CALIFAT ou KHALIFAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le califat omeyyade (661-750)

Le dernier de ces califes légitimes, Ali, cousin et gendre de Mahomet, vit s'insurger contre lui son préfet de Syrie, Mo'awiya, lequel, après un arbitrage suspect, fut proclamé calife, dignité qu'il conserva à la suite de l'assassinat d'Ali. Damas devenait la capitale de l'empire naissant. Tels furent les débuts de la nouvelle dynastie, celle des Omeyyades, du nom d'Omeyya, arrière-grand-père du monarque. Le premier soin de Mo'awiya fut d'instaurer définitivement, mais non sans difficultés, le principe de la succession héréditaire. On doit à cette famille, qui conserva le trône pendant près d'un siècle, l'organisation du nouvel État, dont l'extension territoriale fut alors prodigieuse : on vit dans le même temps les cavaliers arabes non loin des rives de la Loire et sur les bords de l'Oxus et de l'Indus.

Le calife omeyyade est par un certain côté un chef bédouin et, de plus, il administre des régions dont les populations ne sont ni arabes ni musulmanes. Le protocole des califes omeyyades, emprunté à la titulature du second calife de Médine, Omar, est simple et précis : le calife est « l'esclave de Dieu et le chef militaire (émir) des croyants ». Le nom et les titres du calife sont proclamés chaque vendredi à la prière publique.

Ces souverains sont en partie responsables des rapides progrès de l'islamisation. Cette réussite extraordinaire même va faire crouler l'édifice : les convertis n'ont pas perdu le souvenir de leur race ni les traditions de leur patrie d'origine. En ce milieu du viiie siècle se manifestent les diversités ethniques qui contribuent à rompre l'unité islamique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  CALIFAT ou KHALIFAT  » est également traité dans :

ABŪ BAKR (570 env.-634)

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 1 046 mots

Premier calife musulman, ami, beau-père et successeur du Prophète Mahomet ‘Abd Allāh, Abū Bakr reçut le surnom de ‘Atīq (affranchi), puis celui d'al-Siddīq (le crédule), parce qu'il aurait été le premier à avoir cru immédiatement à l'histoire du voyage nocturne de Mahomet à Jérusalem ( isra' ). Son père ‘Uthmān (qui est nommé aussi Abū Quḥāfa) b. ‘Āmir et sa mère Umm al-Khayr bint Ṣakhr appartenai […] Lire la suite

‘ALĪ IBN ABĪ ṬĀLIB (600 env.-661)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 661 mots

Cousin de Muḥammad, et l'un des premiers convertis à l'islam. En 623 (ou 624), ‘Alī épouse Fāṭima, fille du Prophète et de sa première épouse, Khadīdja. À la mort du Prophète, en 632, il ne lui succède pas à la tête de la communauté : ce n'est qu'en 656 qu'il sera élu calife. La légende et la dispute théologique se sont rapidement emparées du personnage. Ainsi, certaines sectes shī‘ites extrémiste […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'apogée de l'Espagne musulmane »  : […] Sous ‘Abd al-Raḥmān III et son fils al-Ḥakam II (de 350/961 à 366/976), l'Andalousie, pacifiée et prospère, connut un véritable apogée, un remarquable équilibre entre sa puissance politique et militaire et l'éclat de sa civilisation. Si, au x e  siècle, le monde musulman a perdu son unité religieuse et politique, il forme un ensemble économique, vivifié par d'importants courants de circulation (qu […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'origine d'une rupture »  : […] Le contexte historique qui a présidé à cette conception de la prose explique, en grande partie, cette destinée. En effet, mis à part quelques pratiques orales de valeur inégale et de préoccupations diverses, et malgré les affirmations peu fondées de certains défenseurs, outranciers, de l'arabité, la prose a vu le jour vers la fin du i er  siècle grâce à des éléments étrangers, iraniens surtout, q […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les premiers califes »  : […] Sous les trois premiers califes, Abou Bekr, ‘Omar et ‘Othmān, l'Arabie connut une période de prospérité et de richesse grâce au butin que les conquérants de la Syrie, de l'Irak et de l'Égypte envoyaient à La Mecque et à Médine. Mais le luxe entraîna un relâchement des mœurs dont on rendit responsable ‘Othmān, qui fut assassiné en 35/656. Par ailleurs la désignation de ‘Ali, gendre et cousin de Ma […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Créations urbaines »  : […] Les habitants de Bagdad étaient loin de vivre au calme, et ce furent du reste les désordres causés par les contingents turcs recrutés dès le milieu du ix e  siècle qui poussèrent les califes à choisir une résidence à une cinquantaine de kilomètres au nord, à Samarra. Et c'est notamment après la fuite sur Bagdad d'un calife trahi par les Turcs que cette ville subit un nouveau et terrible siège, en […] Lire la suite

CAIRE CALIFAT FATIMIDE DU (969-1171)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

En 969, le calife fatimide chiite de Kairouan, al-Mu‘izz, décide de déplacer en Orient la capitale de son empire. Arrivé sur le trône en 953, al-Mu‘izz visait la domination sur l'ensemble de la communauté des croyants ( Umma ). Afin de se rapprocher de Bagdad, le siège du califat abbasside rival, il envoie son général, Djawhar, conquérir l'Égypte par la terre. Il arrive lui-même en Égypte par bate […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

CORDOUE CALIFAT DE (929-1031)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Au début du x e  siècle, cela fait bientôt deux siècles que les émirs omeyyades de Cordoue dirigent les destinées d'al-Andalus, de manière totalement indépendante, sans avoir prétendu eux-mêmes au titre de calife, que porte seul le souverain abbasside de Bagdad. Plusieurs événements vont modifier cette situation : à l'extérieur, la proclamation à Kairouan, en 910, du califat fatimide, dont la prox […] Lire la suite

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le phénomène religieux shī‘ite en son essence »  : […] Le phénomène shī‘ite est en son essence un phénomène religieux, tel qu'il ne pouvait éclore qu'au sein d'une « communauté du Livre » ( ahl al-Kitāb ), c'est-à-dire rassemblée autour du « phénomène du Livre saint » révélé par un prophète. Il procède du fait que la première et la plus urgente question devant laquelle le « Livre saint révélé » mette la communauté du Livre est celle-ci : quel en est […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gaston WIET, « CALIFAT ou KHALIFAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-khalifat/