Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BILLET DE BANQUE

Rectangle de papier illustré portant l'indication d'une valeur monétaire, émis par la banque centrale ou nationale d'un pays, et destiné à servir d'instrument pour le paiement.

Premier billet de banque anglais

Premier billet de banque anglais

Connu en Chine dès le viiie siècle, l'usage du billet de banque ne s'introduisit en Europe qu'au xviie siècle, d'abord en Allemagne, puis surtout en Grande-Bretagne après la création de la Banque d'Angleterre en 1694. En France, après l'échec de la tentative de Law en 1720 et la faillite des assignats pendant la Révolution, le véritable billet de banque ne commença à circuler qu'en 1803 après la fondation de la Banque de France. Avec le développement du système bancaire et la création des banques centrales, tous les pays ont, depuis, suivi cet exemple.

Le billet de banque était à l'origine un titre de créance sur la banque d'émission, remboursable à vue, par cette dernière, en métal précieux, le plus souvent en or, mais parfois aussi en argent. Les billets étaient donc gagés sur l'encaisse métallique détenue par les banques d'émission, qui devait par conséquent avoir une valeur égale à celle des billets en circulation. Mais il devint très tôt évident que les banques centrales, appuyées par la puissance publique, pouvaient sans inconvénient procéder à des émissions d'une valeur très supérieure à celle de leur encaisse, et transformer ainsi le billet en un puissant instrument de crédit.

Avec quelques interruptions dues à des crises financières (brèves en France et en Angleterre, plus longues en Russie), les billets de banque restèrent, jusqu'à la guerre de 1914, un peu partout convertibles en or. Après cette date, la convertibilité, dont le public ne faisait que très exceptionnellement usage, fut supprimée. Les billets avaient désormais cours forcé et les monnaies d'or, jusqu'alors couramment utilisées, disparurent de la circulation pour n'y plus revenir depuis. Les banques centrales émirent des quantités croissantes de billets pour financer les dépenses de guerre. Lors de l'occupation de la Ruhr par les troupes françaises en 1923, les émissions de marks de la Reichsbank allemande atteignirent des montants astronomiques, déchaînant une inflation telle que, pour faire face aux besoins quotidiens des transactions courantes, on dut fabriquer chaque jour des millions de coupures imprimées d'un seul côté sur du papier ordinaire.

La disparition des monnaies d'or, le développement des échanges et la dépréciation monétaire ont déterminé l'expansion de l'usage du billet de banque depuis la Première Guerre mondiale. En France, en 1914, le montant total des pièces métalliques en circulation était à peu près égal à celui des billets (trois milliards de francs d'alors). En 1992, la circulation des pièces métalliques représentait quelque 18 milliards de francs, et celle des billets près de quinze fois plus. Le nombre des billets s'est également accru : 50 millions de coupures en 1914, 653 millions en 1919 et environ 1 300 millions depuis les années 1980. Le ralentissement de la progression s'explique par la concurrence qu'exercent d'autres moyens de paiement tels que le chèque bancaire ou postal, le virement et la carte de crédit.

— Georges BLUMBERG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Premier billet de banque anglais

Premier billet de banque anglais

Autres références

  • INTRODUCTION DU PAPIER-MONNAIE

    • Écrit par François REBUFFAT
    • 197 mots

    Encore moins que pour la monnaie métallique, il ne saurait être question de dater cet événement de façon précise et définitive. L'introduction du papier-monnaie a toujours été le symptôme d'une crise des échanges liée à une raréfaction momentanée des espèces métalliques. L'usage du billet était à chaque...

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 1 032 mots
    ...l'escompte mais, bien qu'elles soient autorisées à le faire, n'émettent pas de billets ; elles travaillent avec les billets de la Banque d'Angleterre. Au sommet, figure la Banque d'Angleterre, la seule banque à émettre des billets sur la place de Londres, bien qu'elle n'ait pas le monopole d'émission...
  • DOLLAR

    • Écrit par Dominique LACOUE-LABARTHE
    • 11 247 mots
    • 2 médias
    Les gouvernements locaux recourent à un autre substitut d'espèces en émettant des bons de crédit (bills of credit). Ce sont des titres de dette publique remboursables en argent à une certaine échéance, librement transférables, émis en dénominations variées (y compris de faible montant) et commodes....
  • DURAND ASHER BROWN (1796-1886)

    • Écrit par Universalis
    • 376 mots

    Peintre, graveur et illustrateur américain, né le 21 août 1796 à Jefferson Village (New Jersey), mort le 17 septembre 1886 à Jefferson Village.

    En 1812, Asher Brown Durand commence sa formation auprès d'un graveur. En 1823, sa réputation est assurée grâce à l'une de ses gravures reproduisant...

  • ÉCONOMIE SOUTERRAINE

    • Écrit par Philippe BARTHÉLÉMY
    • 7 306 mots
    • 1 média
    .... Elles reposent sur un postulat : les transactions souterraines sont réglées en liquide. Dès lors, une anomalie constatée dans l'utilisation des billets de banque, non expliquée par une cause bien identifiée, est attribuée à l'économie souterraine. Le rapport entre billets et dépôts à vue est un...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi