BOSNIE-HERZÉGOVINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielBosnie-Herzégovine (BA)
Chef de l'ÉtatŠefik Džaferović (depuis le 20 mars 2022). La présidence est confiée à un comité tripartite, où chacun des membres représente une des trois principales nationalités (bosniaque, croate, serbe) et assure la présidence durant huit mois
Chef du gouvernementZoran Tegeltija (depuis le 5 décembre 2019)
Autorité internationaleChristian Schmidt (depuis le 1er août 2021)
Note :
CapitaleSarajevo
Langues officiellesbosniaque, croate, serbe
Unité monétairemark convertible (BAM 2)
Note : L'euro circule également de façon quasi officielle
Population3 481 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)51 209

La Bosnie indépendante

La Bosnie-Herzégovine, issue de l'éclatement de la Yougoslavie, accède à l'indépendance, en mars 1992, dans la violence. Trois années de combats (d'avril 1992 à novembre 1995) ont détruit l'économie et totalement bousculé la démographie. Après la signature des accords de paix, dits accords de Dayton (14 décembre 1995), le pays a été placé sous l'égide d'un haut représentant de l'ONU, chargé de relancer un processus politique démocratique et pacifié. Force est de constater que les accords de paix, qui définissaient la Bosnie comme un pays unitaire mais composé de deux entités ayant chacune leur gouvernement, l'ont organisé de façon communautaire et n'ont pas permis pour le moment le fonctionnement de l'État.

Une indépendance durement acquise

Trois années de guerre à trois fronts (1992-1995)

De 1945 à 1990, la Bosnie-Herzégovine fut l'une des six républiques fédérées qui constituaient la République socialiste fédérative de Yougoslavie, chacune dotée d'un gouvernement propre. Les premières élections pluralistes de la Yougoslavie socialiste, décidées après le XIVe congrès de la Ligue des communistes yougoslaves, furent organisées au niveau des républiques. En Slovénie (avril 1990), en Croatie (mai 1990) et en Bosnie (décembre 1990), elles portèrent au pouvoir des partis dont les programmes étaient sinon l'indépendance, du moins une autonomie poussée pour les républiques. En revanche, en Macédoine (novembre 1990), en Serbie et au Monténégro (décembre 1990), les communistes conservèrent le pouvoir. Les premières, la Slovénie et la Croatie proclamèrent leur indépendance (25 juin 1991, confirmée par la Communauté économique européenne, CEE, le 15 janvier 1992). À son tour, et sur demande de la CEE, la Bosnie organisa un référendum, le 29 février 1992, sur son indépendance. Les habitants de nationalité serbe, qui représentaient alors 32 p. 100 de la population, refusèrent d'y participer et 63 p. 100 des suffrages furent exprimés en faveur de l'indépendance. Au lendemain des résultats, les heurts entre les communautés, qui avaient commencé cinq mois plus tôt, se sont intensifiés : les habitants de nationalité serbe, contre l'indépendance, s'opposent aux Musulmans (44 p. 100 de la population) et aux Croates (17 p. 100), qui y sont favorables.

Les Serbes choisissent de prendre leur propre indépendance dans les zones où ils sont majoritaires ; au lendemain de la reconnaissance de l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine par la CEE (6 avril 1992), ils proclamèrent l'indépendance de la République serbe de Bosnie, que la CEE refusa de reconnaître. Des milices serbes, soutenues par l'armée yougoslave devenue pro-serbe, lancent des attaques de grande ampleur contre les villes : Sarajevo et Gorazde dès avril 1992, l'ensemble des villes stratégiques en juillet. Sarajevo n'est plus alimentée que par un pont aérien du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), jusqu'à la fin de la guerre. D'abord alliés aux Musulmans, les Croates choisissent également de prendre leur indépendance avec la région où ils sont majoritaires, nommée Communauté croate d'Herceg-Bosna (3 juillet 1992), proclamée ensuite comme République croate d'Herceg-Bosna (24 août 1993). Ils sont soutenus par l'armée de Croatie et ouvrent un nouveau front, en avril 1993, contre les Musulmans. À cela s'ajoute, à la fin de 1993, des conflits entre Musulmans, dans la région de Bihac, dans le nord-ouest du pays, où Fikret Abdić proclame une province autonome de Bosnie occidentale (27 septembre 1993).

Tireur serbe

Photographie : Tireur serbe

Ce sniper serbe tire depuis une fenêtre, dans le nord-est de la Bosnie. 

Crédits : Kevin Weaver/ Getty Images

Afficher

Soldats bosniaques

Photographie : Soldats bosniaques

Soldats bosniaques équipés de masques à gaz, à Sarajevo, durant le conflit yougoslave, en 1992. 

Crédits : Kevin Weaver/ Getty Images

Afficher

Les civils ont été les cibles des combats : les idéologies nationalistes œuvraient à séparer les trois nationalités. Or, dans un pays où le mélange était si fin, cette volonté d'homogénéisation ne pouvait s'opérer sans déplacements massifs de population. Les trois nationalités, qui habitaient jusqu'alors côte à côte au moins jusqu'à l'échelon du hameau, ont été séparées les unes des autres par la force. Fuyant les menaces, les persécutions et les massacres, les habitants quittent leurs maisons et tentent de trouver refuge à l'étranger, dans les pays voisins, notamment Croatie et Serbie, mais aussi en Slovénie, en Allemagne, en Autriche, en Suède, ou encore aux États-Unis. Ceux qui ne peuvent s'enfuir à l'étranger tentent de gagner, à l'intérieur du pays, les zones où [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Bosnie-Herzégovine : carte physique

Bosnie-Herzégovine : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bosnie-Herzégovine : drapeau

Bosnie-Herzégovine : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Tireur serbe

Tireur serbe
Crédits : Kevin Weaver/ Getty Images

photographie

Soldats bosniaques

Soldats bosniaques
Crédits : Kevin Weaver/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en géographie
  • : membre associé de l'École des hautes études en sciences sociales, responsable Balkans à la Direction générale des relations internationales et de la stratégie
  • : professeur de littérature à l'université de Sarajevo
  • : historien, professeur invité au St. Antony's College, université d'Oxford

Classification

Autres références

«  BOSNIE-HERZÉGOVINE  » est également traité dans :

BOSNIE-HERZÉGOVINE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La politique étrangère : le brillant second »  : […] Après la victoire de la Prusse à Sadowa, après la défaite française de 1870 et la proclamation de l'Empire allemand, le gouvernement de Vienne renonça définitivement à tout espoir de revanche, et le chancelier Andrassy opéra une reconversion de la politique austro-hongroise, basée désormais sur l'alliance avec l' Allemagne, dont la Double Monarchie devint le « brillant second » (l'expression malad […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La fin des régimes communistes et les perspectives d'intégration européenne »  : […] L'effondrement du pouvoir communiste en Europe du Centre-Est à partir de la fin de 1989, débouchant sur une transition de régime le plus souvent pacifique, a été considéré en général comme une ouverture à la réunification de l'Europe, avec des perspectives de développement de la démocratie, de généralisation de l'économie de marché et d'intégration à une Union européenne élargie. Dans les Balkans, […] Lire la suite

BANJA LUKA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 352 mots

La ville de Banja Luka (ou Banjaluka) est située dans le nord de la Bosnie-Herzégovine, au confluent de la Vrbas et de la Vrbanja. C'est la capitale de la République serbe de Bosnie. Sous l'Empire ottoman, Banja Luka (littéralement « les bains de saint Luc ») fut un centre militaire important et la capitale du pachalik (territoire dirigé par un pacha) bosniaque de 1583 à 1639. Aux xvii e et x […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les déplacements de populations et le nouveau tracé des frontières réduisirent considérablement l'importance numérique des minorités nationales dans les pays d'Europe de l'Est : après avoir représenté un quart de la population des États d'Europe centrale en moyenne dans l'entre-deux-guerres, elles ne constituent plus dans les années quatre-vingt que 7 p […] Lire la suite

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un peuplement modifié par la guerre et la modernisation »  : […] La Croatie compte 4 442 000 habitants (78,5 hab./km 2 ). La guerre de 1991 et les combats de 1995 (opération de reconquête de la République serbe de Krajina) ont engendré de vastes mouvements de population : plus de 200 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays, surtout du Nord (Slavonie orientale) et du Centre (Krajina) vers la côte, 200 000 environ ont fui le pays, essentiellement d […] Lire la suite

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'éclatement de la Yougoslavie »  : […] Fondé en 1918, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes prend le nom de Yougoslavie en 1929. Envahi par l'Allemagne en 1941, il est occupé et dépecé, un État croate fasciste est formé. La résistance nationale est animée par Josip Broz (Tito), né de père croate et de mère slovène. La Yougoslavie devient une république populaire, présidée par Tito, en 1945 ; elle comprend six républiques et deux […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 890 mots

4 mai 1980 Mort du maréchal Tito, président de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, après trente-cinq ans de pouvoir sans partage. 1981 Le soulèvement des Albanais du Kosovo, qui réclament un statut de République, est violemment réprimé par Belgrade. 1987 Slobodan Milošević prend le pouvoir et impose un discours ultra-nationaliste visant à préserver la domination serbe. Avril-décemb […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Mosaïque de peuples née du règlement de la Première Guerre mondiale, intégrée au bloc communiste à partir de 1945 malgré les tentations sécessionnistes de Tito, la république socialiste fédérale de Yougoslavie ne résiste pas à l'effondrement du bloc de l'Est. Au terme d'élections libres qui, partout sauf en Serbie et au Monténégro, ont donné la victoire aux partis nationalistes, quatre républiques […] Lire la suite

IZETBEGOVIĆ ALIJA (1925-2003)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 822 mots
  •  • 1 média

Père de la Bosnie indépendante et symbole de la résistance durant le siège de Sarajevo, Alija Izetbegović aimait à se présenter comme un musulman modéré et un pacifiste. Il est né le 8 août 1925 à Bosanski Samac dans une famille de la bourgeoisie musulmane de Bosnie. Contrairement aux autres signataires des accords de Dayton, à l'automne de 1995, le Croate Franjo Tudjman et le Serbe Slobodan Milo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 juillet 2021 Bosnie-Herzégovine. Pénalisation de la contestation des génocides.

Le haut-représentant international en Bosnie-Herzégovine Valentin Inzko, usant des pouvoirs législatifs spéciaux que lui confèrent les accords de Dayton de décembre 1995, décide d’introduire dans le Code pénal bosnien des amendements punissant la contestation ou la justification du crime de génocide, du crime contre l’humanité et du crime de guerre tels que la justice internationale les a établis. […] Lire la suite

30 juin 2021 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de collaborateurs de Slobodan Milošević.

Le Mécanisme international de l’ONU chargé notamment de traiter les derniers dossiers du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) condamne l’ancien chef de la sécurité d’État serbe, Jovica Stanišić, ainsi que le chef d’une unité spéciale de la police serbe, Franko Simatović, à douze ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis en 1992 à Bosanski Šamac, en Bosnie-Herzégovine. […] Lire la suite

16 mai 2020 Croatie – Bosnie-Herzégovine. Hommage au régime oustachi.

Celles-ci se déroulent dans un cimetière de Zagreb et, en accord avec l’Union démocratique croate de Bosnie et Herzégovine, dans la cathédrale de Sarajevo. Cette célébration annuelle a habituellement lieu dans un village de Carinthie, en Autriche, mais Vienne l’a interdite en raison de la pandémie de Covid-19. Cinq mille personnes manifestent leur opposition devant la cathédrale de Sarajevo pendant la célébration d’une messe commémorative par l’archevêque de la ville. […] Lire la suite

20 mars 2019 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de Radovan Karadžić à la réclusion à perpétuité.

La chambre d’appel du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux condamne l’ancien président de la République serbe de Bosnie Radovan Karadžić à la réclusion à perpétuité. En mars 2016, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui a été dissous en décembre 2017, avait condamné celui-ci à quarante années de prison pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. […] Lire la suite

7 octobre 2018 Bosnie-Herzégovine. Élections générales.

L’élection des trois membres de la présidence tournante de la République de Bosnie est marquée par la victoire, dans la République serbe de Bosnie, avec 53,9 p. 100 des suffrages, de l’ultranationaliste Milorad Dodik (Alliance des sociaux-démocrates indépendants), auparavant président de cette entité et favorable à son indépendance. Dans la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine sont élus le Bosniaque Šefik Džaferović (Parti d’action démocratique), avec 36,6 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuelle CHAVENEAU, Renaud DORLHIAC, Nikola KOVAC, Noel R. MALCOLM, « BOSNIE-HERZÉGOVINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bosnie-herzegovine/