CAMPANIE, géographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région la plus peuplée d'Italie (5 811 390 hab. en 2008) après la Lombardie, la Campanie n'est que la douzième par la surface (13 600 km2). Très riche en souvenirs historiques, elle se montre très active, mais connaît, cependant, dans son ensemble de graves problèmes. Une parcellisation excessive entrave le développement de l'agriculture, tandis que l'industrie alimentaire est le fait de trop petites entreprises.

Italie : carte physique

Carte : Italie : carte physique

Carte physique de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

À l'est, l'Apennin est moins élevé et plus facile à franchir que dans l'Abruzze au nord ou qu'en Basilicate au sud. Les massifs calcaires (Matese, 2 050 m) sont plus rares et peu peuplés mais atteignent la mer dans la presqu'île de Sorrente et dans l'île de Capri. Les argiles et les flyschs aux reliefs plus doux sont abondants et plus cultivés. La domination de la grande propriété se marque par les vastes étendues de la céréaliculture extensive, les pâturages et la forêt ; la petite propriété, souvent constituée par des émigrés à leur retour des États-Unis, se traduit par l'existence çà et là de petites exploitations en coltura promiscua (blé, vigne, olivier, figuier). Groupée en gros villages sur les interfluves, la population diminue. Seules résistent les villes de Bénévent (61 791 hab. selon le recensement de 2001) et d'Avellino (52 703 hab.), à la tête d'un noyau d'industrialisation.

Entre la montagne et le littoral s'étend un pays de plaines et de collines, façonné par un volcanisme récent ou actuel : le Roccamonfina (1 005 m) au nord, éteint et presque entièrement colonisé par des châtaigneraies, le Vésuve (1 277 m), encore actif, et les petits cratères enchevêtrés et partiellement actifs des champs Phlégréens. Dans cette Campanie « heureuse », les cendres volcaniques, le climat, les aménagements séculaires, la stabilité des exploitants et la proximité de Naples ont suscité des cultures intensives étagées : abricotiers, pêchers, arbres divers et vigne. La population, très dense (427 hab./km2), est groupée en gros villages et les petites exploitations, souvent en fermage, dominent. L'importance croissante des marchés extérieurs, la mécanisation, la concentration des exploitations s'accompagnent du recul du blé, du chanvre, de la coltura promiscua, et des progrès de la betterave sucrière, des cultures spécialisées, maraîchères et fruitières. Les incitations financières et une abondante réserve de main-d'œuvre attirent les industriels (industries alimentaires, textiles, appareillage électrique, etc.) vers une aire d'industrialisation qui, à partir du Grand Naples, s'étend au nord jusqu'à Caserte (près de 80 000 hab.) et, au sud, jusqu'à Salerne (140 580 hab. en 2008). La bande côtière a la plus forte densité de population.

Les vallées inférieures du Garigliano et du Volturno au nord, du Sele au sud, présentent, à leur débouché, une côte basse et régulière ; elles sont actuellement bonifiées, et leur urbanisation en « marines » se fait de façon anarchique. Le littoral est plus varié dans les secteurs volcaniques des champs Phlégréens, de l'île d'Ischia et de la baie de Naples : une côte rocheuse avec de hautes falaises borde les secteurs calcaires de l'île de Capri, de la presqu'île de Sorrente, et la côte au sud de Paestum. Ces franges maritimes, très variées, concentrent l'essentiel des activités secondaires et tertiaires de la Campanie ; outre l'agriculture et la pêche, plus que le tourisme et l'industrie, les administrations et le commerce prédominent à Salerne et à Naples (973 132 hab. en 2008 et quelque 3 millions d'hab. dans l'agglomération).

Engendré par l'évolution post-unitaire du capitalisme italien au profit de la bourgeoisie industrielle du Nord, le sous-développement s'est traduit en Campanie, par l'étiolement relatif de l'industrialisation, en plein essor avant l'unité (Naples a eu la première voie ferrée et a lancé le premier bateau à vapeur d'Italie), et par la formation d'un abondant sous-prolétariat ; les transformations récentes et les efforts accomplis en matière de formation n'y ont pas mis un terme, et les conditions de vie des couches populaires restent très dures.

Comme dans l'artisanat et les petites industries anciennes, le taux de la population active dans l'agriculture est en réduction rapide. Malgré l'émigration , cette diminution accentue un chômage déjà important et une forte demande d'emplois, très profitable aux industriels.

La richesse de la plaine fertile et l'activité de Naples font de la Campanie la région la plus forte du Midi ; jointes au sous-développement, elles lui valent un taux de natalité qui est le plus élevé d'Italie ; cependant, l'indice de vieillissement (rapport entre les habitants âgés de 65 ans et plus et ceux de 14 ans) est en forte augmentation. Le secteur tertiaire occupe la majorité des actifs dans les services liés aux activités portuaires, mais surtout commerce de gros et de détail, et tourisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CAMPANIE, géographie  » est également traité dans :

APENNIN

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean DEMANGEOT
  •  • 2 775 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Géologie »  : […] Il faut séparer de l'Apennin la zone de flyschs et de calcaires de la Lucanie, ou Basilicate, et le massif cristallin de Calabre (l'ensemble se rattachant par la Sicile aux structures de l'Afrique du Nord), ainsi que les grandes masses calcaires des Pouilles et du Monte Gargano, qui représentent l'avant-pays commun à l'Apennin et aux Dinarides ( zone d'Apulie ). Les montagnes de Campanie et des […] Lire la suite

ITALIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 9 061 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les marges : la « question méridionale » »  : […] Si les intérêts nationaux italiens passent donc pour l'heure essentiellement par le Nord, le décrochage persistant du Sud, reste la limite majeure de ce modèle. Le Sud, ou Mezzogiorno, compte, avec les îles, environ 20 millions d'habitants, soit 35 p. 100 de la population italienne, mais il ne représente qu'un quart du PIB. Certes, les termes de cette « question méridionale » ont changé : autrefo […] Lire la suite

MEZZOGIORNO

  • Écrit par 
  • Pierre GABERT
  •  • 2 369 mots

Avec 19,6 millions d'habitants, le Midi italien abrite 36,5 p. 100 de la population du pays. Il s'étend depuis les portes de Rome sur toute la péninsule et les îles de Sicile et de Sardaigne. Les problèmes économiques et sociaux du Sud constituent une des questions fondamentales de la société italienne, malgré les énormes efforts de l'État à travers les actions de la Caisse du Midi (Cassa del Mez […] Lire la suite

NAPLES

  • Écrit par 
  • Pascale FROMENT, 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 5 médias

L'image traditionnelle de Naples est celle d'une ville populaire située dans un golfe magnifique, dominée par le rythme du volcan du Vésuve (1 281 m) et entourée des îles de Capri , Ischia et Procida. Ainsi, malgré une position très discrète à l'échelle mondiale, la ville jouit d'un fort capital de notoriété et de représentations. Les images et les clichés attachés à Naples ont été élaborés sur la […] Lire la suite

VÉSUVE

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 862 mots
  •  • 4 médias

Volcan actif d'Italie, adossé à l'est aux Apennins, partiellement limité au sud par les champs Phlégréens ; avec 1 281 mètres d'altitude, le Vésuve domine les régions très peuplées de la plaine de Campanie et de la baie de Naples, à l'ouest de la ville. Le contexte géodynamique qui a engendré le Vésuve pourrait ne pas être dû à la zone de subduction acuelle de l'arc calabrais qui a donné l'Etna, m […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert BERGERON, « CAMPANIE, géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/campanie-geographie/