RAMUZ CHARLES FERDINAND (1878-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu d'écrivains, romanciers ou poètes, ont été moins secrets que Ramuz. Et pourtant, que d'erreurs de jugement, que de fausses interprétations de son écriture, de l'esprit de ses récits, de l'âme de ses personnages ! Des personnages dont il dressait la généalogie avec méticulosité avant de leur donner vie. Mais, dès la première réflexion, ce paradoxe s'explique et se justifie : les romanciers, de Balzac à Mauriac, de Zola à Aragon, attaquent leur sujet, être ou chose, de front, avec la finesse de style, l'élégance de mots, parfois la violence qui leur sont propres et étayent leur renom. Ramuz, lui, fait le contour des personnes, des objets, des paysages, avec un gros crayon. Il s'applique, il appuie, il repasse plusieurs fois la mine dans le sillon, ou à côté. Et ce gros crayon d'écolier fait penser à ses vêtements de drap épais, rugueux, à ses bottines de paysan mal endimanché, à son chapeau rond de vigneron. Et que l'on ne croie pas qu'il emprunte une forme pour s'identifier. Il est lui-même, voilà tout, avec ses cheveux drus plantés bas, sa large moustache, ses traits épais sur un faciès d'une anguleuse maigreur.

Il y a un introspectif en lui, à la fois convaincu et inquiet, mais il appartient au philosophe, au moraliste, donc au penseur, et non au romancier, c'est-à-dire au poète. C'est d'ailleurs dans le Journal (1945) qu'on le rencontre le plus fréquemment, et logiquement. Sur ce point, l'année 1908 (le temps des Circonstances de la vie, du Village dans la montagne, de Jean-Luc persécuté) est décisive et révélatrice. Le 24 août : « Je vois clairement mon instinct : faire de la poésie avec de l'analyse. Plus que jamais aujourd'hui, je vois la puissance et la beauté des idées simples. Je ne me laisserai pas embrigader. » Le 4 octobre : « La grande beauté des choses autour de moi, et moi sec. Un style à articulations courtes comme les mailles d'une cotte de manière à s'appliquer exactement sur les mouvements de la pensée. »

Pendant six ans, à Paris et à Lausanne, Ramuz se cherche. Brusquement, il se trouve et peu à peu il va se stabiliser, se bornant à perfection [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAMUZ CHARLES FERDINAND (1878-1947)  » est également traité dans :

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une histoire littéraire éclatée »  : […] La francophonie européenne comprend aujourd’hui la partie francophone de la Belgique, le Luxembourg, la Suisse romande et le val d’Aoste. La préhistoire de ces lettres les inscrit de plein droit dans la littérature française. Deux des premiers textes en proto-français, la Séquence de sainte Eulalie (vers 880) et le Sermon sur Jonas (entre 938 et 952), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/#i_22231

ROUD GUSTAVE (1897-1976)

  • Écrit par 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 527 mots

Poète et traducteur né à Saint-Légier, dans le canton de Vaud, Gustave Roud est avec Ramuz et C. A. Cingria l'un des grands noms du renouveau de la littérature de Suisse romande. Dès l'âge de onze ans, il vient résider à Carrouge, dans le haut Jorat, région qu'il ne quittera plus et dont le paysage est fortement présent dans son œuvre. Ses premiers poèmes paraissent dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-roud/#i_22231

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

5 juin (ancien style)-17 juin (nouveau style) 1882 Igor Feodorovitch Stravinski (ou Stravinsky) naît à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg. Son père, Feodor Ignatievitch Stravinski, est chanteur au théâtre Mariinski. 25 juin 1910 L'Oiseau de feu , « conte dansé en deux tableaux d'après le conte national russe, par Mic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stravinski-reperes-chronologiques/#i_22231

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les « Cahiers vaudois » libèrent le langage »  : […] Il convient de ressaisir ce mouvement « helvétique », cette communion entre Alémaniques, Romands et Tessinois, au moment où il avait épuisé ses vertus politiques et s'achevait dans les discours. Le creux. Des écrivains patriotes décidèrent de réagir contre l'abâtardissement du langage et des sentiments. Ils voulaient donner un tour nouveau, crâne et vif, aux études historiques, à la pensée politiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_22231

Pour citer l’article

Henri-François BERCHET, « RAMUZ CHARLES FERDINAND - (1878-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ferdinand-ramuz/