ÉVÉNEMENT, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du xixe siècle, l'école méthodique a consacré l'étude des événements passés comme objet propre de la science historique. Uniques par nature, ces phénomènes sont alors organisés dans le temps pour former un récit continu.

L'empire de l'événement

L'histoire de France, qu'au seuil du xxe siècle Ernest Lavisse enseignait aux jeunes Français, de l'école primaire à l'université, semblait une succession d'événements majeurs que le talent de l'historien permettait d'associer pour former une véritable intrigue. Toutefois, il faut admettre que ce lien « naturel » de l'événement et de l'histoire attire des critiques précoces : que l'on songe à la chute désabusée de Voltaire (Nouvelles Considérations sur l'histoire, 1744) : « Après avoir lu trois ou quatre mille descriptions de batailles [...] je n'étais guère plus instruit au fond. Je n'apprenais là que des événements. »

Mais au xixe siècle, par-delà les dissensions qui les opposent, les défenseurs d'une histoire-science et les partisans d'une histoire-œuvre d'art qui fait renaître le passé s'accordent pour sanctifier l'événement. Puisque l'histoire spécifie et cerne l'individuel irréductible, les historiens « ne conçoivent pas que l'histoire puisse traiter autre chose que des événements, des faits individuellement déterminés » (Krzysztof Pomian, L'Ordre du temps, 1984). La perception du visible par les témoins du changement détermine le travail de l'historien, qui se contente alors de critiquer les témoignages porteurs des événements.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification


Autres références

«  ÉVÉNEMENT, histoire  » est également traité dans :

GÉNÉRATION

  • Écrit par 
  • Claudine ATTIAS-DONFUT
  •  • 1 301 mots

les « générations effectives » qui se constituent lorsque surviennent des ruptures, des événements fondateurs, cristallisant « conscience historico-sociale » et identité collective. Cette imprégnation sociale et culturelle touche de manière privilégiée les jeunes, plus perméables et réceptifs aux changements, à l'âge où se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation/#i_41364

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « De la disqualification à la réhabilitation du récit »  : […] historiens comme Lewis Namier et Richard H. Tawney en Grande-Bretagne s'en prennent ouvertement à « l'histoire narrative » des événements. Pour les Annales, la problématisation de la question de l'écriture est en quelque sorte « englobée » dans la condamnation de l'histoire « historisante » des méthodiques qualifiées par Lucien Febvre de « mise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_41364

HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 3 164 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps anthropologique : le changement comme paraphrase »  : […] s'est soldée par la déroute des Portugais, mais de la confrontation de deux, voire trois mémoires de l'événement qui vont traverser le temps : une mémoire malheureuse des Portugais qui ont perdu le même jour leur roi et leur indépendance ; une mémoire glorieuse mais lente à prendre corps des Marocains qui ont, au xxe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-anthropologie-historique/#i_41364

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « ÉVÉNEMENT, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-histoire/