CAPITALISMESociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un siècle de métamorphoses

Telle que la décrit Aron, la société industrielle correspond à un moment précis de l'histoire du capitalisme. En fait, celui-ci a connu de nombreuses péripéties qui interdisent d'assimiler trop rapidement le capitalisme à un type de société donné. L'image renvoyée par les premiers sociologues doit ainsi être modifiée lorsque, à la fin du xixe siècle, la diversification de la production et la montée en puissance de l'industrie de série rendent obsolètes les anciennes structures du capitalisme familial. Le temps est aux grandes entreprises, organisées en divisions multiples, capables de maîtriser l'amont comme l'aval de leur production et aptes, in fine, à dicter leurs lois au marché. Aux États-Unis, pays pionnier en matière de gigantisme industriel, le Sherman Act interdit dès 1890 la constitution de monopoles ainsi que les accords et ententes qui entravent la concurrence. Il n'empêche. En 1904, à peine plus de trois cents trusts possèdent à eux seuls les deux cinquièmes des actifs industriels.

L'apparition des très grandes entreprises a pour effet de disperser la propriété du capital. Le nombre des actionnaires allant croissant, ceux-ci perdent le contrôle au bénéfice des managers qui n'agissent plus tant en faveur de la maximisation systématique du profit que dans le sens de leurs intérêts propres. Aussi conséquente soit-elle, cette première métamorphose n'aura pas suffi pour annihiler les causes de la première grande crise du xxe siècle. Avec son cortège de chômeurs et de malheurs, 1929 consacre une contradiction majeure du capitalisme occidental : d'un côté, un système productif de plus en plus performant ; de l'autre, des conditions de rémunération du travail insuffisantes pour assurer l'écoulement des biens produits en grand nombre.

Krach de 1929

Photographie : Krach de 1929

La foule dans Wall Street, à New York, après l'effondrement de la Bourse, en 1929. 

Crédits : Fox Photos/ Getty Images

Afficher

Le capitalisme qui renaît des cendres de la Seconde Guerre mondiale surmonte les difficultés anciennes en tirant vigueur d'une synergie inédite entre production et consommation de masse. Au cours des Trente Glorieuses, le marché des biens durables bénéficie à la fois des économies d'échelle qu'autorise la production en grande série et de l'augmentation du pouvoir d'achat des ménages. En France, la part des dépenses alimentaires dans le budget ouvrier passe de 60 p. 100 en 1930 à 22 p. 100 en 1978. À cette dernière date, 77 p. 100 des ménages ouvriers possèdent une automobile, 90 p. 100 un téléviseur, 80 p. 100 un lave-linge.

Le capitalisme qui s'épanouit sur ces bases nouvelles transforme complètement les relations entre la culture et l'économie. Comme le montre Daniel Bell (Les Contradictions culturelles du capitalisme, 1976), après 1945, l'ascèse protestante perd de son efficace. Grâce au crédit, la tentation de la consommation prend le pas sur le sens de l'épargne et l'hédonisme s'impose alors comme valeur motrice du capitalisme. Dans les ateliers et dans les bureaux, en revanche, les exigences initiales de rationalisation, de performance, de productivité... demeurent plus fortes que jamais.

À partir du milieu des années 1970, le capitalisme subit un nouveau traumatisme. Les économistes libéraux imputent la faute à un choc exogène (la crise pétrolière), les hétérodoxes à des transformations structurelles (évolution des attentes des travailleurs, montée des services...) qui ont tari la source des gains de productivité et enrayé la croissance économique. Si le capitalisme survit, affirment alors certains observateurs français, c'est que l'État le permet. Ce dernier, béquille du capital, prend en charge les pans de l'économie les moins rentables et laisse au secteur privé les activités bénéficiaires. Dans les années 1970, cette thèse du capitalisme monopoliste d'État fait écho à d'autres interprétations de nature socio-politique. En Allemagne, Jürgen Habermas (Raison et légitimité, 1973) explique ainsi que, dans la mesure où l'État sert d'amortisseur à la crise économique, cette dernière est de moins en moins perçue comme une fatalité. Aussi, quand les pouvoirs publics se révèlent incapables de juguler les difficultés, les tensions gagnent les espaces politiques et sociaux. Le capitalisme avancé (Spätkapitalismus) doit supporter une double crise de légitimation (incapacité du système à répondre aux attentes des individus) et de motivation (éro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

photographie

Krach de 1929

Krach de 1929
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

Classification

Autres références

«  CAPITALISME  » est également traité dans :

CAPITALISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 017 mots
  •  • 1 média

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l'effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d'une part, la propriété privée des moyens de production ; d'autre part, une dynamique fondée sur […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 276 mots
  •  • 1 média

La notion d'« économie de marché », bien que d'un usage fréquent à partir de la fin du xxe siècle où elle a progressivement remplacé celle de « capitalisme », n'a une signification ni clairement définie ni universellement acceptée par les historiens : il n'existe pas d'« histoire de l'économie de marché ». Elle est surtout défi […] Lire la suite

CAPITALISME (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 413 mots

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l’effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d’une part, la propriété privée des moyens de production ; d’a […] Lire la suite

ACTIONNAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre BALLEY
  •  • 8 143 mots
  •  • 2 médias

La mise en commun, entre personnes qui se connaissent et se font confiance, des ressources nécessaires à une entreprise et le partage du profit éventuel sont un usage invétéré qui a joué un rôle essentiel dans le développement des premières formes du capitalisme, notamment dans le financement du commerce maritime au long cours à l'époque de la Renaissance. C'est toutefois l'apparition de la socié […] Lire la suite

AGLIETTA MICHEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance . Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry, il intègre l’École polytechnique en 1959, puis entre à l’Institut national de la statistique et des […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Origines capitalistes de la révolution agricole »  : […] Un pays a joué le rôle de « pilote » de la révolution agricole : l'Angleterre. Le commerce maritime et colonial y avait accumulé les capitaux et l'exemple de la Flandre, qui pratiquait depuis le xv e  siècle, à force de travail humain incessant, les cultures continues sans jachères, fut repris sur une grande échelle. Amorcée dès le xvi e  siècle, l'évolution de l'agriculture anglaise s'accentue a […] Lire la suite

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier lui est étranger, c'est-à-dire aliéné, puisqu'il e […] Lire la suite

ALTERMONDIALISME

  • Écrit par 
  • Christophe AGUITON, 
  • Isabelle SOMMIER
  •  • 5 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la mondialisation libérale »  : […] La notion de « mondialisation » telle qu'elle est ici entendue renvoie aux formes actuelles du capitalisme, en y incluant ses aspects politiques, tant sont liées les mutations du capitalisme, l'ouverture des marchés, la position hégémonique acquise par la puissance américaine et le rôle des institutions internationales, – O.M.C., F.M.I. ou Banque mondiale –, qui en sont les vecteurs. Les mouvemen […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 1 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La norme contre la loi »  : […] Cette mutation décisive – le pouvoir, qui longtemps s'était fait reconnaître comme le maître de la mort devient l'administrateur de la vie – ne peut être isolée pour Foucault de l'apparition du capitalisme. Le biopouvoir constitue en effet une des conditions indispensables de son développement. Car il fallait tout à la fois brancher le corps des individus sur des appareils de production concrets […] Lire la suite

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 569 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Impérialisme et révolution »  : […] La Première Guerre mondiale, considérée comme impérialiste et combattue sans équivoque par les bolcheviks, leur permit d'élargir leur champ d'action et de réflexion. L'action se situa dans le domaine des réalités politiques : il fallait remplacer la II e  Internationale, qu'ils considéraient comme morte, par de nouveaux regroupements internationaux issus des convulsions de la guerre. Dès novembr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel LALLEMENT, « CAPITALISME - Sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/