Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCK CÉSAR (1822-1890)

L'épanouissement

En 1886, Franck revient au poème symphonique avec Psyché, dont Sicart et Louis de Fourcaud lui ont réécrit l'argument : six courtes pages qui forment l'une de ses œuvres les plus parfaites et dont se dégage une atmosphère sensuelle. Tout en achevant Psyché, il commence son ultime œuvre orchestrale, la Symphonie en ré mineur. Aucun argument, seule la musique pure. La concurrence de ses contemporains (Lalo, Saint-Saëns et d'Indy venaient d'écrire leurs symphonies ou y travaillaient) semble l'avoir incité à composer cette symphonie, mais celle-ci est aussi l'aboutissement logique d'une évolution qui devait le mener à se passer d'argument. La musique à programme lui avait permis de se livrer totalement. Avec le Quintette, il s'était montré aussi libre que dans Psyché ; la Sonate pour violon et piano, la Symphonie et le Quatuor n'en sont que les conséquences. L'âme chante librement sans le moindre programme.

La musique d'orgue et la musique religieuse de Franck s'inscrivent dans une évolution beaucoup plus naturelle : musicien d'église, il était normal qu'il s'exprimât sur cette voie. Certes, des inégalités se font sentir, et il est difficile de situer toute sa musique d'orgue au niveau de Prélude, fugue et variations (1862) ou des Trois Chorals (1890). Les Béatitudes ont occupé dix ans de sa vie (1869-1879), car il voulait livrer à la postérité une œuvre parfaite dans un domaine qui lui était particulièrement cher : la puissance et la sincérité de la musique ne peuvent laisser insensible même si la faiblesse du texte en atténue la portée. Est-elle trop révélatrice du « musicien imprégné d'eau bénite » ? Chez Franck, deux visages sont indissociables : le chrétien, image trop systématisée, le romantique passionné trouvant dans l'orchestre un moyen d'expression au travers de sujets d'où les notions chrétiennes ne s'écartent que progressivement. L'homme était trop sincère et il semble avoir éprouvé les plus grandes difficultés à laisser libre cours à son tempérament sans mêler ses convictions religieuses à ses élans passionnés. Mais peut-on lui en vouloir ?

— Alain PÂRIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer cet article

Alain PÂRIS. FRANCK CÉSAR (1822-1890) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

César Franck - crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

César Franck

Autres références

  • CHABRIER EMMANUEL (1841-1894)

    • Écrit par Roger DELAGE
    • 2 470 mots
    ...aux grandes formes musicales romantiques. Il ne fut attiré ni par la symphonie ni par aucun des nombreux aspects de la musique de chambre. Cet ami de Franck et de ses disciples ne se laissa pas distraire de sa « vocation ». Il revêtit allégrement ces habits apparemment désuets que sont la romance, les...
  • CHAUSSON ERNEST (1855-1899)

    • Écrit par Marc VIGNAL
    • 527 mots

    Compositeur français né à Paris, un des principaux disciples de César Franck, Ernest Chausson fit dans une certaine mesure le lien entre celui-ci et Debussy, son ami et protégé. Après des études de droit, il n'entre au Conservatoire qu'à l'âge de vingt-cinq ans, dans les classes de Massenet...

  • CHORAL

    • Écrit par Jacques CHAILLEY
    • 2 546 mots
    • 1 média
    On peut en dire autant des trois chorals de César Franck : ce ne sont pas des formes, mais des morceaux de structure différente, dans lesquels l'un des thèmes principaux seulement a le caractère d'un choral. L'allusion parodique au choral Ein feste Burg dans l'Histoire du soldat...
  • COMPOSITION MUSICALE

    • Écrit par Michel PHILIPPOT
    • 6 846 mots
    • 2 médias
    ...des trois mouvements traditionnels ; une autre est celle dite de la composition cyclique, où les mêmes thèmes sont utilisés dans plusieurs mouvements ( César Franck). La seconde direction, au contraire, serait présentée par une extension de la forme sous l'influence, notamment, d'une musique dramatique...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi