Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CAPITALISME Sociologie

Un siècle de métamorphoses

Telle que la décrit Aron, la société industrielle correspond à un moment précis de l'histoire du capitalisme. En fait, celui-ci a connu de nombreuses péripéties qui interdisent d'assimiler trop rapidement le capitalisme à un type de société donné. L'image renvoyée par les premiers sociologues doit ainsi être modifiée lorsque, à la fin du xixe siècle, la diversification de la production et la montée en puissance de l'industrie de série rendent obsolètes les anciennes structures du capitalisme familial. Le temps est aux grandes entreprises, organisées en divisions multiples, capables de maîtriser l'amont comme l'aval de leur production et aptes, in fine, à dicter leurs lois au marché. Aux États-Unis, pays pionnier en matière de gigantisme industriel, le Sherman Act interdit dès 1890 la constitution de monopoles ainsi que les accords et ententes qui entravent la concurrence. Il n'empêche. En 1904, à peine plus de trois cents trusts possèdent à eux seuls les deux cinquièmes des actifs industriels.

Krach de 1929 - crédits : Fox Photos/ Getty Images

Krach de 1929

L'apparition des très grandes entreprises a pour effet de disperser la propriété du capital. Le nombre des actionnaires allant croissant, ceux-ci perdent le contrôle au bénéfice des managers qui n'agissent plus tant en faveur de la maximisation systématique du profit que dans le sens de leurs intérêts propres. Aussi conséquente soit-elle, cette première métamorphose n'aura pas suffi pour annihiler les causes de la première grande crise du xxe siècle. Avec son cortège de chômeurs et de malheurs, 1929 consacre une contradiction majeure du capitalisme occidental : d'un côté, un système productif de plus en plus performant ; de l'autre, des conditions de rémunération du travail insuffisantes pour assurer l'écoulement des biens produits en grand nombre.

Le capitalisme qui renaît des cendres de la Seconde Guerre mondiale surmonte les difficultés anciennes en tirant vigueur d'une synergie inédite entre production et consommation de masse. Au cours des Trente Glorieuses, le marché des biens durables bénéficie à la fois des économies d'échelle qu'autorise la production en grande série et de l'augmentation du pouvoir d'achat des ménages. En France, la part des dépenses alimentaires dans le budget ouvrier passe de 60 p. 100 en 1930 à 22 p. 100 en 1978. À cette dernière date, 77 p. 100 des ménages ouvriers possèdent une automobile, 90 p. 100 un téléviseur, 80 p. 100 un lave-linge.

Le capitalisme qui s'épanouit sur ces bases nouvelles transforme complètement les relations entre la culture et l'économie. Comme le montre Daniel Bell (Les Contradictions culturelles du capitalisme, 1976), après 1945, l'ascèse protestante perd de son efficace. Grâce au crédit, la tentation de la consommation prend le pas sur le sens de l'épargne et l'hédonisme s'impose alors comme valeur motrice du capitalisme. Dans les ateliers et dans les bureaux, en revanche, les exigences initiales de rationalisation, de performance, de productivité... demeurent plus fortes que jamais.

À partir du milieu des années 1970, le capitalisme subit un nouveau traumatisme. Les économistes libéraux imputent la faute à un choc exogène (la crise pétrolière), les hétérodoxes à des transformations structurelles (évolution des attentes des travailleurs, montée des services...) qui ont tari la source des gains de productivité et enrayé la croissance économique. Si le capitalisme survit, affirment alors certains observateurs français, c'est que l'État le permet. Ce dernier, béquille du capital, prend en charge les pans de l'économie les moins rentables et laisse au secteur privé les activités bénéficiaires. Dans les années 1970, cette thèse du capitalisme monopoliste d'État fait écho à d'autres interprétations de nature socio-politique. En Allemagne, [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

Classification

Pour citer cet article

Michel LALLEMENT. CAPITALISME - Sociologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Karl Marx - crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

Karl Marx

Krach de 1929 - crédits : Fox Photos/ Getty Images

Krach de 1929

Autres références

  • CAPITALISME (NOTION DE)

    • Écrit par Dominique PLIHON
    • 1 414 mots

    Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l’effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d’une...

  • ACTIONNAIRES

    • Écrit par Pierre BALLEY
    • 8 189 mots
    • 2 médias

    La mise en commun, entre personnes qui se connaissent et se font confiance, des ressources nécessaires à une entreprise et le partage du profit éventuel sont un usage invétéré qui a joué un rôle essentiel dans le développement des premières formes du capitalisme, notamment dans le financement du commerce...

  • AGLIETTA MICHEL (1938- )

    • Écrit par Yamina TADJEDDINE
    • 1 086 mots
    • 1 média

    Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance.

    Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry,...

  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    C'est à travers uneimprégnation « capitaliste » que les transformations se font jour : pour les partisans de l'« agriculture nouvelle », il est nécessaire, afin d'accroître les rendements et de supprimer les jachères, d'engager dans l'agriculture de très gros capitaux ; cette attitude est véritablement...
  • ALIÉNATION, sociologie

    • Écrit par Jean-Pierre DURAND
    • 729 mots

    Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange...

  • Afficher les 105 références

Voir aussi