CENDRARS BLAISE (1887-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je suis l'Autre, l'homme qui écrit »

De 1915 à 1926, Cendrars se retire de son œuvre. Il se fait critique d'art (Peintres, 1919) et compilateur (Anthologie nègre, 1921) ; il s'évade dans la fable (La Fin du monde, 1919 ; L'Eubage, 1926). L'Or (1925), son premier roman, participe encore de cette volonté de neutralité ; pas d'intervention de l'auteur dans le récit, pas d'élément décoratif, une concision qui ne laisse subsister que le pur schéma de l'action, dont l'emploi permanent du présent de l'indicatif impose la présence brute et immédiate. Moravagine (1926), grand roman surréaliste, où l'irrationnel s'exaspère dans la violence sanglante, la révolution, la vie sauvage, la guerre, la folie, brise avec éclat l'impersonnalité des années précédentes. Le narrateur y parle à la première personne et un jeu complexe de miroirs multiplie les reflets de l'auteur : « On n'écrit que soi. » L'œuvre romanesque n'est qu'une autobiographie déguisée, mais où le fonctionnement d'un univers fictif intéresse autant Cendrars que la recherche et la révélation de soi sous le masque de la fiction : « Je suis l'Autre, l'homme qui écrit. »

Dans Moravagine, Cendrars s'est libéré de son double sombre. Dan Yack (1929) poursuit cette tentative de conquête de soi par l'écriture. La première partie du livre, Le Plan de l'Aiguille, écrite à la troisième personne, nous montre un héros agissant mais qui déjà trouve dans l'action frénétique un divertissement pascalien plutôt qu'une joie véritable. Le foudroiement d'un impossible amour le condamne à une terrible solitude où seule la parole est salvatrice. La seconde partie du roman en effet, Les Confessions de Dan Yack, dictées par l'auteur, fait entendre une voix désespérée qui parle dans le silence, qui s'élève du néant, et cette parole est aussi la seule issue. Par ce changement de voix narrative, ce passage de l'extériorité à l'intériorité, Dan Yack consacre la mort du héros, l'éclatement du cadre romanesque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CENDRARS BLAISE (1887-1961)  » est également traité dans :

LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

« Homère du Transsibérien » (Dos Passos), Frédéric Sauser dit Blaise Cendrars (1887-1961) n'a cessé de bourlinguer, depuis ses premières fugues pétersbourgeoises puis new-yorkaises (1902-1912), de trains en poèmes et de navires en récits : œuvres et transports plus ou moins réels, plus ou moins rêvés, plus ou mo […] Lire la suite

MORAVAGINE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 210 mots

Paru en 1926 chez Grasset, Moravagine est, après L'Or, qui avait connu l'année précédente un énorme succès, le deuxième roman de Blaise Cendrars (1887-1961). Rédigé, aux dires de son auteur, en une seule nuit, le livre frappa la critique, qui accueillit avec un mélange de s […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une histoire littéraire éclatée »  : […] La francophonie européenne comprend aujourd’hui la partie francophone de la Belgique, le Luxembourg, la Suisse romande et le val d’Aoste. La préhistoire de ces lettres les inscrit de plein droit dans la littérature française. Deux des premiers textes en proto-français, la Séquence de sainte Eulalie (vers 880) et le Sermon sur Jonas (entre 938 et 952), proviennent probablement du Hainaut, en Wall […] Lire la suite

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un dialogue renouvelé entre le texte et l'image »  : […] Si l'artiste supplante l'illustrateur professionnel, l'éditeur reste l'acteur majeur d'une nouvelle dimension de l'écriture. À ceci près qu'il n'agit pas véritablement comme introducteur d'un plus large auditoire à l'écrit. En effet, le statut social de l'artiste, étant entendu comme supérieur à celui de l'illustrateur, le texte devient très souvent le prétexte du livre si on considère ce médium […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite

SIX GROUPE DES, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une création spontanée »  : […] Henri Sauguet a pu parler, à propos de la naissance de ce groupe, de « phénomène de création spontanée ». Ce n'est pas, de fait, une volonté esthétique préalable qui a présidé à la réunion de ces compositeurs. Pourtant, l'affirmation n'est vraie qu'à moitié, car quelques-uns d'entre eux se réunissaient déjà à Paris et avaient proposé de s'appeler les Nouveaux Jeunes. Quelques jeunes musiciens fure […] Lire la suite

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Climat littéraire des six pays et républiques de la Suisse romande »  : […] Chez ces enfants de Rousseau, on n'échappe pas aux paysages et aux climats. Le Valais, méridional et alpestre, fortement tenu par la tradition catholique, a porté un très beau Moyen Âge paysan jusqu'au xx e  siècle. La littérature, distincte du discours ecclésiastique et de la chronique, y est apparue avec Maurice Zermatten (1910-2001) qui, dès 1936, a cherché à se dégager des écrits de terroir pa […] Lire la suite

T'SERSTEVENS ALBERT (1886-1974)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 398 mots

Né le 20 septembre 1886 à Uccle en Belgique d'un père flamand et d'une mère provençale, Albert t'Serstevens, après un voyage en Égypte, s'installe en France en 1910 ; il est successivement employé de librairie, puis secrétaire d'un banquier, avant de publier en 1911 son premier ouvrage Poèmes en prose . En 1913 il rencontre Blaise Cendrars dans l'atelier du peintre Robert Delaunay : ce sera le dé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvette BOZON-SCALZITTI, « CENDRARS BLAISE - (1887-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-cendrars/