BRUGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le port de Zeebrugge

À côté du tourisme et d'une activité importante dans le secteur des constructions mécaniques et électriques, le secteur des transports est très spécifique de l'économie brugeoise.

En effet, de 1896 à 1907 un canal fut creusé de Bruges à Zeebrugge (« Bruges maritime »), d'une longueur de 12 kilomètres, avec une écluse donnant sur la mer du Nord. L'objectif était de créer un second port en bord de mer, comme à Ostende, protégé ici par une longue jetée, sans devoir transiter par les eaux néerlandaises, ni passer par le chenal de l'Escaut comme à Anvers ou Gand. L'espace le long du canal et l'accès à la mer furent annexés au territoire communal brugeois en 1899-1901.

Pendant la Première Guerre mondiale, les Allemands utilisèrent Zeebrugge comme base de sous-marins, ce qui amena les Anglais à bloquer le port en y coulant des navires de ciment (avril 1918). Durant l'entre-deux-guerres, le port resta modeste. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Zeebrugge fut bombardé par les Alliés et complètement démantelé par les Allemands en 1944.

À partir du milieu des années 1960, un grand programme d'investissements sur une vingtaine d'années fut lancé, malgré la résistance d'Anvers et de Gand, qui craignaient cette concurrence. Zeebrugge est ainsi devenu un port majeur, le huitième par le volume de son trafic sur la façade maritime Le Havre-Hambourg. Des bassins furent créés dans le port intérieur, au-delà de la grande écluse Pierre Vandamme, accessible aux navires de 175 000 tonnes (500 m de longueur, profondeur utile de 17,5 m), baptisée du nom du bourgmestre de Bruges (1956-1971) qui lança les travaux. En outre, un énorme avant-port de marée fut gagné sur la mer, enserré par deux jetées dont les extrémités, qui encadrent le chenal d'accès, sont situées à 3 kilomètres à vol d'oiseau de la côte. Entre le port intérieur et l'avant-port sont enclavés la petite localité de Zeebrugge et le port de pêche, le premier en Belgique (près de 60 p. 100 des débarquements de poissons et près des trois quarts des chalutiers immatriculés en Belgique, loin devant Ostende).

Le trafic a atteint près de 35 millions de tonnes en 2005. Le port est très spécialisé. Il est avant tout orienté vers les autres ports européens (les deux tiers du trafic), en premier lieu vers les îles Britanniques. C'est un port de ferries, pour voyageurs et camions ; le tiers du trafic est constitué de trafic roulier et de conteneurs. C'est le premier port européen pour le transit des voitures neuves et un port important pour les livraisons de papier et de pulpes. C'est enfin une porte d'entrée majeure du gaz naturel en Europe occidentale, relié à son hinterland par des gazoducs (15 p. 100 de la consommation de gaz naturel de l'Europe occidentale transite par Zeebrugge) : le port accueille depuis 1987 les méthaniers en provenance d'Algérie, la manutention du gaz naturel liquide étant interdite à Anvers ou à Gand pour des raisons de sécurité ; en 1993, il est aussi devenu le point d'arrivée du Seapipe I, une conduite sous-marine d'une longueur de 814 kilomètres acheminant le gaz des gisements norvégiens de la mer du Nord et faisant partie d'un réseau sous-marin de 7 800 kilomètres, aboutissant aussi en Norvège, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France (Dunkerque).

L'activité du port n'a toutefois pas la même imbrication dans le reste de l'économie urbaine qu'à Anvers. D'une part, Zeebrugge est isolé de la ville par une zone rurale de polders. D'autre part, son activité très spécialisée n'a donné lieu qu'à des développements industriels limités en aval. Enfin, le trafic depuis et vers l'hinterland, généré par la desserte du port, est contrôlé par de grands consortiums et armateurs internationaux, plutôt que par des intérêts brugeois, à la différence d'Anvers, où les naties (les « nations ») locales jouent de ce point de vue un rôle majeur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Belgique : carte administrative

Belgique : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Canal de Bruges (Belgique)

Canal de Bruges (Belgique)
Crédits : Insight Guides

photographie

Bruges

Bruges
Crédits : Kotomiti Okuma/ Shutterstock.com

photographie

Hôtel de ville, Bruges

Hôtel de ville, Bruges
Crédits : IndustryAndTravel/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie

Classification

Autres références

«  BRUGES  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les conditions matérielles »  : […] La chute de Constantinople (1453), la découverte du Nouveau Monde (1492), de l'Afrique occidentale, de l'Inde, la formation d'un empire-monde des Habsbourg (Saint Empire, Pays-Bas, Espagne, Italie, Nouveau Monde) bouleversèrent le paysage de l'Europe occidentale. Le fait que les Pays-Bas méridionaux aient su profiter davantage des innovations financières et économiques et jouer un rôle prépondéran […] Lire la suite

BLONDEEL LANCELOT (1498-1561)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 440 mots

Comme Coecke à Anvers et Lambert Lombard à Liège ou Van Orley à Bruxelles, Blondeel est le principal représentant de la première Renaissance dans la peinture brugeoise du xvi e  siècle. Franc-maître à Bruges en 1519, il travaille à la décoration de la ville dès l'année suivante, à l'occasion de la « Joyeuse Entrée » de Charles Quint. De fait, la partie décorative tient une grande place dans son œu […] Lire la suite

BOURSE DE BRUGES

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 268 mots

Il est difficile de dater avec précision l'apparition des premières Bourses. D'après Fernand Braudel, elles remontent au moins au xiv e  siècle, avec le développement des premiers centres financiers en Europe méditerranéenne (Pise, Venise, Florence, Gênes, Valence, Barcelone...), sur lesquels, contrairement aux foires, l'activité était permanente et essentiellement financière. La création de la Bo […] Lire la suite

DAVID GÉRARD (entre 1450 et 1460-1523)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 081 mots

L'un des principaux peintres de Bruges après Memling (mort en 1494), Gérard David est pour tout dire le dernier grand primitif flamand. Reçu franc maître dans la gilde des peintres de Bruges dès 1484, il reste, à l'égal d'un Memling, étroitement lié au renom et à l'histoire de cette ville, au point que sa peinture, sédative et si gravement mûrie, nous paraît typique d'un certain goût brugeois pour […] Lire la suite

FLANDRE OCCIDENTALE

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 570 mots
  •  • 1 média

La province belge de Flandre occidentale (West-Vlaanderen en néerlandais) a une superficie de 3 144 km 2 et compte 1 178 990 hab. en 2015. Elle a pour chef-lieu Bruges (Brugge) et comporte sept autres arrondissements (Ostende, Furnes, Dixmude, Tielt, Courtrai, Roulers, Ypres). La province fut, durant la période du rattachement de la Belgique à la France, le département de la Lys, qui correspond […] Lire la suite

HANSE

  • Écrit par 
  • René FEDOU
  •  • 3 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'association des marchands allemands de la Baltique »  : […] « Chose urbaine dans son essence comme dans toutes ses activités », la Hanse est née à l'époque du grand essor des villes. Son histoire commence avec la fondation de Lübeck par le duc de Saxe Henri le Lion (1158-1159) : une situation favorable dans l'isthme de Holstein – sur la côte baltique mais à cinquante kilomètres seulement de Hambourg –, le dynamisme de ses habitants, l'intelligence de son […] Lire la suite

MEMLING HANS (1435 env.-1494)

  • Écrit par 
  • Jacqueline FOLIE
  •  • 1 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouvelles racines »  : […] Quelques mois après la disparition de Roger, le 30 janvier 1465, le nom de Jan van Memmelynghe apparaît sur le registre des bourgeois de Bruges. L'activité du foyer bruxellois, autrefois si intense, connaît un ralentissement, et c'est tout naturellement vers la cité flamande que l'artiste se tourne. Non pas que l'école brugeoise, près d'un quart de siècle après la mort de Jean van Eyck, brille d'u […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 février 2017 Belgique. Condamnation de la militante d'extrême gauche turque Fehriye Erdal.

Bruges condamne, par défaut, la militante turque Fehriye Erdal, membre de l’organisation d’extrême gauche DHKP-C, à quinze ans de prison et dix ans de privation des droits civils et politiques pour complicité dans l’assassinat, à Istanbul, en janvier 1996, de l’industriel Ozdemir Sabanci, de sa secrétaire et du directeur général de Toyota-Turquie Haluk […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, « BRUGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bruges/