BURGONDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chefs-d'œuvre de l'art burgonde : garnitures de ceinture de bronze et de fer damasquiné

Une coïncidence significative entre la distribution géographique de certains accessoires vestimentaires et objets de parure, découverts dans les sépultures postérieures à la chute du royaume burgonde, et les limites territoriales de ce royaume, à l'époque de sa plus grande expansion, témoigne de l'existence d'un art post-burgonde. Cet art, que l'on peut en fait qualifier de burgonde dans un sens régional, s'est principalement exprimé sur des garnitures de ceinture de bronze moulé et de fer damasquiné, trouvées en grand nombre dans les cimetières de Bourgogne, de Savoie et de Suisse romande, dont les dates s'échelonnent du milieu du vie siècle au début du viiie. D'autres supports mobiliers ont sans doute existé, mais ils sont mal connus dans la mesure où les dépôts funéraires sont demeurés parcimonieux en pays burgonde, se limitant le plus souvent à des garnitures de ceinture et à quelques objets de parure.

Survivances de la culture burgonde au VIIe s.

Dessin : Survivances de la culture burgonde au VIIe s.

Les survivances de la culture burgonde au VIIe siècle. La répartition géographique significative des plaques-boucles de ceinture de fer à plaque rectangulaire et décor damasquiné, qui coïncide avec l'extension maximale du royaume burgonde (jusqu'en 534), atteste les survivances de la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les plaques-boucles du monde burgonde ont fait l'objet de diverses classifications, sans cesse reprises. Le cadre de classement le plus couramment utilisé, même s'il implique des aménagements de détail (Moosbrugger-Leu, 1967), distingue quatre groupes principaux de garnitures de ceinture : A (plaques de fer damasquiné de grande taille à contour trapézoïdal), B (plaques rectangulaires de fer damasquiné), C (divers types de garnitures de ceinture de fer damasquiné à plaques triangulaires, trapézoïdales ou rectangulaires, petites et moyennes), enfin D (plaques rectangulaires de bronze). À l'intérieur de chaque groupe, les garnitures de ceinture offrent naturellement une évolution chronologico-stylistique. De façon trop systématique, on a pensé que les plaques A et B étaient caractéristiques du peuplement burgonde, tandis que les plaques C correspondaient au peuplement alémanique (dans les régions de contact entre Burgondes et Alamans, comme la Suisse occidentale) et les plaques D à la population indigène gallo-romaine ou helvéto-romaine. Ces interprétations ethniques sont en fait conjecturales et ne peuvent actuellement servir à étayer solidement une estimation des divers peuplements dans les limites du royaume burgonde (auxquels il conviendrait d'ajouter un peuplement franc après 533-534).

Les garnitures de ceinture de bronze moulé du groupe D apparaissent dans le cours du vie siècle et perdurent jusque dans les premières décennies du viie siècle. Elles dérivent de modèles de l'Antiquité tardive, tant par leur forme que par certaines particularités stylistiques (motifs végétaux, entrelacs, canthares, animaux monstrueux) et ont sans doute été fabriquées par des bronziers de souche romaine qui, par-delà le royaume burgonde, avaient conservé toute la maîtrise de leur art. Ajourées ou non, les plaques rectangulaires offrent une grande homogénéité stylistique allant de pair avec un répertoire thématique limité. De nombreuses plaques portent des représentations monstrueuses (griffons, hippogriffes), qui témoignent de façon éloquente de la survivance à l'époque mérovingienne des thèmes animaliers orientaux qui avaient été diffusés dans tout l'Empire romain. Ces monstres « païens » sont en fait bien souvent christianisés et leur bec boit à la « coupe de Vie », canthare plus ou moins stylisé. D'autres plaques-boucles comportent des scènes religieuses qui sont du plus grand intérêt, car, en l'absence quasi totale d'autres témoins iconographiques, elles nous renseignent sur les représentations chrétiennes qui accompagnèrent la christianisation relativement précoce du pays burgonde. Traités de façon naïve et populaire, avec une stylisation parfois surprenante, les thèmes les plus prisés ont été empruntés à l'Ancien Testament (miracles de Jonas et de Daniel, le prophète Habacuc) ou au Nouveau Testament (Épiphanie, entrée du Christ à Jérusalem). D'autres scènes à caractère religieux sont d'une interprétation plus difficile et souvent discutée (le Christ ou la Vierge en majesté, la sainte Famille, scènes liturgiques). La signification chrétienne de ces garnitures de ceinture est parfois confirmée par des inscriptions latines qui marquent le contour des plaques (invocations religieuses, noms de saints personnages, quelquefois complétés par celui du propriétaire de l'objet ou de l'artisan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Royaume burgonde (seconde moitié du Ve s.)

Royaume burgonde (seconde moitié du Ve s.)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Exemples de crânes déformés (1)

Exemples de crânes déformés (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Exemples de crânes déformés (2)

Exemples de crânes déformés (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur du musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye

Classification

Autres références

«  BURGONDES  » est également traité dans :

BOURGOGNE DUCHÉ DE

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 3 576 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines du duché »  : […] L' histoire du duché de Bourgogne commence avec l'apparition d'une principauté territoriale qui ne trouvera son expression définitive qu'à la fin du ix e siècle. Avant cette époque, on assiste cependant à des tentatives en vue de faire et de défaire une entité politique se prévalant du nom de Bourgogne. Le royaume des Burgondes s'était constitué aux dépens de la Lyonnaise, laquelle avait englobé […] Lire la suite

LA CHANSON DES NIBELUNGEN (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Poésie amoureuse et épopée guerrière »  : […] L'histoire est celle de Siegfried, fils d'un roi des Pays-Bas venu à Worms, à la cour de Gunther, roi des Burgondes. Il s'éprend de Kriemhild, sœur de Gunther. Ce dernier accepte de lui accorder la main de sa sœur à condition qu'il l'aide à conquérir Brünhild, reine d'Islande. Celle-ci, véritable amazone, n'acceptera que le héros qui l'aura vaincue dans trois combats. Siegfried revêtu d'un vêteme […] Lire la suite

CLODOMIR (495 ou 496-524) roi franc (511-524)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 200 mots

Deuxième fils de Clovis et de Clotilde. Lorsque le royaume de son père fut partagé en quatre en 511, Clodomir reçut les territoires situés dans l'ouest et le centre de la France actuelle, avec Orléans pour capitale. Cette partie du royaume franc, longeant l'axe de la Loire, était la seule des quatre à former une unité géographique. En 523, Clodomir s'allia avec ses deux frères, Clotaire I er et […] Lire la suite

CLOTAIRE Ier (entre 497 et 500-561) roi de Neustrie (511-558) et roi des Francs (558-561)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Plus jeune fils de Clovis I er et de Clotilde, Clotaire I er joua un rôle important dans l'expansion de l'hégémonie franque. Lors du partage du royaume de son père en 511, Clotaire I er reçut les terres traditionnelles des Francs Saliens dans le nord de la France d'aujourd'hui et dans la Belgique actuelle, ayant pour capitale Soissons (la future Neustrie). Après la mort de son frère Clodomir lo […] Lire la suite

CLOTILDE sainte (morte en 544 ou 545)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 268 mots

Épouse du roi des Francs Clovis I er , sainte Clotilde joua un grand rôle dans la conversion de son mari au christianisme. Elle est la petite-fille du roi des Burgondes Gondioc, lequel, relié aux rois Wisigoths, partage leur arianisme. À la mort de ce dernier, le royaume est divisé entre ses quatre fils : Gondebaud, Godegisèle, Chilpéric et Godomar. Lorsque Gondebaud fait assassiner le père de Cl […] Lire la suite

GERMAINS

  • Écrit par 
  • Lucien MUSSET
  •  • 4 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois groupes principaux »  : […] La période qui va du iii e  siècle avant J.-C. au début de notre ère est décisive dans la formation des peuples germaniques. C'est alors que commencent à se différencier les grands rameaux nordique, ostique et westique, différenciation qui deviendra de plus en plus tranchée, par effacement des peuples intermédiaires. Le groupe nordique, qui a gardé son unité substantielle jusque vers le début de l […] Lire la suite

GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art

  • Écrit par 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 4 235 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'époque des grandes migrations et le haut Moyen Âge (dernier tiers du IVe s.-VIIe s.) »  : […] En 375, l' invasion des steppes d'Europe orientale par les Huns , venus de la région de la Volga, provoque un déséquilibre des forces politiques du monde barbare. Elle déclenche les premières migrations qui vont profondément changer la carte politique et ethnique de l'Europe. Les Germains orientaux prennent une part active à la première phase des grandes migrations (entre 375 et 454), de telle so […] Lire la suite

INVASIONS GRANDES

  • Écrit par 
  • Lucien MUSSET
  •  • 16 129 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les Burgondes »  : […] Les Burgondes (appelés plus couramment Burgondions dans les sources contemporaines) sont un peuple appartenant au groupe ostique et proche parent des Gots. Leur premier habitat fut probablement situé en Scandinavie, peut-être dans l'île danoise de Bornholm (anciennement Borgundarholm) ; l'histoire les rencontre d'abord au i er  siècle de notre ère entre l'Oder et la Vistule. Ils glissèrent ensuite […] Lire la suite

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 050 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Le fait initial est le franchissement par les peuples barbares du limes et leur implantation d'une façon massive sur le sol de la Gaule. Poussés eux-mêmes vers l'ouest par d'autres peuples, les Barbares ont été attirés par une sorte d'appel d'air : la Gaule, très riche, pouvait nourrir une population supérieure à celle qui l'occupait alors. Néanmoins, le nombre des Barbares qui franchirent le lim […] Lire la suite

MÉROVINGIENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 262 mots

481 Clovis, fils de Childéric I er et petit-fils de Mérovée, devient roi des Francs Saliens. 486 Annexion par Clovis du royaume de Syagrius, entre Somme et Loire. 496 Victoire de Clovis à Tolbiac contre les Alamans. Date supposée de son adhésion au christianisme romain, solennisée par son baptême à Reims. 507 Victoire franque à Vouillé et annexion de la majeure partie du royaume wisigoth de T […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PÉRIN, « BURGONDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/burgondes/