CENDRARS BLAISE (1887-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une autobiographie mythique

Déjà dans Une nuit dans la forêt (1929), « premier fragment d'une autobiographie », puis dans Vol à voile (1932), Cendrars nous parlait de lui, renonçant au roman sans pour autant abandonner la fiction. Les très grands livres de sa tétralogie que sont L'Homme foudroyé (1945), La Main coupée (1946), Bourlinguer (1948), Le Lotissement du ciel (1949), développeront la formule jusqu'à produire une autobiographie à tous égards mythique, où la vérité de la mémoire est subordonnée à l'invention perpétuelle de l'écriture. Si les motifs du masque et du secret y sont si obsédants, c'est que l'aveu s'égare dans les tours et les détours d'un texte à la fois désagrégé et enchevêtré, savamment structuré dans sa complication « rhapsodique ». Les souvenirs (ou ce qui se donne pour tel), les personnages mis en place et en scène autour du « Je » du narrateur sont autant de figures qui minent son identité en la disséminant. À cette fuite du moi dans la fugue de l'écriture, le voyage picaresque, l'errance « gitane » servent de support et de métaphore. La conquête de la maîtrise, de soi et de l'écriture, reste cependant l'objectif de l'aventure autobiographique, et le double foudroiement de la mutilation et de l'amour (L'Homme foudroyé), cette descente aux enfers que fut la guerre (La Main coupée), l'exil de l'homme en quête de paradis artificiels qui puissent remplacer le paradis perdu de l'enfance (Bourlinguer), l'exploration des ténèbres de l'inconscient (Le Lotissement du ciel) sont autant d'épreuves initiatiques destinées à rendre l'écrivain « maître de la nuit ». Mais la maîtrise n'est jamais acquise et le texte toujours à recommencer. Le pseudonyme de Blaise Cendrars, braise et cendres, est bien celui de l'homme qui écrit, de l'homme foudroyé, ce mort vivant, qui meurt et revit sans cesse dans la flamme de l'écriture : « J'ai pris feu dans ma solitude, car écrire c'est se consumer [...]. Car écrire c'est brûler vif, mais c'est aussi renaître de ses cendres. »



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CENDRARS BLAISE (1887-1961)  » est également traité dans :

LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

« Homère du Transsibérien » (Dos Passos), Frédéric Sauser dit Blaise Cendrars (1887-1961) n'a cessé de bourlinguer, depuis ses premières fugues pétersbourgeoises puis new-yorkaises (1902-1912), de trains en poèmes et de navires en récits : œuvres et transports plus ou moins réels, plus ou moins rêvés, plus ou mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-prose-du-transsiberien-et-de-la-petite-jehanne-de-france/#i_10586

MORAVAGINE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 210 mots

Paru en 1926 chez Grasset, Moravagine est, après L'Or, qui avait connu l'année précédente un énorme succès, le deuxième roman de Blaise Cendrars (1887-1961). Rédigé, aux dires de son auteur, en une seule nuit, le livre frappa la critique, qui accueillit avec un mélange de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moravagine/#i_10586

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une histoire littéraire éclatée »  : […] La francophonie européenne comprend aujourd’hui la partie francophone de la Belgique, le Luxembourg, la Suisse romande et le val d’Aoste. La préhistoire de ces lettres les inscrit de plein droit dans la littérature française. Deux des premiers textes en proto-français, la Séquence de sainte Eulalie (vers 880) et le Sermon sur Jonas (entre 938 et 952), proviennent probablement du Hainaut, en Wall […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/#i_10586

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un dialogue renouvelé entre le texte et l'image »  : […] Si l'artiste supplante l'illustrateur professionnel, l'éditeur reste l'acteur majeur d'une nouvelle dimension de l'écriture. À ceci près qu'il n'agit pas véritablement comme introducteur d'un plus large auditoire à l'écrit. En effet, le statut social de l'artiste, étant entendu comme supérieur à celui de l'illustrateur, le texte devient très souvent le prétexte du livre si on considère ce médium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illustration/#i_10586

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_10586

SIX GROUPE DES, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une création spontanée »  : […] Henri Sauguet a pu parler, à propos de la naissance de ce groupe, de « phénomène de création spontanée ». Ce n'est pas, de fait, une volonté esthétique préalable qui a présidé à la réunion de ces compositeurs. Pourtant, l'affirmation n'est vraie qu'à moitié, car quelques-uns d'entre eux se réunissaient déjà à Paris et avaient proposé de s'appeler les Nouveaux Jeunes. Quelques jeunes musiciens fure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-des-six-musique/#i_10586

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Climat littéraire des six pays et républiques de la Suisse romande »  : […] Chez ces enfants de Rousseau, on n'échappe pas aux paysages et aux climats. Le Valais, méridional et alpestre, fortement tenu par la tradition catholique, a porté un très beau Moyen Âge paysan jusqu'au xx e  siècle. La littérature, distincte du discours ecclésiastique et de la chronique, y est apparue avec Maurice Zermatten (1910-2001) qui, dès 1936, a cherché à se dégager des écrits de terroir pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_10586

T'SERSTEVENS ALBERT (1886-1974)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 398 mots

Né le 20 septembre 1886 à Uccle en Belgique d'un père flamand et d'une mère provençale, Albert t'Serstevens, après un voyage en Égypte, s'installe en France en 1910 ; il est successivement employé de librairie, puis secrétaire d'un banquier, avant de publier en 1911 son premier ouvrage Poèmes en prose . En 1913 il rencontre Blaise Cendrars dans l'atelier du peintre Robert Delaunay : ce sera le dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-t-serstevens/#i_10586

Pour citer l’article

Yvette BOZON-SCALZITTI, « CENDRARS BLAISE - (1887-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-cendrars/