CAFÉS LITTÉRAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Walter Gropius et Le Corbusier

Walter Gropius et Le Corbusier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Blasco Ibáñez

Blasco Ibáñez
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Café Griensteidl, R. Völkel

Café Griensteidl, R. Völkel
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Les cafés littéraires en Europe : une définition introuvable

Il semble plus facile de dire ce qu'un café littéraire n'est pas plutôt que de circonscrire son essence. Le qualificatif de « littéraire » qui accompagne les cafés mémorables est désormais un terme consacré, mais qui s'avère trop restrictif. Si les hommes de lettres ont fréquenté les cafés dès leur apparition, s'ils en ont souvent fait leur second domicile, aussi bien en Orient qu'en Occident, ils ont vite été rejoints par les représentants des autres domaines de la création, des arts dramatiques aux arts plastiques, et aussi par tous ceux qui ont à voir de près ou de loin avec ces milieux, comme les marchands de tableaux, les libraires, les éditeurs, les collectionneurs, les échotiers, etc. Les philosophes, les universitaires et les scientifiques y ont droit de cité, tout comme les idéologues, les hommes politiques et même les théologiens. Ces établissements ont constitué à un degré ou à un autre, une manière de bureaux académiques, faits pour y échanger des opinions et y confronter des idées le plus librement du monde. Chaque époque, chaque culture, chaque ville, chaque quartier parfois a produit une typologie particulière des maisons de café, avec une multitude de variantes originales. En sorte que la notion même de café littéraire, qui évoque immédiatement un lieu d'exception ayant joué un rôle dans la vie culturelle d'un pays à un moment donné de son histoire, recouvre des situations très diverses, et en apparence contradictoires.

Un espace alternatif

Dans une large mesure, les cafés ont servi d'alternative aux cours princières, aux ruelles du xviie siècle, puis aux salons de l'aristocratie du xviiie siècle et de la majeure partie du xixe siècle, le plus souvent régis par les femmes. Ce gouvernement féminin sur la vie intellectuelle a été fustigé par Molière dans ses Femmes savantes : cette pièce satirique permet de voir que les rites en usage dans ces cénacles, qui fonctionnent comme des parodies de cours, sont critiqués, même si leur rôle dans la société savante et lettrée est déterminant. Depuis la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAFÉS LITTÉRAIRES  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 796 mots

Dans le chapitre « Littérature et société »  : […] La révolution industrielle , avec retard par rapport au Royaume-Uni, transforme en profondeur l’économie du pays entre la Restauration et le second Empire, comme le montrent les expositions universelles de 1855 et 1867 : les banques, les transports, les sites industriels connaissent un développement sans précédent qui touche aussi la presse, le monde des spectacles et l’édition (Louis Hachette o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_70161

Voir aussi

CABARET    FLORENCE

Pour citer l’article

Gérard-Georges LEMAIRE, « CAFÉS LITTÉRAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cafes-litteraires/