CAVALERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cavaleries médiévales

La cavalerie de Byzance

Durant mille ans encore, Byzance oppose aux hordes d'archers montés une armée professionnelle peu nombreuse, articulée sur le principe ternaire, avec primauté à la cavalerie : le « méros » de trois mille chevaux est divisé en trois « moires » de trois « tagmas » ; et les « buccelarii », mi-infanterie mi-cavalerie, de vingt mille hommes, en trois « turmas » de trois « moires » de dix « tagmas ». Les « cataphractaires » manient l'arc, la lance et l'épée. L'étrier, innovation décisive, utilisé depuis longtemps par les Scythes, leur donne une assise qui permet la charge à fond et le choc. Les Vandales et les Perses sont surclassés. L'infanterie de Byzance est reléguée au rôle subalterne de garde des camps et communications.

La chevalerie d'Occident

Les royaumes francs et wisigoths, l'Empire carolingien adoptent le système de la cavalerie cuirassée ; elle se recrute parmi les propriétaires fonciers qui s'équipent à leurs frais et sont dotés, eux aussi, de l'arc et de la lance. Mais l'impuissance carolingienne à dominer Normands, Sarrasins, Hongrois engendre une société armée, morcelée et complexe. C'est l'époque de la forteresse et de l'adoubement solennel. Excellents guerriers individuels, les chevaliers ne peuvent constituer une cavalerie homogène, mais des rassemblements temporaires de cohésion précaire.

Aux xiie et xiiie siècles, la chevalerie admet à ses côtés une « sergenterie » roturière, montée et armée plus légèrement. La cellule de l'organisation féodale sera la « lance garnie » : chevalier, écuyer, archer, page, « coutillier », valet, tous montés. Les « lances » se groupent en « bannières », elles-mêmes rassemblées en « batailles » de cinquante à cent chevaliers, davantage même, aux ordres d'un grand seigneur, et sous l'autorité suprême du suzerain. En dépit d'une bravoure et d'un entraînement individuel exceptionnels, les « chevaliers Teutoniques » et les Polo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Bataille de Balaklava

Bataille de Balaklava
Crédits : Hulton Getty

photographie

Bataille de Reischoffen, A. Morot

Bataille de Reischoffen, A. Morot
Crédits : AKG

photographie

Cavaliers boers

Cavaliers boers
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : colonel, professeur honoraire à l'École supérieure de guerre

Classification

Autres références

«  CAVALERIE  » est également traité dans :

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Choc et mouvement »  : […] Il semble difficile de parler de doctrines militaires pour l'Antiquité grecque ou latine, a fortiori pour la période préhellénique. Les Grecs, si lettrés, n'ont laissé à la postérité que peu d'écrits théoriques sur l'art de la guerre. Perdus les traités de tactique dont les auteurs, au nom peu évocateur, sont salués par leurs émules du ii e  siècle après J.-C., Arrien et Élien. Subsistent, de l'ép […] Lire la suite

BOMBARDES DE CRÉCY (histoire militaire)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 239 mots

À la bataille de Crécy, face à l'armée de Philippe VI de Valois, de près de 20 000 hommes, Edouard III d'Angleterre dispose d'environ 11 000 hommes et de trois bombardes , canons rustiques plus adaptés aux sièges mais employés pour la première fois, en pleine bataille, sur le sol français. Les bombardes, inconnues des Français, projettent au jugé quelques boulets de pierre. Les flammes et le brui […] Lire la suite

CARABINIER

  • Écrit par 
  • André DAUBARD
  •  • 111 mots

Les carabiniers, d'abord tireurs d'élite des compagnies de garde et des régiments de cavalerie sous Louis XIV, furent regroupés en 1691 en « brigade des carabiniers ». Ces soldats, destinés au combat à pied et à cheval, étaient armés du sabre, du pistolet et de la carabine munie d'une baïonnette. Après 1788, les carabiniers furent constitués en régiments. Après la défaite de 1870, ils furent trans […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Réorganisation politique et militaire »  : […] Les deux siècles et demi qui précèdent l'unification des pays chinois par le royaume de Qin, en 221 avant J.-C., sont connus dans l'histoire sous le nom de « période des Royaumes combattants » (Zhanguo) . Pour l'historiographie traditionnelle, cette période commence avec la division, en 453, du royaume de Jin, au Shānxi et dans le nord du Henan, en trois plus petits royaumes : Zhao au nord, bien […] Lire la suite

CONNÉTABLE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 387 mots

Étymologiquement, comte de l'écurie ( comes stabuli ), officier domestique de la cour royale des Carolingiens. Placé, à l'origine, sous l'autorité du sénéchal, le connétable a charge de la cavalerie, dont l'importance ne cesse de croître à partir du milieu du viii e  siècle. Dans l'armée féodale ( ost ), le service militaire étant la conséquence d'une obligation personnelle, née du lien personnel […] Lire la suite

COSAQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ARRIGNON
  •  • 769 mots
  •  • 1 média

Nom donné aux populations semi-nomades formant des communautés militaires indépendantes dans les bassins du Don, du Terek et du Kouban. Le mot, d'origine turco-tatare, désigne tout homme libre, tout guerrier indépendant. Aux xiv e et xv e siècles, les services de ces Cosaques Tatars furent utilisés tant par les Italiens installés en Crimée que par les princes russes. À partir du xvi e siècle, o […] Lire la suite

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite

CUIRASSIER

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 658 mots

À l'origine désigne un cavalier portant cuirasse. La première application officielle du nom de cuirassier dans l'armée française date de 1665 : création du régiment de cuirassiers du roi, « régiment n o 7 » de la cavalerie dite alors légère depuis la suppression de l'armure, remplacée par la cuirasse. Ce régiment devient, en 1791, le « numéro 8 » des régiments de grosse cavalerie, mais demeure le […] Lire la suite

DRAPEAUX DANS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 218 mots

La France utilisait de nombreux drapeaux avant 1789, mais il n'y en avait aucun sur les bâtiments publics et sur le château où résidait le souverain. La bannière de France n'était qu'une pièce d'étoffe, assez petite et incapable de flotter, de velours violet ou bleu, ornée de trois fleurs de lis d'or brodées de chaque côté. Cet emblème, qui date du xii e siècle et qui fut présent sur de nombreux […] Lire la suite

ÉTRIER

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 166 mots

Comme la domestication du cheval et le dressage du cheval de selle, l'étrier est d'origine asiatique ; mais il n'apparaît qu'à la fin du ~ I er millénaire. Les Xiongnu (Hiong-nou) semblent l'avoir employé dès le ~ iii e  siècle, peut-être même l'ont-ils introduit de Mongolie en Chine du Nord. Cependant, bien que l'armée chinoise soit réorganisée en ~ 307, la cavalerie se substituant au char, l'ét […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Gigantesque fraude financière de Bernard Madoff. 11 décembre 2008

. Celle-ci était fondée sur le principe de la « pyramide de Ponzi », couramment appelée « cavalerie », qui consiste à rémunérer les premiers clients avec les fonds déposés par les clients suivants. Le scandale affecte de nombreux investisseurs qu'avait attirés le rendement exceptionnel du fonds […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul DEVAUTOUR, « CAVALERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cavalerie/