BANJA LUKA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville de Banja Luka (ou Banjaluka) est située dans le nord de la Bosnie-Herzégovine, au confluent de la Vrbas et de la Vrbanja. C'est la capitale de la République serbe de Bosnie. Sous l'Empire ottoman, Banja Luka (littéralement « les bains de saint Luc ») fut un centre militaire important et la capitale du pachalik (territoire dirigé par un pacha) bosniaque de 1583 à 1639. Aux xviie et xviiie siècles, des incendies et des épisodes de peste entraînèrent le déclin économique de la ville. Au xixe siècle, Banja Luka joua un rôle important dans les soulèvements des Bosniaques contre les Turcs ainsi que dans les révoltes des Serbes. L'économie de la ville connut un nouvel essor sous la domination austro-hongroise (1878-1918). Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville et ses environs, alors intégrés à l'État de Croatie nouvellement créé avec l'aide des puissances de l'Axe, furent l'un des centres de résistance des partisans de Tito.

La zone industrielle, construite dans l'après-guerre, continue de se développer. En 1969, la ville fut partiellement détruite par un tremblement de terre, à la suite duquel des travaux de reconstruction de grande envergure furent engagés. Lors de l'éclatement de la Yougoslavie, pendant la guerre civile qui opposa les Serbes aux Musulmans après la déclaration d'indépendance de la Bosnie en 1992, Banja Luka s'imposa comme la principale ville serbe de la partie septentrionale du pays. En 1993, les Serbes de Bosnie détruisirent deux grandes mosquées datant de l'Empire ottoman, la Ferhadija (ou Ferhad-Pacha, 1579-1583) et l'Arnaudija (1594). L'activité industrielle repose sur la conserverie (fruits et légumes), la transformation du tabac, la brasserie, la confection, la papeterie et la fabrication de machines-outils, d'appareils électriques et de fibres synthétiques. C'est la deuxième ville de Bosnie-Herzégovine par sa population, estimée à 170 000 habitants en 2004.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Les derniers événements

26-31 mai 2011 Serbie. Arrestation de Ratko Mladić

L'arrestation de Ratko Mladić suscite des manifestations nationalistes en sa faveur à Lazarevo ainsi que, les jours suivants, à Belgrade et Banja Luka, capitale de la République serbe de Bosnie. Le 31, Ratko Mladić est extradé vers la prison du T.P.I.Y., à La Haye (Pays-Bas).  […] Lire la suite

5-22 juin 2003 Vatican. Visite du pape Jean-Paul II en Croatie et en Bosnie

Le 22, le souverain pontife se rend à Banja Luka, en République serbe de Bosnie, pour y prêcher le « pardon réciproque » et se repentir notamment pour les crimes commis dans la région, à diverses époques, par les activistes catholiques croates.  […] Lire la suite

8-24 septembre 1997 Bosnie-Herzégovine. Victoire des nationalistes aux élections municipales

Le 8, la police fidèle à la présidente de la république serbe de Bosnie, Biljana Plavsić, empêche la tenue d'une réunion organisée à Banja Luka en vue des élections municipales par le Parti démocrate serbe (S.D.S.), la formation des ultranationalistes qui dominent le gouvernement et le Parlement serbe bosniaques installés à Pale. Ceux-ci s'opposent depuis juillet à Biljana Plavsić, réputée plus modérée, qui est soutenue par la communauté internationale. […] Lire la suite

4-23 août 1997 Bosnie-Herzégovine. Pressions occidentales et accroissement des divergences serbes

) prend le contrôle de plusieurs postes de police de Banja Luka, siège de la présidence serbe, afin de prévenir toute tentative de renversement de Biljana Plavsić. Le 22, l'état-major de la R.S. accuse la présidente Plavsić de « saper l'État » et menace d'utiliser « tous les moyens » pour défendre celui-ci. Le même jour, Biljana Plavsić nomme un nouveau ministre de l'Intérieur, Marko Pavić, en remplacement de celui qu'elle avait limogé en juin – le gouvernement avait aussitôt rejeté cette décision. […] Lire la suite

3-20 juillet 1997 Bosnie-Herzégovine. Conflit entre les dirigeants de la République serbe

Depuis Banja Luka, où se trouve le siège de la présidence, elle s'oppose depuis plusieurs mois aux autres dirigeants de la R.S. qui suivent la ligne « dure » inspirée, en coulisses, par Radovan Karadzić, ancien président des Serbes bosniaques, inculpé de crimes contre l'humanité par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Le 4, le Parlement de Pale somme Biljana Plavsić de se rallier à ses positions ou de démissionner. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BANJA LUKA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banja-luka/