CARE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question de la justice

La perspective du care, on l'a dit, élabore une analyse des relations sociales organisées autour de la dépendance et de la vulnérabilité. Son approche a pour vocation de donner forme à des questions qui ne trouvaient pas leur place dans le débat public et d'infléchir ou de transformer la définition de ce qui compte d'un point de vue éthique et politique. L'intérêt de cette critique est d'avoir fait entendre dans le champ moral et politique des voix subalternes, jusqu'alors disqualifiées. Celles des femmes mais aussi de toutes les catégories sociales désavantagées, ethnicisées, racialisées. Ce sont les voix de toutes les personnes qui réalisent majoritairement le travail de care dans la sphère domestique et dans les institutions de soin, c'est-à-dire qui s'occupent pratiquement des besoins d'autres qu'elles-mêmes, qu'ils soient dépendants ou non. Les éthiques majoritaires, et leur articulation au politique, sont le produit et l'expression d'une pratique sociale qui dévalorise l'attitude et le travail de care, les réservant par là prioritairement aux femmes, aux pauvres, aux immigrés...

Il est surprenant, dès lors, qu'on ait considéré, notamment en France, que l'approche de Carol Gilligan était « essentialiste ». Celle-ci a pourtant clairement montré la généralité de cette approche : elle fait de la justice et du care deux tonalités ou voix rivales, mais présentes en chacun de nous, la voix du care étant moins rapidement étouffée chez les filles que chez les garçons. Dans cette perspective, elle pourrait être conçue comme première et non comme une voix minoritaire. Et l'auteur d'ajouter dans une conférence : « Le care et le caring ne sont pas des questions de femmes ; ce sont des préoccupations humaines. Nous resterons perplexes face à son intransigeance apparente si nous ne faisons pas apparaître explicitement la nature genrée du débat care/justice. Et nous ne parviendrons pas à avancer vers la prise en compte des vraies questions, à savoir : comment les questions de justice et de droits croisent les questions de care et de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

John Rawls

John Rawls
Crédits : Harvard University News office

photographie

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité
Crédits : D.R.

photographie





Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CARE, philosophie  » est également traité dans :

GILLIGAN CAROL (1936- )

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Carol Gilligan est née le 28 novembre 1936 à New York. Elle est professeur à la New York University après avoir enseigné pendant des décennies à Harvard. Ses travaux ont permis, au tournant des années 1980, l’introduction, dans le champ des études féministes, de l’éthique du care , qu’elle a été la première à définir et à promouvoir. Celle-ci formule une question subversive sur les différences ent […] Lire la suite

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources philosophiques »  : […] La réflexion bioéthique se réclame aussi de philosophes classiques tels Aristote (la prudence, la voie moyenne), Kant ou Stuart Mill (utilitarisme, libertés individuelles). Au sein de la bioéthique eurocontinentale, Kant est le plus sollicité. Il permet de fonder les notions d’autonomie et de dignité de la personne humaine et de justifier des impératifs éthiques universels et catégoriques, c’est- […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sandra LAUGIER, « CARE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/care-philosophie/