BOSNIE-HERZÉGOVINE, chronologie contemporaine

 

2019

20 mars 2019
Bosnie-Herzégovine. Condamnation de Radovan Karadžić à la réclusion à perpétuité.

La chambre d’appel du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux condamne l’ancien président de la République serbe de Bosnie Radovan Karadžić à la réclusion à perpétuité. En mars 2016, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), qui a été dissous en décembre 2017, avait condamné celui-ci à quarante années de prison pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de gue […] Lire la suite

2018

7 octobre 2018
Bosnie-Herzégovine. Élections générales.

L’élection des trois membres de la présidence tournante de la République de Bosnie est marquée par la victoire, dans la République serbe de Bosnie, avec 53,9 p. 100 des suffrages, de l’ultranationaliste Milorad Dodik (Alliance des sociaux-démocrates indépendants), auparavant président de cette entité et favorable à son indépendance. Dans la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine sont élus le Bosniaqu […] Lire la suite

2017

22-29 novembre 2017
Bosnie-Herzégovine. Condamnation du Serbe Ratko Mladić par le TPIY.

Le 22, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye condamne à la prison à vie, au terme de cinq ans de procès, l’ancien général Ratko Mladić, commandant en chef de l’armée de la République serbe de Bosnie durant la guerre de Bosnie (1992-1995), qui est reconnu coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, notamment pour son rôle dans les mass […] Lire la suite

2016

24-31 mars 2016
Bosnie-Herzégovine. Condamnation de Radovan Karadzić et acquittement de Vojislav Seselj.

Le 24, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) siégeant à La Haye condamne Radovan Karadzić à quarante ans de prison. L’ancien chef politique des Serbes de Bosnie arrêté en 2008 est notamment reconnu coupable de génocide pour le meurtre de plus de six mille hommes musulmans à Srebrenica, en juillet 1995, et la déportation de leurs femmes et de leurs enfants ; de crime contre l […] Lire la suite

2014

12 octobre 2014
Bosnie-Herzégovine. Élections générales.

Le 12, les nationalistes dominent les élections générales. Dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine, le Parti de l'action démocratique (S.D.A.) arrive en tête, avec 27,9 p. 100 des suffrages. Son chef, le nationaliste modéré Bakir Izetbegović, est réélu à la présidence de l'entité. Le S.D.A. succède, comme premier parti de la Fédération, au Parti social-démocrate, qui, avec 9,5 p. 100 des voix, su […] Lire la suite

5-7 février 2014
Bosnie-Herzégovine. Mouvement de contestation.

Le 5, des ouvriers manifestent à Tuzla pour dénoncer la situation économique et l'incapacité du pouvoir à agir en raison des structures institutionnelles – le pays, composé de deux entités, la Fédération croato-musulmane et la République serbe, ne dispose pas de véritable pouvoir central. Sans précédent depuis la fin de la guerre en 1995, ce mouvement, principalement animé par des Bosniaques, gagn […] Lire la suite

2012

5-12 janvier 2012
Bosnie-Herzégovine. Nomination de Vjekoslav Bevanda au poste de Premier ministre.

Le 5, la présidence tripartite nomme au poste de Premier ministre Vjekoslav Bevanda, ancien ministre des Finances et membre de l'Union démocratique croate de Bosnie-Herzégovine. Le 12, le Parlement investit Vjekoslav Bevanda, par 31 voix contre 2 et 3 abstentions. Cette désignation met fin à la crise politique qui sévissait depuis les élections législatives d'octobre 2010. Le Parlement n'était pas […] Lire la suite

2010

3 octobre 2010
Bosnie-Herzégovine. Élections générales.

À l'issue des élections générales, les nationalistes s'imposent dans l'entité serbe, tandis que les modérés progressent dans l'entité croato-musulmane. En République serbe, l'Union des sociaux-démocrates indépendants (S.N.S.D.) arrive en tête des élections législatives avec 43,3 p. 100 des suffrages. Son leader Milorad Dodik, un ultranationaliste favorable à la sécession de l'entité serbe, est élu […] Lire la suite

2009

27 octobre-5 novembre 2009
Bosnie-Herzégovine. Ouverture du procès de Radovan Karadzić.

Le 27, après un report de vingt-quatre heures, s'ouvre à La Haye le procès de Radovan Karadzić devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.). Ancien président de la République autoproclamée des Serbes de Bosnie, il est accusé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide contre les Musulmans, Croates et autres civils non serbes de Bosnie-Herzégovine de 1992 à  […] Lire la suite

2006

1er octobre 2006
Bosnie-Herzégovine. Défaite électorale des partis nationalistes traditionnels.

Les résultats des élections générales sont marqués par la défaite des partis nationalistes traditionnels, au pouvoir depuis la fin de la guerre en 1995 – le S.D.A. bosniaque (musulman), le S.D.S. serbe et le H.D.Z. croate. Le Bosniaque (Musulman) Haris Silajdžić, candidat du S.B.I.H., le Serbe Nebojša Radmanović, du S.N.S.D., et le Croate Željko Komšić, du S.D.P. (Parti social-démocrate multiethni […] Lire la suite

27 septembre 2006
Serbie – Bosnie-Herzégovine. Condamnation de Momcilo Krajisnik devant le T.P.I.Y.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) condamne l'ancien président de l'Assemblée des Serbes de Bosnie Momcilo Krajisnik à vingt-sept ans de prison pour des crimes contre l'humanité commis entre juillet 1991 et décembre 1992 en Bosnie-Herzégovine. Le condamné formait avec l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadžić, toujours en fuite, «le noyau dur d'une […] Lire la suite

2004

2-16 décembre 2004
Bosnie-Herzégovine. Maintien de la paix assuré par l'Europe et crise politique interne.

Le 2, la Force de l'Union européenne (Eufor), constituée de sept mille soldats, prend le relais de la S.F.O.R. (Force de stabilisation de l'O.T.A.N. en Bosnie). L'opération Althéa est la première mission militaire de cette ampleur pour les forces européennes qui assurent désormais les tâches du maintien de la paix et de la stabilisation dans le pays. Seule la traque des criminels de guerre demeure […] Lire la suite

19 avril 2004
Serbie – Bosnie-Herzégovine. Confirmation par le T.P.I.Y. de la qualification de « génocide » pour le massacre de Srebrenica.

La chambre d'appel du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) affirme que « les forces serbes de Bosnie ont commis un génocide contre les Musulmans de Srebrenica » lors de leur attaque de l'enclave musulmane, en juillet 1995, qui avait fait de sept mille à huit mille victimes. La confirmation de la qualification de ce crime intervient à l'occasion de l'examen du pourvoi formé […] Lire la suite

2003

5-22 juin 2003
Vatican. Visite du pape Jean-Paul II en Croatie et en Bosnie.

Du 5 au 9, le pape Jean-Paul II se rend en Croatie pour le centième voyage de son pontificat. Il prône la réconciliation après la guerre des années 1990 et encourage l'adhésion du pays à l'Union européenne.Le 22, le souverain pontife se rend à Banja Luka, en République serbe de Bosnie, pour y prêcher le « pardon réciproque » et se repentir notamment pour les crimes commis dans la région, à diverse […] Lire la suite

1er janvier 2003
Bosnie-Herzégovine – Union européenne. Engagement de la mission de police de l'Union européenne.

L'Union européenne prend le relais des Nations unies dans le cadre de la mission de police que celles-ci assuraient depuis 1995. Mobilisant quelque cinq cents policiers, des experts civils et des assistants locaux, cette opération est la première organisée dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense. La Mission de police de l'Union européenne est chargée de former et d'assis […] Lire la suite

2002

6 octobre 2002
Bosnie-Herzégovine. Victoire des nationalistes aux élections législatives.

Les élections présidentielle et législatives (pour le Parlement national et les Parlements propres à chaque entité) sont pour la première fois organisées par les autorités locales et non par les organisations internationales. Pour l'élection du Parlement national, dans la République serbe, le Parti démocratique serbe (S.D.S.) arrive en tête, avec 37 p. 100 des suffrages, devant le Parti des sociau […] Lire la suite

2001

23 novembre 2001
Yougoslavie. Inculpation de Slobodan Milošević pour génocide en Bosnie.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) inculpe Slobodan Milošević de génocide pour avoir, entre mars 1992 et décembre 1995, « planifié, ordonné, commis ou aidé à exécuter la destruction de tout ou partie de la population musulmane ou croate de Bosnie ». Arrêté en avril et transféré à La Haye en juin, l'ancien président serbe avait déjà été inculpé de crimes contre l'human […] Lire la suite

2 août 2001
Yougoslavie. Première condamnation pour génocide par le T.P.I.Y.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) prononce sa première condamnation pour génocide à l'encontre du général serbe Radislav Krstić. Reconnu coupable de la mort de 7 574 habitants de Srebrenica, lors de l'attaque de cette enclave musulmane de Bosnie, en juillet 1995, celui-ci est condamné à quarante-six ans de prison. La qualification de génocide est retenue au motif qu' […] Lire la suite

3-5 mars 2001
Bosnie-Herzégovine. Initiatives nationalistes.

Le 3, les nationalistes croates du H.D.Z. (opposition) décident unilatéralement, et illégalement, de se doter d'institutions autonomes, notamment d'un Parlement et d'un gouvernement représentant les régions à majorité croate du pays. La Bosnie est partagée en deux entités: la République serbe et la Fédération croato-musulmane. Cette dernière est dirigée par une coalition réformiste non nationalist […] Lire la suite

10-11 janvier 2001
Bosnie-Herzégovine. Inculpation de Biljana Plavsić pour génocide devant le T.P.I.Y.

Le 10, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) annonce l'inculpation pour « génocide » – tenue secrète depuis avril 2000 – de Biljana Plavsić, ancienne présidente de la République serbe de Bosnie, pour des faits remontant à 1991-1992, période où celle-ci exerçait des fonctions officielles aux côtés du président Radovan Karadzić. Biljana Plavsić est la plus haute personnali […] Lire la suite

2000

11 novembre 2000
Bosnie-Herzégovine. Victoire des partis nationalistes aux élections générales.

Les résultats des élections générales confirment la prédominance des partis nationalistes. Le Parti démocratique serbe créé par le chef de guerre Radovan Karadzić remporte le scrutin législatif en République serbe (R.S.) ; son candidat, Mirko Sarović, s'impose dès le premier tour à l'élection présidentielle en R.S. face au Premier ministre, Milorad Dodik, chef du Parti des sociaux-démocrates indép […] Lire la suite

8 avril 2000
Bosnie-Herzégovine. Progression de l'opposition multiethnique aux élections législatives.

Les élections municipales organisées sous le contrôle de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe sont marquées par la forte percée, dans la partie musulmane de la République, du Parti social-démocrate (S.D.P.) de Zlatko Lagumdzija, formation d'opposition multiethnique. Le S.D.P. obtient la majorité absolue dans son fief de Tuzla et la majorité relative à Sarajevo, Gorazde et Ze […] Lire la suite

3-7 avril 2000
Bosnie-Herzégovine. Arrestation de Momcilo Krajisnik.

Le 3, des soldats français de la Force de stabilisation de l'O.T.A.N. en Bosnie (S.F.O.R.) arrêtent, à Pale, Momcilo Krajisnik, ancien bras droit de Radovan Karadzić, l'ex-« président » de la « République serbe de Bosnie » durant la guerre. Inculpé en février par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) de « génocide », « crimes contre l'humanité » et « crimes de guerre »,  […] Lire la suite

3 mars 2000
Bosnie-Herzégovine – Croatie. Lourde condamnation d'un général croate par le T.P.I.Y.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) condamne le général croate Tohimir Blaskic à quarante-cinq ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Il s'agit de la plus lourde peine prononcée par le T.P.I.Y., et de l'officier le plus haut gradé condamné par cette instance depuis sa création en 1993. Tohimir Blaskic est reconnu coupable d'avoir « personnelle […] Lire la suite

1999

30 juillet 1999
Bosnie-Herzégovine. Inauguration du Pacte de stabilité pour l'Europe du Sud-Est.

Une quarantaine de chefs d'État et de gouvernement, parmi lesquels l'Américain Bill Clinton, le Français Jacques Chirac, le Britannique Tony Blair et l'Allemand Gerhard Schröder, se réunissent à Sarajevo pour lancer le Pacte de stabilité pour l'Europe du Sud-Est adopté par le Conseil européen de Cologne, en juin, sur l'initiative de l'Allemagne. Le Pacte, dont le coordonnateur est l'Allemand Bodo  […] Lire la suite

1998

4 novembre 1998
Bosnie-Herzégovine. Élection d'un modéré à la présidence du Parlement de la République serbe.

À la suite de son renouvellement en septembre, le Parlement de la République serbe, l'une des deux entités du pays, élit à sa présidence le socialiste Petar Djokić, membre de la coalition modérée Sloga. Celui-ci s'impose face au bloc ultranationaliste grâce aux voix des députés musulmans et croates. Les tractations qui aboutissent à l'élection de Petar Djokić se déroulent sous l'égide du haut repr […] Lire la suite

12-13 septembre 1998
Bosnie-Herzégovine. Résultats mitigés aux élections générales.

Les 12 et 13 se déroulent les élections présidentielle et législatives, sous la supervision de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (O.S.C.E.) qui les juges « libres et démocratiques ». Les résultats, publiés le 25 par l'O.S.C.E., indiquent une progression globale des partis modérés. Ainsi, Zviko Radisić, un socialiste, remplace Momcilo Krajisnik, proche de Ra […] Lire la suite

15 juin 1998
Bosnie-Herzégovine. Arrestation d'un criminel de guerre.

Les forces de l'O.N.U. arrêtent, dans la région de Foča, le Serbe bosniaque Milorad Krnojelac qui est accusé de crimes de guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. C'est le premier criminel de guerre présumé arrêté dans la zone de l'O.T.A.N. contrôlée par la France. […] Lire la suite

8 avril 1998
Bosnie-Herzégovine. Arrestation de deux Serbes de Bosnie par la S.F.O.R.

À Prijedor, dans le nord-est du pays, la Force de stabilisation de la paix (S.F.O.R.) arrête deux Serbes de Bosnie, Mladen Radić et Miroslav Kvocka, inculpés de crimes contre l'humanité devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.). C'est la quatrième opération de ce genre menée par la S.F.O.R. depuis juillet 1997. […] Lire la suite

6-7 avril 1998
France – Bosnie-Herzégovine. Visite du président Jacques Chirac en Bosnie-Herzégovine.

Le 6, Jacques Chirac entame sa visite officielle en Bosnie par un hommage aux soixante-douze soldats français morts au cours des opérations de maintien de la paix ainsi qu'aux organisations humanitaires.Le 7, le président français demande aux dirigeants bosniaques de mieux travailler ensemble. À Sarajevo, devant une assemblée de jeunes, il prône la réconciliation et la restauration d'une Bosnie pl […] Lire la suite

18-19 janvier 1998
Bosnie-Herzégovine. Élection d'un Premier ministre modéré en République serbe.

Le 18, les députés du Parlement de la République serbe de Bosnie élu en novembre 1997 désignent Milorad Dodik au poste de Premier ministre. Candidat de la présidente Biljana Plavsić, celui-ci est favorable aux accords de Dayton et à un rapprochement avec la Fédération croato-musulmane. Les ultranationalistes du Parti démocratique serbe et des Radicaux dénoncent une « sorte de coup d'État ». Milora […] Lire la suite

1997

18-22 décembre 1997
Bosnie-Herzégovine. Arrestation de criminels de guerre croates et visite du président Bill Clinton.

Le 18, à Vitez, la Force de stabilisation de l'O.T.A.N. (S.F.O.R.) arrête deux Croates, Vlatko Kupreskić et Anto Furundzija, inculpés de crimes de guerre par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.) pour des actes perpétrés dans la région en 1993. L'opération – la troisième de ce type depuis la fin de la guerre, après celles qui ont été menées en juin à Vukovar et en juillet  […] Lire la suite

22-23 novembre 1997
Bosnie-Herzégovine. Élections législatives en République serbe de Bosnie.

Les 22 et 23 se déroulent, en République serbe de Bosnie, les élections législatives anticipées convoquées en vue de mettre fin au conflit qui oppose, depuis juillet, la présidente Biljana Plavsić, d'une part, et le gouvernement et le Parlement dominés par les ultra-nationalistes opposés à l'application des accords de paix de Dayton, d'autre part. Avec 24 sièges (— 21) sur 83, le Parti démocratiqu […] Lire la suite

8-24 septembre 1997
Bosnie-Herzégovine. Victoire des nationalistes aux élections municipales.

Le 8, la police fidèle à la présidente de la république serbe de Bosnie, Biljana Plavsić, empêche la tenue d'une réunion organisée à Banja Luka en vue des élections municipales par le Parti démocrate serbe (S.D.S.), la formation des ultranationalistes qui dominent le gouvernement et le Parlement serbe bosniaques installés à Pale. Ceux-ci s'opposent depuis juillet à Biljana Plavsić, réputée plus mo […] Lire la suite

4-23 août 1997
Bosnie-Herzégovine. Pressions occidentales et accroissement des divergences serbes.

Le 4, douze pays européens et les États-Unis déclarent ne plus reconnaître les ambassadeurs de Bosnie, à la demande du haut représentant civil de la communauté internationale dans le pays. Celui-ci avait recommandé deux jours plus tôt de sanctionner ainsi l'incapacité du gouvernement central bosniaque à adopter des mesures visant à promouvoir des institutions communes – notamment la nomination de  […] Lire la suite

10-14 juillet 1997
Bosnie-Herzégovine. Réactivation des poursuites contre les criminels de guerre.

Le 10, à Prijedor, dans la république serbe (R.S.) de Bosnie, la Force de stabilisation de l'O.T.A.N. (S.F.O.R.) procède à l'arrestation de l'ancien chef de la police de la ville, Simo Drljaca, et de l'ancien chef de l'exécutif, Milan Kovacević, responsables du « nettoyage ethnique » pratiqué dans la région en 1992. Le premier est tué lors de l'opération ; le second est transféré vers La Haye, siè […] Lire la suite

3-20 juillet 1997
Bosnie-Herzégovine. Conflit entre les dirigeants de la République serbe.

Le 3, la présidente de la République serbe (R.S.) de Bosnie, Biljana Plavsić, ordonne la dissolution du Parlement de la R.S. Cette décision est aussitôt rejetée par le gouvernement, qui siège à Pale tout comme le Parlement. Biljana Plavsić prône le respect des accords de paix de Dayton afin de sortir l'entité serbe de Bosnie de l'isolement international. Depuis Banja Luka, où se trouve le siège de […] Lire la suite

12-13 avril 1997
Vatican – Bosnie-Herzégovine. Voyage de Jean-Paul II à Sarajevo.

Les 12 et 13, le pape Jean-Paul II effectue une visite à Sarajevo, où il n'avait pu se rendre en septembre 1994 pour des raisons de sécurité, la ville étant alors assiégée par les forces serbes bosniaques. Dans un pays qui reste profondément divisé, et devant une communauté catholique elle-même partagée, le souverain pontife lance des appels à la tolérance, déclarant notamment que « comme dans une […] Lire la suite

28 février 1997
Yougoslavie. Signature d'un accord instaurant des « relations spéciales » avec la république serbe de Bosnie.

Le 28, la Yougoslavie et la république serbe de Bosnie signent un accord qui vise à établir entre elles des « relations spéciales », comme les y autorise l'accord de paix de Dayton. Édifiées « dans le but de créer un marché unique », ces relations couvrent de nombreux domaines, notamment la sécurité régionale et la politique étrangère. La liberté de circulation est instaurée à la frontière des deu […] Lire la suite

1996

30 décembre 1996
Bosnie-Herzégovine. Accord sur le gouvernement central.

La présidence collégiale nomme un gouvernement central et annonce la première réunion du Parlement national élu en septembre, qui confirmera cette nomination le 3 janvier 1997. Cet accord met fin au blocage des institutions dont l'entité serbe apparaît comme la principale responsable. Le Bosniaque Haris Silajdzić, ancien Premier ministre, et le Serbe Boro Bosić se succéderont chaque semaine à la t […] Lire la suite

9-28 novembre 1996
Bosnie-Herzégovine. Limogeage du général Mladić.

Le 9, la présidente de la « république serbe de Bosnie » (Republika Sprska), Biljana Plavsić, limoge le général Ratko Mladić, commandant des forces armées depuis mai 1992 – qui est inculpé de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre devant le Tribunal pénal international de La Haye –, ainsi que soixante-dix officiers supérieurs. Ratko Mladić, proche de Belgrade mais qui a toujours fa […] Lire la suite

14 septembre-1er octobre 1996
Bosnie-Herzégovine. Victoire des partis nationalistes aux élections générales.

Le 14, à l'issue d'une campagne marquée par une surenchère de rhétorique nationaliste, se tiennent, sous le contrôle de l'Ifor (Implementation Force) et d'un millier d'observateurs étrangers, les élections générales prévues par les accords de Dayton en vue de doter la Bosnie d'une présidence et d'un Parlement communs, et chaque entité composant le pays d'un Parlement propre. De nombreuses voix s'é […] Lire la suite

6-31 août 1996
Bosnie-Herzégovine. Accord à Mostar et dissolution de la « république d'Herzeg-Bosna ».

Le 6, Croates et Musulmans parviennent, sous l'égide de l'Union européenne, à un accord sur le partage du pouvoir à Mostar où les premiers refusaient de reconnaître les résultats de l'élection municipale de juin, favorables aux seconds. Le texte prévoit la désignation d'un maire croate et d'un maire adjoint musulman, ce qui sera fait le 14. Les nationalistes extrémistes des deux camps continuent t […] Lire la suite

11-24 juillet 1996
Bosnie-Herzégovine. Retrait de Radovan Karadzić de la vie politique.

Le 11, le Tribunal pénal international (T.P.I.) de La Haye sur l'ex-Yougoslavie délivre un mandat d'arrêt international contre Radovan Karadzić et Ratko Mladić, respectivement chef politique et chef militaire des Serbes de Bosnie, dont il a établi la responsabilité dans les crimes commis durant la guerre, notamment lors de la conquête de l'enclave musulmane de Srebrenica, en juillet 1995. Le 8, le […] Lire la suite

2 juin-3 juillet 1996
Bosnie-Herzégovine. Entraves à la mise en œuvre des accords de paix.

Le 2, les représentants du groupe de contact sur l'ex-Yougoslavie, réunis à Genève en présence des présidents serbe, bosniaque et croate, ne parviennent pas plus que le haut représentant civil en Bosnie Carl Bildt, le mois précédent, à obtenir le retrait du pouvoir de Radovan Karadzić, « président » de la « république serbe de Bosnie », et du général Ratko Mladić. Inculpés de crimes contre l'human […] Lire la suite

15-19 mai 1996
Bosnie-Herzégovine. Difficile mise en œuvre des accords de Dayton.

Le 15, Radovan Karadzić, « président » de la « République serbe de Bosnie », limoge son « Premier ministre » Rajko Kasagié, séparatiste mais partisan de l'accord de paix de Dayton et interlocuteur privilégié des Occidentaux. Cette mise à l'écart intervient alors que ces derniers accentuent leur pression sur Radovan Karadzić et sur le général Ratko Miadić qui, inculpés de crimes contre l'humanité,  […] Lire la suite

1er-19 mars 1996
Bosnie-Herzégovine. Réunification de Sarajevo.

Le 1er, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, qui siège à La Haye, inculpe de crimes contre l'humanité, pour son rôle dans le bombardement de cibles civiles à Sarajevo, l'un des deux officiers serbes bosniaques arrêtés et déférés devant lui par les autorités de Sarajevo en février. Le second sera renvoyé en Bosnie le 29.Le 12, le quartier d'Ilidza, qui était […] Lire la suite

3-29 février 1996
Bosnie-Herzégovine. Difficultés dans l'application des accords de Dayton.

Le 3, conformément au calendrier des accords de Dayton, les combattants achèvent de se retirer des zones devant être restituées à l'autre camp. Toutefois, les médiateurs internationaux acceptent que le transfert du pouvoir entre les mains des autorités bosniaques, dans les quartiers de Sarajevo contrôlés par les forces de Pale, ne s'achève que le 19 mars.Le 5, l'O.T.A.N. confirme que les forces go […] Lire la suite

21-30 janvier 1996
Bosnie-Herzégovine. Démission du Premier ministre Haris Silajdzić.

Le 21, le Premier ministre Haris Silajdzić présente sa démission au président Alija Izetbegović. Des divergences l'opposent au chef de l'État et au Parti de l'action démocratique (S.D.A.), au pouvoir, sur la nature du gouvernement central du pays. Haris Silajdzić souhaitait le maintien d'autorités centrales fortes face aux institutions des deux entités croato-musulmane et serbe de Bosnie. Le Premi […] Lire la suite

1er-19 janvier 1996
Bosnie-Herzégovine. Accrocs dans l'application du plan de paix.

Le 1er, le gouvernement accuse les Serbes bosniaques qui contrôlent le quartier d'Ilidza, dans la banlieue de Sarajevo, d'avoir capturé, depuis le 22 décembre, seize civils musulmans qui transitaient par la route rouverte par l'Ifor (Implementation Force). La force multinationale de l'O.T.A.N., qui garantit la liberté de circulation autour de la capitale et n'escorte plus le […] Lire la suite

1995

1er-27 décembre 1995
Bosnie-Herzégovine. Libération des pilotes français et signature de l'accord de paix à Paris.

Le 1er, le ministère français de la Défense désavoue le général Jean-René Bachelet, commandant de la Forpronu à Sarajevo, qui avait déclaré, devant la presse, que l'accord de paix de Dayton, conclu en novembre, « mène droit dans l'impasse » en prévoyant la réunification de la capitale sans accorder de garanties aux Serbes bosniaques qui en contrôlent certains quartiers. Le p […] Lire la suite

1er-27 novembre 1995
Bosnie-Herzégovine. Conclusion à Dayton d'un accord de paix.

Le 1er, les présidents bosniaque Alija Izetbegović, croate Franjo Tudjman et serbe Slobodan Milošević entament les négociations sur le règlement de la crise yougoslave sur une base aérienne proche de Dayton (Ohio), aux États-Unis, comme le prévoyait l'accord de cessez-le-feu conclu en octobre.Le 8, le secrétaire américain à la Défense, William Perry, et le ministre russe de  […] Lire la suite

4-18 octobre 1995
Bosnie-Herzégovine. Entrée en application d'un cessez-le-feu.

Le 4, alors que les négociations en vue d'établir un cessez-le-feu piétinent, des avions de l'O.T.A.N. bombardent trois sites de défense antiaérienne serbe bosniaque qui les menaçaient directement.Le 5, le président américain Clinton annonce que les belligérants bosniaques ont conclu un accord de cessez-le-feu pour une durée de soixante jours à compter du 10. Son entrée en vigueur est subordonnée  […] Lire la suite

1er-29 septembre 1995
Bosnie-Herzégovine. Désenclavement de Sarajevo, reconquête de territoires occupés par les Serbes et accord de principe sur le futur État.

Le 1er, la Forpronu suspend les frappes aériennes contre des objectifs serbes autour de Sarajevo afin de reprendre les discussions avec les Serbes de Bosnie, qui assiègent la capitale depuis avril 1992. L'opération Déliberate Force, conduite par l'O.T.A.N. pour obtenir le retrait des armes lourdes serbes de la « zone d'exclusion » de 20 kilomètres autour de Sarajevo, avait d […] Lire la suite

1er-30 août 1995
Croatie – Bosnie-Herzégovine. Reconquête de la Krajina par l'armée croate et riposte massive des Occidentaux en Bosnie.

Le 1er, la Chambre des représentants des États-Unis, à majorité républicaine, adopte, après le Sénat en juillet, une résolution favorable à la levée de l'embargo sur les armes au profit des Bosniaques. Le 11, le président Bill Clinton opposera son veto.Le 4, l'armée régulière croate lance une offensive contre la « république serbe » de Krajina autoproclamée durant l'été de 1 […] Lire la suite

5-28 juillet 1995
Bosnie-Herzégovine. Conquête de deux zones de sécurité par les Serbes bosniaques.

Le 5, le président français Jacques Chirac indique, lors d'une conférence de presse à Genève, sa volonté de désenclaver Sarajevo, soit par la négociation, soit par la force.Le 6, les Serbes bosniaques engagent une offensive contre Srebrenica, dans l'est de la Bosnie, l'une des six enclaves décrétées « zones de sécurité » par l'O.N.U. en mai 1993, qu'ils assiègent depuis le début de la guerre, au p […] Lire la suite

2-30 juin 1995
Bosnie-Herzégovine. Libération des casques bleus, création de la Force de réaction rapide et reprise des combats.

Le 2, les Serbes bosniaques abattent un chasseur F-16 américain qui effectuait un vol de surveillance pour le compte de l'O.T.A.N. – son pilote sera récupéré par des hélicoptères américains le 8.Le 2 également, les Serbes bosniaques libèrent cent vingt des quelque trois cent soixante-quinze casques bleus faits prisonniers en mai, tandis que d'autres soldats de l'O.N.U. sont capturés.Le 3, les mini […] Lire la suite

16-29 mai 1995
Bosnie-Herzégovine. Des centaines de casques bleus pris en otage par les Serbes bosniaques.

Le 16, Sarajevo subit les bombardements et les échanges d'artillerie les plus intenses depuis février 1994, date de l'ultimatum adressé aux Serbes bosniaques par les Occidentaux qui avaient alors exigé le retrait des armes lourdes dans un rayon de 20 kilomètres autour de la capitale.Le 24, après une journée de combats particulièrement violents à Sarajevo, le colonel Rupert Smith, commandant de la  […] Lire la suite

14-20 avril 1995
Bosnie-Herzégovine. Fin de la trêve.

Les 14 et 15, deux casques bleus français sont tués à Sarajevo par des tireurs isolés non identifiés. Les autorités françaises demandent à l'O.N.U. de renforcer la sécurité des casques bleus, et aux belligérants de rétablir et de prolonger la trêve qui s'achève à la fin du mois. Depuis le début du mois, alors que les forces gouvernementales qui ont déclenché une offensive dans le centre du pays en […] Lire la suite

1er-31 mars 1995
Bosnie-Herzégovine – O.N.U. Reprise des combats en Bosnie et restructuration de la Forpronu.

Le 1er, le général français Bernard Janvier succède à son compatriote le général Bertrand de Lapresle au commandement de la Force de protection des Nations unies (Forpronu). Sa prise de fonctions intervient dans un contexte délicat. Le gouvernement de Zagreb s'oppose depuis janvier au renouvellement en Croatie du mandat des casques bleus qui expire le 31 mars. En outre, la F […] Lire la suite

6-14 février 1995
Bosnie-Herzégovine. Nouvelles propositions occidentales en vue d'un règlement.

Le 6, l'Union européenne approuve le projet présenté le 30 janvier par le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé, qui préconise la réunion d'un sommet des membres du « groupe de contact » (États-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne) et des présidents bosniaque, croate et serbe. Il s'agit de débloquer les négociations toujours dans l'impasse depuis le début de la trêve de […] Lire la suite

1994

1er-31 décembre 1994
Bosnie-Herzégovine. Conclusion d'un accord de cessation d'hostilités pour quatre mois.

Le 1er, lors d'une réunion ministérielle de l'O.T.A.N. à Bruxelles, Américains et Européens s'accordent pour estimer que d'éventuelles frappes aériennes sur Bihac auraient été inefficaces et décident de s'en tenir aux pressions diplomatiques.Le 2, les ministres des Affaires étrangères du « groupe de contact » – États-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne – entér […] Lire la suite

9-30 novembre 1994
Bosnie-Herzégovine. Division de la communauté internationale face à l'offensive serbe contre la poche de Bihac.

Le 9, alors que l'offensive des forces gouvernementales lancée depuis la fin d'octobre sur plusieurs fronts n'avait pas encore rencontré de véritable résistance, les Serbes bosniaques alliés aux troupes du leader musulman proserbe Fikret Abdic et aux forces serbes croates de Krajina engagent une violente contre-offensive contre l'enclave musulmane de Bihac, dans le nord-ouest du pays. Dans le même […] Lire la suite

26 octobre 1994
Bosnie-Herzégovine. Offensive des forces gouvernementales contre des positions serbes.

Les forces gouvernementales bosniaques lancent diverses offensives à travers le pays. Elles progressent les jours suivants, infligeant notamment un revers sans précédent aux forces serbes bosniaques qui assiègent l'enclave musulmane de Bihac, dans le nord-ouest du pays. Elles enfoncent également les lignes serbes sur le mont Igman, proche de Sarajevo, en bordure de la zone démilitarisée et contrôl […] Lire la suite

6-26 septembre 1994
Bosnie-Herzégovine. Annulation d'une visite pontificale et revirement bosniaque au sujet de l'embargo sur les armes.

Le 6, le pape Jean-Paul II annonce qu'il reporte son projet de se rendre à Sarajevo le 8, par souci de préserver la « sécurité de la population » et afin d'éviter que cette visite « ne puisse être mal comprise et augmenter encore les tensions ». Les Serbes de Bosnie avaient prévenu qu'ils ne pourraient « garantir la sécurité du pape » à Sarajevo. L'Église orthodoxe serbe n'a pas non plus accepté d […] Lire la suite

2-28 août 1994
Bosnie-Herzégovine. Rupture entre Belgrade et la « république serbe de Bosnie ».

Le 2, le président serbe Slobodan Milošević menace de rompre toute relation avec la « république serbe de Bosnie » au cas où celle-ci persisterait à rejeter le plan de paix présenté en juillet par le « groupe de contact » sur l'ex-Yougoslavie (États-Unis, Russie, France, Allemagne, Grande-Bretagne). Belgrade avait annoncé la même mesure en mai 1993, sans qu'elle soit suivie d'effet.Le 3, le « Parl […] Lire la suite

5-30 juillet 1994
Bosnie-Herzégovine. Rejet du plan de paix du « groupe de contact » par les Serbes bosniaques.

Le 5, tandis que les combats se poursuivent en Bosnie en dépit de la trêve d'un mois annoncée en juin, les ministres des Affaires étrangères du « groupe de contact » sur l'ex-Yougoslavie (États-Unis, Russie, France, Allemagne, Grande-Bretagne) adoptent à Genève un plan commun de règlement du conflit bosniaque. Le projet préserve l'intégrité de la Bosnie, dont 51 p. 100 du territoire est attribué à […] Lire la suite

8-24 juin 1994
Bosnie-Herzégovine. Lancement d'une « guerre de libération ».

Le 8, les belligérants signent, à Genève, sous l'égide des Nations unies, un accord de cessez-le-feu d'une durée d'un mois à compter du 10. Les Serbes souhaitaient une trêve plus longue, de façon à fixer leurs conquêtes sur le terrain. Pour des raisons inverses, les Musulmans se montrent réticents envers tout cessez-le-feu. La trêve est violée de nombreuses fois.Le 23, Le Parlement de Sarajevo dés […] Lire la suite

13-31 mai 1994
Bosnie-Herzégovine. Faillite de la communauté internationale face aux belligérants.

Le 13, alors que la Forpronu est confrontée à une dégradation de la situation sur le terrain, les ministres des Affaires étrangères américain, russe et européens se réunissent à Genève pour tenter d'arrêter une position commune. Le communiqué final rejette l'éventualité d'une levée des sanctions économiques internationales exigée par les Serbes en préalable à un cessez-le-feu général et à la repri […] Lire la suite

6-26 avril 1994
Bosnie-Herzégovine. Actions de l'O.T.A.N. pour contrer l'attaque des Serbes bosniaques sur Gorazde.

Le 6, après beaucoup d'atermoiements, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. publie une déclaration qui condamne l'attaque de Gorazde par les Serbes bosniaques, sans formuler de menace. Déclarée « zone de sécurité » par la résolution 836 du Conseil de sécurité de l'O.N.U. en mars 1993, l'enclave musulmane de Gorazde, dans l'est du pays, qui est assiégée depuis avril 1992, est la cible d'une nouvelle o […] Lire la suite

1er-30 mars 1994
Bosnie-Herzégovine. Accord sur une fédération croato-musulmane en Bosnie.

Le Ier, les représentants de la république de Croate, des Croates de Bosnie et des Musulmans signent à Washington, sous l'égide des États-Unis, un accord-cadre qui prévoit la création d'une fédération croato-musulmane en Bosnie. Celle-ci précéderait la création d'une confédération entre cette nouvelle entité et la Croatie. Le 18, l'accord sur la constitution de la Fédération […] Lire la suite

4-28 février 1994
Bosnie-Herzégovine. Retrait des armes lourdes serbes des environs de Sarajevo.

Le 4, un tir d'obus sur un faubourg de Sarajevo cause la mort de dix civils. Selon la Forpronu, les projectiles provenaient des positions serbes.Le 5, un nouveau bombardement d'artillerie fait 68 morts sur un marché de la capitale bosniaque. L'origine des tirs restera non élucidée. Ce massacre, le plus meurtrier depuis le début du siège de Sarajevo en avril 1992, suscite l'indignation de la commun […] Lire la suite

1er-28 janvier 1994
Bosnie-Herzégovine. Mise en cause de la politique de l'O.N.U. par les chefs de la Forpronu et par la France.

Le 1er, alors que les combats se poursuivent dans le pays, notamment aux environs de Sarajevo qui est quotidiennement bombardé, le général français Jean Cot, commandant en chef de la Force de protection des Nations unies (Forpronu), affirme que « la volonté délibérée d'humilier le bras armé de la communauté internationale a atteint des limites ».Le 4, le général belge Franci […] Lire la suite

1993

7-29 septembre 1993
Bosnie-Herzégovine. Le plan de paix entravé par des marchandages territoriaux.

Le 7, en visite aux États-Unis, le président bosniaque Alija Izetbegovic rencontre le président Bill Clinton qui ne lui donne aucune garantie formelle au sujet du soutien de principe que son pays accorde aux revendications bosniaques.Le 16, alors que les combats se poursuivent à travers le pays mais que Sarajevo connaît une accalmie, Alija Izetbegovic et le président du Parlement serbe de Bosnie,  […] Lire la suite

9-31 août 1993
Bosnie-Herzégovine. Menace d'intervention militaire et reprise des négociations sur le projet d'Union.

Le 9, le Conseil de l'Atlantique nord réuni à Bruxelles adopte le principe de frappes aériennes contre des positions serbes en Bosnie, qui seraient déclenchées avec l'accord du secrétaire général de l'O.N.U. afin d'assurer la sécurité de la Force de protection des Nations unies (Forpronu) et de faire cesser le siège de Sarajevo, qui dure depuis seize mois. Cette initiative découle du revirement de […] Lire la suite

8-30 juillet 1993
Bosnie-Herzégovine. Accord entre les belligérants sur un projet de partage de la Bosnie en trois républiques.

Le 8, les chefs d'État et de gouvernement des sept pays les plus industrialisés, réunis en sommet à Tōkyō, réitèrent, dans leur déclaration politique, leur refus de toute solution de la question bosniaque « qui n'aurait pas l'accord des trois parties », et n'excluent pas l'emploi de « mesures plus fortes » pour faire appliquer les résolutions des Nations unies, notamment celle qui instaure des « z […] Lire la suite

4-24 juin 1993
Bosnie-Herzégovine. Abandon progressif du plan Vance-Owen.

Le 4, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 836 qui autorise les casques bleus de la Force de protection des Nations unies (Forpronu) à faire usage de la force pour protéger les six « zones de sécurité » instaurées par les Nations unies. Proposé par les Européens, le texte ne fait pas l'unanimité parmi les Non-Alignés et se heurte au scepticisme américain. Sa mise en œuvre nécess […] Lire la suite

1er-22 mai 1993
Bosnie-Herzégovine. Rejet par les Serbes de Bosnie du plan Vance-Owen et adoption par les Occidentaux d'un « programme commun d'action ».

Le 1er et le 2 se tient à Athènes un sommet qui réunit, sous l'égide des médiateurs Cyrus Vance et David Owen, les présidents de la Bosnie, de la Serbie, du Monténégro et de la nouvelle Yougoslavie, ainsi que les chefs des communautés croate et serbe de Bosnie. Le 2, devant la menace d'une intervention militaire occidentale qui se fait de plus en plus concrète, le leader ser […] Lire la suite

16-26 avril 1993
Bosnie-Herzégovine. Chute de Srebrenica et nouvelles sanctions contre Belgrade.

Le 16, alors que les Serbes semblent prêts à investir Srebrenica, enclave musulmane située dans la partie orientale de la Bosnie « purifiée » par les Serbes, qui est assiégée depuis un an, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte à l'unanimité la résolution 819 qui, sans envisager de moyens de coercition, exige la fin du siège de l'enclave, déclarée « zone de sécurité » et prévoit l'envoi sur pla […] Lire la suite

1er-31 mars 1993
Bosnie-Herzégovine. Effets positifs de l'action internationale.

Le 1er débute l'opération américaine « Provide Promises » – « Tenir les promesses » – de parachutage de vivres et de médicaments au-dessus de la Bosnie orientale isolée par les combats. Cette opération, qui bénéficie du soutien de l'O.N.U., concrétise l'entrée en scène des États-Unis dans le conflit yougoslave.Le 2, Cerska, enclave musulmane située dans la zone concernée et  […] Lire la suite

4-25 février 1993
Bosnie-Herzégovine – États-Unis. Intervention des États-Unis dans le règlement de la crise yougoslave.

Le 4, le président des États-Unis Bill Clinton émet des réserves au sujet du plan de paix élaboré par la conférence de paix sur l'ex-Yougoslavie, qui entérine selon lui le « découpage ethnique » de la Bosnie-Herzégovine. Les autres membres permanents du Conseil de sécurité de l'O.N.U. approuvent le plan de paix.Le 8, les négociations reprennent dans le cadre du Conseil de sécurité de l'O.N.U., auq […] Lire la suite

2-30 janvier 1993
Bosnie-Herzégovine. Impasse dans les négociations.

Le 2, à Genève, les coprésidents de la conférence internationale sur l'ex-Yougoslavie ouverte le 3 septembre 1992 – Cyrus Vance pour l'O.N.U. et lord Owen pour la C.E.E. – exposent aux représentants des belligérants bosniaques – le Serbe Radovan Karadzic, le Croate Mate Boban et le Musulman Alija Izetbegovic – un projet de « cadre constitutionnel de la Bosnie-Herzégovine », selon lequel celle-ci d […] Lire la suite

1992

1er-31 décembre 1992
Bosnie-Herzégovine. Vers une riposte militaire des grandes puissances aux atrocités serbes.

Le 1er, en se fondant sur les conclusions des enquêtes menées sur place par son rapporteur Tadeusz Mazowiecki, la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U. condamne la politique de « nettoyage ethnique » pratiquée par les Serbes en Bosnie et en Croatie, utilisant pour la première fois le terme de « génocide ». Les preuves des tortures, viols, exécutions de masse et déport […] Lire la suite

13-16 novembre 1992
Bosnie-Herzégovine. Action diplomatique des pays musulmans et aggravation des sanctions.

Du 13 au 16, alors que les combats se poursuivent, le premier débat public sur le sort de la population musulmane de Bosnie, organisé à la demande de l'Organisation de la conférence islamique, se déroule devant le Conseil de sécurité de l'O.N.U. La proposition des pays islamiques de lever l'embargo sur les armes à destination de la Bosnie n'est pas retenue.Le 16, le Conseil de sécurité adopte par  […] Lire la suite

6-20 octobre 1992
Bosnie-Herzégovine. Poursuite des combats malgré l'activité diplomatique.

Le 6, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte à l'unanimité la résolution 780, qui recommande la constitution d'une commission d'experts – sur le modèle de celle qui avait été créée pour juger les atrocités nazies en 1945 – chargée d'enquêter sur les violations du droit humanitaire international dans l'ex-Yougoslavie. Le même jour, les forces serbes s'emparent de la ville de Bosanski Brod, derni […] Lire la suite

3-30 septembre 1992
Bosnie-Herzégovine. Politique des « petits pas » pour la conférence internationale.

Le 3 se tient à Genève la première réunion de la conférence permanente sur l'ex-Yougoslavie issue de la conférence de Londres des 26 et 27 août. Elle est coprésidée par le Britannique David Owen, pour la C.E.E., et l'Américain Cyrus Vance, pour l'O.N.U.Le 3 également, un avion de transport italien, qui acheminait de l'aide humanitaire en Bosnie sous les auspices de l'O.N.U., est abattu par un miss […] Lire la suite

2 août-5 septembre 1992
Bosnie-Herzégovine. Condamnation unanime de la « purification ethnique » et réunion de la conférence internationale.

Le 2, le quotidien new-yorkais Newsday publie des témoignages relatifs aux atrocités qui seraient commises dans les camps de détention d'Omarska et de Brcko – qualifiés de « camps de la mort » – que les Serbes ont installés dans le nord de la Bosnie dans le cadre de leur politique de « purification ethnique ».Le 3, les États occidentaux confirment et condamnent ces pratiques do […] Lire la suite

7-29 juillet 1992
Bosnie-Herzégovine. Pression renforcée de la communauté internationale sur Belgrade.

Le 7, alors que la reprise des combats autour de l'aéroport de Sarajevo gêne l'acheminement de l'aide humanitaire, le groupe des sept pays les plus industrialisés (G7), réuni à Munich, n'exclut pas, dans un communiqué, que des « moyens militaires » soient utilisés pour assurer l'aide humanitaire en Bosnie-Herzégovine. Les Sept soulignent que « la plus grande part de responsabilité revient aux diri […] Lire la suite

8-29 juin 1992
Bosnie-Herzégovine. Renforcement de la pression internationale sur la Serbie.

Le 8, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte à l'unanimité la résolution 758 qui prévoit de confier à un millier de casques bleus la protection de l'aéroport de Sarajevo, afin de permettre l'accès de l'aide humanitaire à la capitale bosniaque assiégée, dès que les conditions nécessaires à l'exécution de leur mandat seront réunies.Le 17, le président bosniaque Alija Izetbegović conclut une […] Lire la suite

5-31 mai 1992
Bosnie-Herzégovine. Embargo de l'O.N.U. contre la Fédération yougoslave.

Le 5, alors que les combats entre milices croates, musulmanes et serbes se poursuivent, la Fédération yougoslave créée le 27 avril déclare que « les questions relatives à l'armée de Bosnie-Herzégovine ne font plus partie de ses compétences ». Les militaires originaires de Serbie et du Monténégro doivent être rapatriés avant le 20 ; les autres seront incorporés dans l'armée créée le 12 par les auto […] Lire la suite

6-24 avril 1992
Bosnie-Herzégovine. Aggravation de la crise.

Le 6, les ministres des Affaires étrangères des membres de la C.E.E. décident de lever les sanctions contre la Serbie et de reconnaître la république de Bosnie-Herzégovine, après celles de Slovénie et de Croatie le 15 janvier.Le 7, les États-Unis reconnaissent la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Slovénie.Le 7 également, les députés serbes au Parlement de Sarajevo proclament l'indépendance de l […] Lire la suite

2-18 mars 1992
Bosnie-Herzégovine. Opposition entre les communautés sur la restructuration de la république.

Le 2, après les violences ethniques qui ont suivi le référendum sur l'indépendance organisé la veille, un calme précaire s'instaure à la suite d'un accord intervenu entre les différentes communautés. Des incidents sporadiques éclatent cependant durant tout le mois entre les forces musulmanes serbes et croates.Le 18, les responsables des trois communautés parviennent à un accord de principe sur un  […] Lire la suite

29 février-1er mars 1992
Yougoslavie. Référendums sur l'indépendance au Monténégro et en Bosnie-Herzégovine.

Le 29 et le 1er mars, en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, sont organisés des référendums sur l'indépendance. Au Monténégro, fidèle allié de la Serbie, où l'opposition favorable à l'indépendance boycotte le scrutin, quelque 66 p. 100 des électeurs inscrits se prononcent pour le maintien de la république dans un État fédéral yougoslave. En Bosnie-Herzégovine, où les commun […] Lire la suite

1er-31 janvier 1992
Yougoslavie – Croatie. Tentative de l'O.N.U. pour imposer son plan de paix.

Le 1er, malgré la poursuite des combats en Croatie, l'envoyé spécial des Nations unies, Cyrus Vance, obtient l'accord de la Serbie et de la Croatie sur le plan de paix de l'O.N.U. Celui-ci prévoit le retrait de l'armée fédérale de Croatie et l'envoi de casques bleus en Slavonie et dans la Krajina, région croate à majorité serbe, après l'établissement d'un cessez-le-feu solid […] Lire la suite

1990

2-26 décembre 1990
Yougoslavie. Élections dans trois républiques et indépendance de la Slovénie.

Le 2, le second tour des élections législatives en Bosnie-Herzégovine confirme la très large victoire des partis nationalistes sur les communistes : les premiers remportent deux cent un des deux cent quarante sièges.Le 9, les premières élections libres de l'après-guerre ont lieu en Serbie et au Monténégro. En Serbie, la plus grande des six républiques fédérées, près de sept millions d'électeurs so […] Lire la suite

— Universalis