CATHERINE II DE RUSSIE (1729-1796)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « despote éclairé »

L'amie des philosophes

À la différence de son mari, dont les préférences allemandes et luthériennes avaient précipité la chute, Catherine s'emploie aussitôt à asseoir sa popularité. « Citoyenne de l'Europe », comme elle s'appelait, autant que de Russie, et plus ou moins sincèrement éprise de « Lumières », elle ne tarde pas à se tailler une réputation de libéralisme, vite amplifiée aux quatre coins de l'Europe. À peine sur le trône, elle avait, il est vrai, multiplié les avances à la « philosophie » : non contente d'offrir à d'Alembert, qui se récusera, le préceptorat de son fils Paul, elle rachète plusieurs fois son prix sa bibliothèque à Diderot, offre à Voltaire des subsides dans l'affaire Calas, et s'attelle même à la traduction du Bélisaire de Marmontel. « Tous ceux qui cultivent les lettres [...] se regardent comme vos sujets », lui écrit alors Grimm, publiciste en vogue. Premier hommage qui devait être suivi de beaucoup d'autres.

L'auteur de l'« Instruction »

Si la sécularisation des biens du clergé (février 1764) et la poursuite de l'arpentage général des terres de l'Empire (ordonnée par Catherine en septembre 1765) ne pouvaient que renforcer son renom de souveraine tolérante et éclairée, encore ces mesures, reprises du règne précédent, ne pouvaient-elles suffire. Remettre de l'ordre dans une législation bouleversée par l'activité fébrile de Pierre le Grand, et refondre un code (le « Code d'Alexis ») vieux de plus de cent ans, nulle tâche n'était alors plus urgente en Russie. Chacun de ses prédécesseurs s'y était tour à tour essayé vainement. Mais sa culture, son admiration avouée pour Montesquieu ou pour Voltaire, un engouement plus ou moins vif pour les « Lumières » et la « philosophie », tout semblait désigner Catherine pour le rôle de législatrice qui l'attendait en Russie, et qui devait suffire à confirmer sa légitimité à l'extérieur. Cinq ans ne s'étaient pas écoulés depuis son avènement que Catherine convoquait déjà (manifeste du 14 décembre 1766) une commission « pour la rédaction d'un projet de code », et achevait – à l'usage des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Catherine II de Russie (1729-1796)

Catherine II de Russie (1729-1796)
Crédits : Album/ AKG-Images

photographie

Russie, XVIIIe siècle

Russie, XVIIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CATHERINE II DE RUSSIE (1729-1796)  » est également traité dans :

CATHERINE II (impératrice de Russie)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 225 mots
  •  • 1 média

Épouse de Pierre III, qu'elle allait rapidement détrôner à la suite d'un coup d'État militaire, en juillet 1762, Catherine II laissa à sa mort, en 1796, le souvenir du plus glorieux règne en Russie depuis celui de Pierre Ier le Grand, le grand-père de Pierre III. Elle a unifié l'Empire d'un point de vue législatif et administratif et codifié les privilèges. Elle a considérab […] Lire la suite

BAJENOV VASSILI (1737-1799)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 663 mots

Vassili Ivanovitch Bajenov est l'une des figures les plus intéressantes de l'architecture russe du xviii e  siècle. Esprit puissant, original et mystique, il fut aussi fécond dans ses projets que malchanceux dans ses réalisations. Bajenov est né à Moscou d'un père prêtre. Ses études au gymnase de l'Université alternèrent avec des travaux pratiques dans l'équipe de l'architecte moscovite Dimitri Ou […] Lire la suite

CAMERON CHARLES (vers 1740-1812)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 937 mots

La biographie de l'architecte écossais Charles Cameron à longtemps posé des problèmes jusqu'à ce que des recherches récentes, notamment celles de Dimitri Shvidkovsky ( The Empress and the Architect , New Haven-Londres, Yale University Press, 1996) fassent le point sur cette question. Charles Cameron est né vers 1740. Son père, Walter Cameron, était entrepreneur en bâtiment à Londres et l'ami du cé […] Lire la suite

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De Catherine II à Joseph II »  : […] Sur le modèle frédéricien, fascinant mais inimitable, tout un lot de gouvernants plus ou moins éclairés, plus ou moins despotes se sont efforcés de marquer leur passage au pouvoir. Catherine II de Russie, la Grande Catherine, la « Sémiramis du Nord », qui règne de 1762 à 1796, émerge, bien entendu, de ce lot. Mais l'histoire retient ensuite, à côté de l'empereur d'Autriche Joseph II, Gustave III […] Lire la suite

DESPOTISME ÉCLAIRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 151 mots

1740 Avènement de Frédéric II de Prusse. 1750-1753 Séjour de Voltaire à la cour de Potsdam. 1752 Testament politique de Frédéric II : les principes du despotisme éclairé. 1762 Avènement de Catherine II de Russie. 1767 Échec de la réunion d'une Commission législative à Moscou : les limites du despotisme éclairé. 1772 Premier partage de la Pologne : réalisme politique des despotes éclairés. 1 […] Lire la suite

DISPARITION DE LA POLOGNE

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 215 mots

En 1795, conséquence tout autant de la voracité de ses voisins que d'un siècle d'affaiblissement politique et économique, la Pologne disparaissait. Dès 1772, la Russie de Catherine II l'avait envahie et avait procédé à un premier partage du pays avec ses alliés autrichien et prussien. La Pologne était alors passée de 733 000 à 522 000 km 2 , perdant 4 500 000 habitants sur un total initial de 11 4 […] Lire la suite

ERMITAGE MUSÉE DE L', Saint-Pétersbourg

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 468 mots
  •  • 4 médias

Situé à Saint-Pétersbourg, le musée d'État de l'Ermitage (en russe Gosudarstvenny Ermitazh ) fut fondé en 1764 par Catherine II, qui voulut symboliser par une collection prestigieuse la grandeur de la Russie. Dans un souci de rapprochement avec l'Europe, l'impératrice avait acquis des collections entières (Gotzkowski, 1764 ; Brühl, 1769 ; Crozat, 1772, etc.). Elle fit construire de 1764 à 1775 le […] Lire la suite

JOSEPH II (1741-1790) empereur germanique (1765-1790)

  • Écrit par 
  • Friedrich SCHREYVOGL
  • , Universalis
  •  • 844 mots

Empereur germanique (1765-1790), né le 13 mars 1741 à Vienne, mort le 20 février 1790 à Vienne. Quatrième enfant et fils aîné de Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) et de François de Lorraine (1708-1765, le futur empereur François I er ), le jeune Joseph reçoit une éducation sévère. Lorsque sa mère le nomme au Conseil d'État, il fait preuve d'une intelligence exceptionnelle et d'un vif intérêt […] Lire la suite

KOŚCIUSZKO TADEUSZ ANDRZEJ (1746-1817)

  • Écrit par 
  • Zofia BOBOWICZ-POTOCKA
  •  • 1 340 mots

Général polonais, célèbre à la fois pour avoir joué un rôle important dans la guerre d'Indépendance des États-Unis et pour avoir dirigé le soulèvement du peuple polonais en 1794. Né en Lituanie, dans une famille de moyenne noblesse, Tadeusz Kościuszko fut élève à l'école des cadets de Varsovie (1765-1769) ; il s'y distingua par ses dons exceptionnels et fut envoyé comme boursier du roi en France, […] Lire la suite

MARÉCHAL DE LA NOBLESSE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis VAN REGEMORTER
  •  • 342 mots

Avec la table des rangs ( čin ) en 1722, Pierre le Grand avait achevé de soumettre la noblesse à l'État en calquant la hiérarchie nobiliaire sur la pyramide des grades. Mais tout en refusant d'accorder à la classe dirigeante une organisation corporative à l'échelon national, il ne méconnaissait pas la nécessité de développer son esprit civique en lui confiant localement des responsabilités propres […] Lire la suite

Pour citer l’article

François-Xavier COQUIN, « CATHERINE II DE RUSSIE (1729-1796) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-ii-de-russie/