie et au sud-ouest du Pacifique.

Chaînes issues de la Téthys

Dessin : Chaînes issues de la Téthys

Les chaînes alpines issues de la Téthys. La subduction est encore active dans l'arc égéen et l'arc tyrrhénien, au Makran (sud de l'Iran et du Pakistan), en Indonésie occidentale. La collision a donné ailleurs une suture ophiolitique entre les continents, cicatrice de l'océan téthysien... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette dissymétrie change vers l'ouest, à partir des Alpes et au-delà : alors la subduction téthysienne se faisait vers le sud, sous la marge africaine qui se trouve traversée de granodiorites (les fameuses tonalites du revers sud des Alpes occidentales, comme celles du massif de l'Adamello au nord duquel se trouve le Passo di Tonale ; les granites des îles d'Elbe et Monte Cristo dans la mer Tyrrhénienne ; et les nombreuses granodiorites de l'Afrique du Nord) ; au contraire, de vastes nappes ophiolitiques sont charriées vers l'Europe (mont Viso en Italie, Grossglockner en Autriche). Il y a donc un grand changement d'évolution et de str [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Phases orogéniques du cycle alpin

Phases orogéniques du cycle alpin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Paléo-océan téthysien

Paléo-océan téthysien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Chaînes issues de la Téthys

Chaînes issues de la Téthys
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Dinarides-Balkan

Dinarides-Balkan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALPINES CHAÎNES  » est également traité dans :

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 213 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Alpes occidentales  »  : […] Les Alpes occidentales sont, mutatis mutandis , le secteur à la fois le plus « simple » des Alpes et le plus caractéristique des chaînes alpines au sens large. On peut y distinguer les Alpes franco-italiennes où, malgré la puissance des déformations, les différents éléments sont restés dans leur position paléogéographique relative, des Alpes suisses (ou « centrales »), où la tectonique prend une […] Lire la suite

ALPES BAVAROISES

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 789 mots

Le territoire de l'Allemagne se ferme, au sud, par une étroite lisière alpine qui domine le plateau bavarois. Elle est formée par la retombée de l'arc externe des Alpes sédimentaires. Ce front montagneux s'allonge sur environ 240 kilomètres, avec une épaisseur qui atteint rarement une quarantaine de kilomètres. Il vit en symbiose étroite avec l'avant-pays, molassique et fluvio-glaciaire, de la Hau […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Amériques et les modèles d'orogenèses »  : […] Les Amériques fournissent donc des modèles d'orogenèses liées à la subduction, où elles sont exemplaires, et à l'obduction et à la collision, où elles apportent des compléments d'information. À cela s'ajoute la mise en évidence de puissantes translations longitudinales conduisant à des « collages » qui s'opposent aux « charriages » transversaux liés aux subductions et aux collisions. Le modèle or […] Lire la suite

APENNIN

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean DEMANGEOT
  •  • 2 775 mots
  •  • 3 médias

L' Apennin est la chaîne montagneuse qui constitue l'ossature de la péninsule italienne. Il est flanqué latéralement de basses montagnes anti-apennines, tels les volcans du Latium, avec lesquelles il importe de ne pas le confondre. On aurait grand tort d'imaginer que l'Apennin ressemble aux Alpes sous prétexte qu'il les prolonge topographiquement et qu'il est, géologiquement parlant, une chaîne […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Anatolie »  : […] L'Anatolie s'étend d'ouest en est, entre la mer Noire d'une part, la Méditerranée et une ligne continue de chevauchements du Taurus oriental méridional sur la plate-forme syrienne d'autre part ; sa largeur atteint 650 kilomètres (cf. carte de l'Asie antérieure). L'Anatolie a été plissée et cisaillée (failles nord- et est-anatoliennes) vers le milieu du Cénozoïque. Cependant des Déformations multip […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les confins mandchous et la région prémaritime du Sud »  : […] Des ressources minérales comparables, en richesse et variété, aux précédentes sont aussi l'apanage des montagnes méridionales, situées sur les confins mandchous et dans la région prémaritime. La structure est pourtant légèrement différente ici, dans une région plus anciennement consolidée, déjà vigoureusement plissée et indurée au Paléozoïque. Lors de l'orogenèse alpine, elle s'est morcelée en dô […] Lire la suite

BALKAN CHAÎNE DU

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 1 073 mots

Le Balkan est la chaîne montagneuse, longue de 500 kilomètres, qui constitue le sol de la Bulgarie, sauf la partie nord de ce pays en bordure du Danube. À la vérité, la Bulgarie est traversée d'ouest en est par deux chaînes principales, dont la plus septentrionale est le Balkan (2 376 m au mont Botev), séparées du massif méridional du Rhodope (2 925 m au Rila, 2 915 m au Pirin) par une zone plus b […] Lire la suite

CACHEMIRE ou KASHMIR

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE
  • , Universalis
  •  • 2 926 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Pir Panjal »  : […] Le Pir Panjal est une chaîne qui prolonge vers le nord le Moyen Himalaya. Elle est déjà assez impressionnante, puisque les sommets s'élèvent à plus de 4 500 m et que les cols les plus bas sont à près de 3 500 m. Elle est formée de nappes de charriage assez peu métamorphiques. Les plus hauts sommets sont constitués par des terrains plus durs, quartzites et terrains volcaniques surtout. Encore bien […] Lire la suite

CARPATES

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Mircea SANDULESCU
  • , Universalis
  •  • 4 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Par la morphologie »  : […] Morphologiquement, les Carpates présentent des caractères mixtes ou de transition. On les considère comme le prolongement des Alpes : quelques massifs isolés des Alpes orientales autrichiennes, la chaîne de la Leitha au sud du Danube ont des traits « carpatiques ». Au nord de Bratislava, les Petites Carpates annoncent la courbure de la chaîne. À l'autre extrémité, les Carpates se rattachent aux […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 101 mots
  •  • 4 médias

Lieu de rencontre et trait d'union entre l'Orient et l'Occident, le Caucase (en russe, Kavkaz) était auréolé d'un grand prestige aux yeux des Anciens, qui le considéraient comme la patrie de Prométhée. C'est vers la Colchide que les Argonautes devaient partir à la recherche de la Toison d'or ; c'est en Arménie, sur le mont Ararat, que se serait échouée l'arche de Noé. Le Caucase appartient au d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, « ALPINES CHAÎNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chaines-alpines/