ANDRE CARL (1935- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 16 septembre 1935 à Quincy (Massachusetts), le sculpteur Carl Andre étudie l’art de 1951 à 1953 à la Phillips Academy d’Andover. Après un bref passage au Kenyon College de Gambier (Ohio), en 1954, il voyage en Angleterre et en France. En 1957, il s’installe à New York, où il rencontre Frank Stella dans la maison d’édition où il travaille. Influencé par Brancusi et les peintures noires de Stella, Carl Andre commence à réaliser des sculptures en bois.

Depuis 1958, date de ses premières œuvres, le sculpteur américain Carl Andre poursuit une démarche singulière, assimilée parfois au minimalisme, appellation qu'il réfute, considérant qu'elle ne correspond à rien. Contrairement à ses contemporains Donald Judd et Sol LeWitt, Carl Andre rejette la conception d'un art qui se réduit à la mise en forme d'une idée, insistant sur l'aspect sensible et concret de son travail ; il accorde beaucoup d'importance à la réalisation de l'œuvre et à la manipulation des matériaux. Dès ses débuts, il se réfère à Brancusi, au constructiviste russe Rodtchenko, mais aussi à Stella, dont il partage l'atelier (1958-1959) et qui lui apprend l'organisation stricte des formes, l'obéissance au matériau, le refus de tout symbolisme et de toute anecdote. Comme Brancusi, il privilégie le bois, ancestral et chaleureux, s'inspirant de la « colonne sans fin » pour réaliser des structures très simples pouvant se répéter indéfiniment. Ce système de répétition et d'emboîtage en série est remarquable dans Pyramid (conçue et détruite en 1959, refaite en 1970), constituée de 74 modules de bois s'emboîtant en dégradé et en forme de X, selon un principe absolu de symétrie horizontale et verticale.

Après une coupure de quatre ans (1960-1964), pour des raisons d'ordre économique, Carl Andre reprend la sculpture en renversant le traditionnel principe vertical pour concevoir des sculptures horizontales, au sol, faites de dalles géométriques (carrées ou rectangulaires) en métal (sur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur à l'A.R.C., musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  ANDRE CARL (1935- )  » est également traité dans :

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

S'inscrivant dans la continuité de l'esthétique édifiée par le critique d'art américain Clement Greenberg (1909-1994), l'art minimal et son alter ego l'art conceptuel peuvent être considérés comme les enfants illégitimes du modernisme. Antérieur à l'avènement du phénomène conceptuel, l'art minimal voit le jour dans la première moitié des années 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_84307

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art minimal et ses suites »  : […] Toujours aux États-Unis, quelques figures singulières inventent, avec une poignée d’œuvres marquantes, des formes radicalement nouvelles. Ainsi Barnett Newman (1905-1970), qui réalise uniquement six sculptures, affirme avec la pure verticalité de Here  II (1965) la sculpture comme une expérience et un art du lieu. David Smith (1906-1965), de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_84307

Pour citer l’article

Béatrice PARENT, « ANDRE CARL (1935- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-andre/