Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GILLIGAN CAROL (1936- )

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité - crédits : D.R.

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

Carol Gilligan est née le 28 novembre 1936 à New York. Elle est professeur à la New York University après avoir enseigné pendant des décennies à Harvard. Ses travaux ont permis, au tournant des années 1980, l’introduction, dans le champ des études féministes, de l’éthique du care, qu’elle a été la première à définir et à promouvoir. Celle-ci formule une question subversive sur les différences entre femmes et hommes, et sur les hiérarchies implicites de genre dans les théories morales et politiques.

Un autre regard sur l’éthique

Carol Gilligan, après des études en littérature et en psychologie, s’est orientée vers la psychologie sociale pour sa thèse à l’université Harvard, puis dans les recherches qu’elle a menées auprès de Lawrence Kohlberg, psychologue du développement qui l’a influencée... et qui a également fourni le point de départ de ses critiques. À la suite d’une enquête menée auprès de filles et de femmes, elle élabore une critique de l’éthique traditionnelle qu’elle présente dans son ouvrage de 1982, In a Different Voice (Une voix différente : pour une éthique du care). Dans le monde universitaire états-unien, l’ouvrage marque un moment clé de ce qu’on appelle « la seconde vague du féminisme ». Il a ouvert un débat politique inédit entre une moralité centrée sur l’équité, l’impartialité et l’autonomie et une moralité reconnue le plus souvent dans l’expérience des femmes, et fondée non sur des principes mais sur une question : comment faire, dans telle ou telle situation, pour préserver et entretenir les relations humaines qui y sont en jeu, sans renforcer les inégalités de genre, de classe et de « race » ?

L’essai de Gilligan concerne à première vue le champ de la psychologie : elle met en cause la généralisation de la théorie du développement moral de Kohlberg, qui était dominante dans les années 1980, et qui analysait les étapes du développement moral en excluant les femmes des stades supérieurs de l’éthique. L’éthique du care a joué un rôle crucial dans le développement du féminisme en éthique. Les analyses en termes de care assument en effet l’existence « des femmes » non en un sens qui impliquerait une essence ou une spécificité morale, mais en un sens négatif : en faisant apparaître la perte qu’entraîne, pour les théories morales et politiques, l’ignorance du point de vue des femmes. La pensée de Carol Gilligan s’est trouvée assez tôt introduite dans le monde francophone puisque In a Different Voice fut publié en France dès 1986. Néanmoins, il aura fallu un certain nombre de publications introduisant au concept à partir de 2005, la republication en 2008 d’Une voix différente, la stimulation du débat académique pour que l’œuvre de Gilligan soit discutée. Une difficulté tient certainement à l’intraduisibilité du terme anglais care qui traverse les dualismes structurants de la pensée (féminin/ masculin, théorique/ pratique, affectif/ rationnel, actif/ passif, privé/ public...). Le care s’articule selon différentes acceptions, celles de l’attention (care about), du soin (take care), de l’affection (care for). Elle se trouve inséparable des notions de relation, d’interdépendance et de vulnérabilité.

Certaines réticences féministes à l’égard de l’éthique de Gilligan viennent d’une lecture qui fait du care une éthique spécifiquement féminine. Ce qui pose problème, c’est la qualification « éthique » de ce qui ne serait rien d’autre qu’une imposition aux femmes d’un ensemble de prescriptions normatives renforçant une position de subordination. Contre une telle « moralisation du genre », il s’agit de montrer que ce type de disqualification rejoint en réalité les points de vue soutenus depuis des positions dominantes.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité - crédits : D.R.

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

Autres références

  • CARE, philosophie

    • Écrit par Sandra LAUGIER
    • 3 832 mots
    À la lecture des essais de Carol Gilligan, il est progressivement apparu au contraire que l'éthique du care est féministe, et permet de mettre en évidence les problèmes les plus cruciaux que doivent affronter les femmes. Le care est doublement subversif : il introduit une différence en philosophie...
  • BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

    • Écrit par Gilbert HOTTOIS
    • 7 796 mots
    • 1 média
    ...vertus d’empathie, d’écoute, de compassion, de bienveillance dans la relation soignant-soigné. Cette care ethicsrelève de la réflexion féministe, chez Carol Gilligan notamment, et se trouve souvent associée à l’éthique infirmière (nursing ethics). Mais des voix se sont élevées contre le préjugé...

Voir aussi