Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CAHORS

Chef-lieu du département du Lot, Cahors compte 21 193 habitants (recensement de 2012), formant avec la commune voisine de Pradines une agglomération de 23 505 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur les trente-neuf communes de l’agglomération du Grand Cahors (comptant 43 400 habitants) où réside une partie de sa population active.

Cahors

Cahors

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative

Installée dans un méandre du Lot encaissé entre les plateaux calcaires des causses du Quercy, la ville se situe sur la grande route menant de Paris à Toulouse. Les liaisons nord-sud (route, voie ferrée) forment, avec le Lot et les voies qui suivent sa vallée d'est en ouest, un carrefour dont l'aménagement a de tout temps imposé la construction de nombreux ponts, dont le célèbre Pont Valentré, construit au xive siècle, bel exemple de l'architecture de défense médiévale.

Aux xiiie et xive siècles, Cahors connut une importante activité commerciale (exportation de vin, de drap et de fer) et financière (le mot cahorsins était synonyme d'usuriers au Moyen Âge).

Jusqu'à la fin du xviiie siècle, la ville n'a guère dépassé son enceinte du Moyen Âge, remplacée ensuite par le boulevard Gambetta qui suit la route nationale 20 et sépare, à l'est, le « Vieux Cahors » – aujourd'hui bien réhabilité, autour de la cathédrale Saint-Étienne (construite du xie au xviie siècle) avec ses belles demeures en pierre et ses maisons à pans de bois – de la ville « moderne », à l'ouest, où fut implantée la gare du chemin de fer.

Au sein d'un département resté à l'écart de la révolution industrielle et qui s'est fortement dépeuplé du fait de l'exode rural et de la déprise agricole, Cahors est restée une ville administrative bénéficiant, à partir des années 1960, comme toutes les villes moyennes de la région, d'une modernisation et d'un renforcement de son infrastructure commerciale et de services. Elle profite aujourd'hui de la reconstitution d'un vignoble de qualité, ruiné à la fin du xixe siècle par le phylloxéra, et du renouveau démographique modéré, lié à l'attraction qu'exercent les campagnes environnantes sur les touristes et sur de nouveaux résidents temporaires ou permanents venus de la région parisienne ou du nord de l'Europe. La capitale du Quercy cultive son image dans le domaine de la culture, du patrimoine, et de la qualité de la vie. Située sur la grande route de Paris à Toulouse, elle peut voir cependant son rôle de ville-étape souffrir du contournement autoroutier par l'est (A20), depuis 2003, et du nouvel itinéraire des T.G.V. Paris-Toulouse : ces derniers passent désormais par Bordeaux, alors que tous les trains rapides empruntaient, depuis la fin du xixe siècle, la ligne directe et marquaient un arrêt à Cahors, lui assurant une excellente desserte dans ses relations avec la capitale comme avec Toulouse.

— Robert MARCONIS

Bibliographie

J. Lartigaut dir., Histoire du Quercy, Privat, Toulouse, 1992.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités à l'université de Toulouse-Le-Mirail

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Cahors

Cahors

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative

Autres références

  • QUERCY

    • Écrit par Gabriel LLOBET
    • 297 mots
    • 2 médias

    Ancienne province française faisant partie de la haute Guyenne, le Quercy a formé le département du Lot (chef-lieu Cahors) et une grande part de celui de Tarn-et-Garonne (chef-lieu Montauban). Territoire des Cadurci, qui résistèrent à César à Uxellodunum, il fut érigé en comté à la fin du ...

  • ROMAN ART

    • Écrit par Marcel DURLIAT
    • 20 556 mots
    • 19 médias
    ...collatéraux. En outre, la vaste abside romane à chapelles rayonnantes qui couronne les grandes églises à coupoles de l'Ouest français – cathédrales de Cahors et d'Angoulême, abbatiales de Souillac et de Solignac – n'a rien à voir avec les trois absides parallèles entre elles des chevets des églises...
  • VALENTRÉ PONT

    • Écrit par Alfred BICHON
    • 452 mots

    Symbole de la ville de Cahors (Lot), le pont Valentré, exemple remarquable de l'architecture militaire du Moyen Âge, est l'un des plus beaux et le mieux conservé des ponts médiévaux européens.

    Sa construction fut décidée le 30 avril 1306 par les consuls de la ville, sur fond de rivalité...

Voir aussi