CAVALERIE

La cavalerie au XXe siècle

Le premier conflit mondial ne donnera pas le coup de grâce à la cavalerie, qui dispose maintenant de mitrailleuses attelées, de batteries à cheval, de chasseurs cyclistes, d'autos-blindées. Les occasions ont toutefois manqué de succès stratégiques spectaculaires, même sur les fronts orientaux, où évoluent de grandes unités montées, russes, allemandes et autrichiennes. Sur le front occidental, la cavalerie française apparaît aussi ardente qu'aux premiers âges, dans les rencontres occasionnelles de pelotons ou d'escadrons. Mais les actions des « corps de cavalerie », dans les deux camps, ne sont pas déterminantes. La densité du feu, la permanence de la bataille handicapent aussi le nécessaire entretien des montures, en dépit de l'admirable allant de la troupe, dont témoignent, entre autres, le raid de 120 kilomètres effectué par la 5e division de cavalerie, sur les arrières de la 1re armée allemande, du 8 au 11 septembre 1914, ou bien la « course à la mer » après la bataille de la Marne. Les commandements adverses maintiennent des unités à cheval durant toute la guerre de position dans l'espoir de les découpler un jour à travers la brèche, en direction des grands arrières. Certaines tentatives prématurées se soldent par de graves échecs : français en Champagne, 1915 ; anglais à Cambrai, 1917. En revanche, le commandement allemand, en mai 1918, ne peut exploiter la rupture du Chemin des Dames, faute des divisions de cavalerie demeurées en Ukraine ; leur intervention aurait sans doute alors été décisive, comme le seront celles du « corps monté » australien en Palestine, l'odyssée de la brigade Jouinot-Gambetta, qui déterminera dans les Balkans l'effondrement germano-bulgare, ou la poursuite menée par la cavalerie italienne à Vittorio Veneto.

Nouvelle retraite de Russie

Nouvelle retraite de Russie

Nouvelle retraite de Russie

Dans la tempête de neige, les routes d'Ukraine sont difficiles pour une armée allemande en retraite,…

La guerre 1939-1945 n'élimine pas non plus la cavalerie. Beaucoup mieux adaptées au combat à pied qu'en 1914, disposant d'animaux dont le cuir s'est « fait à la dure » pendant la « drôle de guerre », les unités françaises à cheval se battent avec brio en mai et juin 1940. Les Allemands, faute d'essence, gardent jusqu'à la fin des transports hippomobiles et des troupes montées, particulièrement en Russie. Quant à l'Armée rouge, elle a conservé une énorme cavalerie ; elle en aurait poussé les effectifs au chiffre fabuleux de six cent mille ; des corps autonomes de plusieurs divisions, articulées en trois régiments et appuyées par des mortiers, escadronnent dans les secteurs secondaires, interviennent au moment du dégel qui paralyse les véhicules à moteur ; en 1944, quand s'est perdue la supériorité allemande en blindés et en avions, la cavalerie russe surgit en grandes masses, déborde sur les lointains arrières à travers forêts et marécages. Enfin, la victoire française du Garigliano (mai 1944) est due à l'exploitation en montagne des tabors et de la 4e division marocaine, avec leurs pelotons montés, leurs batteries et leurs trains de combat portés sur bât.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Paul DEVAUTOUR : colonel, professeur honoraire à l'École supérieure de guerre

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

Âge du bronze. Expansion de l'architecture collective. Apogée de l'Égypte.

Au IIe millénaire…

Bataille de Balaklava

Bataille de Balaklava

Bataille de Balaklava

Épisode aussi héroïque qu'absurde de la guerre de Crimée, la charge de la brigade légère de lord…

<it>Bataille de Reischoffen</it>, A. Morot

Bataille de Reischoffen, A. Morot

Bataille de Reischoffen, A. Morot

Charge de cuirassiers, le 6 août 1870. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la puissance de feu…

Autres références

  • ARMÉE - Doctrines et tactiques

    • Écrit par Jean DELMAS
    • 8 017 mots
    • 3 médias
    La prééminence de la cavalerie subsiste pendant tout le Moyen Âge mais sous des formes très diverses. En Occident, où toute autorité se fragmente pour donner naissance au monde féodal, la guerre collective disparaît, le combat s'ordonne autour du chevalier armé.
  • BOMBARDES DE CRÉCY (histoire militaire)

    • Écrit par Pascal LE PAUTREMAT
    • 238 mots

    À la bataille de Crécy, face à l'armée de Philippe VI de Valois, de près de 20 000 hommes, Edouard III d'Angleterre dispose d'environ 11 000 hommes et de trois bombardes, canons rustiques plus adaptés aux sièges mais employés pour la première fois, en pleine bataille,...

  • CÔTES DE FER

    • Écrit par Roland MARX
    • 333 mots

    Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés...

  • CARABINIER

    • Écrit par André DAUBARD
    • 112 mots

    Les carabiniers, d'abord tireurs d'élite des compagnies de garde et des régiments de cavalerie sous Louis XIV, furent regroupés en 1691 en « brigade des carabiniers ». Ces soldats, destinés au combat à pied et à cheval, étaient armés du sabre, du pistolet et de la carabine munie d'une...

  • Afficher les 18 références

Voir aussi