DÉPRÉCIATION MONÉTAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Baisse plus ou moins rapide de la valeur d'une unité monétaire par rapport au métal précieux en référence auquel elle a été créée ou par rapport aux biens et services qu'elle permet d'obtenir. Toutes les monnaies, dans tous les pays et à toutes les époques, ont subi une dépréciation, et souvent elles finissent par disparaître pour être remplacées par une monnaie nouvelle, à laquelle on donne le nom de la précédente, d'une de ses divisions ou unités de compte, ou bien encore une appellation nouvelle.

La forme la plus ancienne de la dépréciation monétaire remonte à l'époque où les pièces de monnaie en métal précieux en circulation étaient rognées soit par les souverains émetteurs — ce qui fut le cas de Philippe le Bel en France —, soit par les changeurs entre les mains desquels elles passaient. La dépréciation des monnaies de papier, par contre, est due non pas à une diminution quantitative, mais à une augmentation du nombre des unités en circulation. C'est ce qui est arrivé aux assignats sous la Révolution française et, après la Première Guerre mondiale, au Reichsmark dont la dépréciation a été particulièrement rapide et spectaculaire. Le développement de la production industrielle et des échanges, le foisonnement des opérations de crédit et leurs effets multiplicateurs, les destructions provoquées par les guerres entraînent dans le monde entier au xxe siècle une dépréciation monétaire dont le rythme est variable selon les pays et les époques, mais qui paraît irréversible : tout se passe comme si la monnaie, dans son rôle d'instrument des échanges, subissait une « érosion », une usure proportionnelle à l'intensité de son usage, comme un instrument physique. Une des conséquences de cette évolution est qu'il devient de plus en plus difficile de se servir de la monnaie comme instrument de mesure de l'activité économique. Dépréciation monétaire et hausse des prix vont de pair, étant l'une par rapport à l'autre à la fois cause et effet. On désigne l'ensem [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification

Autres références

«  DÉPRÉCIATION MONÉTAIRE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La hausse des prix, la poussée démographique et la nouvelle conjoncture économique et financière »  : […] Le siècle des Fugger n'a pas dépassé les années 1550-1560. Au capitalisme patrimonial et familial qui s'effondre dans les grandes faillites de 1557 succède un capitalisme financier, voire industriel, extérieur en grande partie à l'Allemagne. Entre les deux grands cycles, anversois-lyonnais du début du siècle, et hollandais appuyé sur Amsterdam, du siècle suivant, s'inscrit une prépondérance génois […] Lire la suite

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 490 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « L'exemple néerlandais »  : […] L'absence d'institutionnalisation complète, selon les trois critères indiqués, de la banque dans l'Empire romain pourrait expliquer la rareté des sources écrites et des traces archéologiques. Il n'en demeure pas moins que les opérations de banque ne disparaissent pas après 476, ne serait-ce que dans le cadre des activités marchandes ou des transferts effectués par l'Église ou les organisations aff […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le taux de change dans la théorie du choix de portefeuille »  : […] L'approche du taux de change par les choix de portefeuille a été développée essentiellement à partir de la fin des années 1970 et dans la première moitié des années 1980. Elle se présente comme une généralisation des théories monétaires du taux de change. Dans la théorie du choix de portefeuille, le taux de change n'est pas le prix de la rareté relative de deux monnaies, mais le prix de la rareté […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 878 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les crises du système monétaire européen (S.M.E.) »  : […] En 1992-1993 (et à nouveau en 1995, mais nous nous attacherons aux deux premières crises), des attaques spéculatives très violentes ont été menées sur les monnaies jusqu'alors liées au deutsche Mark dans le S.M.E. : livre sterling, lire, peseta, franc français. Ces attaques ont fait disparaître le S.M.E., les monnaies concernées quittant le régime de changes fixes liés au deutsche Mark (dans le S […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 569 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'euro, alternative à la monnaie universelle ? »  : […] La création de l'euro, en janvier 1999, offrait l'opportunité de modifier sensiblement la donne monétaire internationale. Elle marquait l'aboutissement d'un effort de plusieurs décennies, initié par l'union européenne des paiements (1950), relancé par le « serpent dans le tunnel » (1972) et surtout, par le système monétaire européen (1979) qui avait créé l'écu. Avec la mise en place, cette fois, […] Lire la suite

CRISE ASIATIQUE

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 434 mots

Depuis la fin des années 1970, quatre pays de l'Asie émergente, la Corée du Sud, l'Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande, affichaient de solides performances économiques et des finances publiques globalement saines, jusqu'à ce que les premiers signes d'une détérioration se manifestent, en 1996, avec le tassement de leurs exportations. La Thaïlande est la première, en juillet 1997, à devoir dévalu […] Lire la suite

DÉVALUATION

  • Écrit par 
  • Jean-François LARRIBAU
  •  • 722 mots

La dévaluation consiste à modifier le taux de change officiel d'une monnaie (parité) par rapport à une monnaie internationale de référence : or, dollar, écu, par exemple. Dans un sens extensif, elle désigne l'altération de l'objectif de change que les autorités monétaires d'un pays s'assignent dans le cadre de leur politique économique globale, qu'elles soient ou non liées par des engagements inte […] Lire la suite

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 210 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La volatilité du dollar »  : […] Au début de la phase de flottement des monnaies, de 1973 à 1975, le dollar connaît deux chutes prononcées suivies de remontées à peu près équivalentes. De 1976 à 1978, la chute du dollar est générale contre toutes les monnaies, de 13 à 45 p. 100 respectivement vis-à-vis du franc et du yen. La dépréciation se justifie face à la concurrence de l'Allemagne et du Japon, mais elle est insuffisante pour […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 861 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Europe : une reprise nette et assez homogène »  : […] La zone euro connaît une période de croissance bien répartie entre les différents pays. Il est remarquable que la France, l’Allemagne et l’Italie connaissent des taux de croissance comparables ; l’écart entre les croissances allemande et italienne est divisé par deux (1,9 p. 100 en Allemagne et 0,9 p. 100 en Italie en 2016 ; respectivement 2 p. 100 et 1,5 p. 100 en 2017). La zone euro pâtit faible […] Lire la suite

Les derniers événements

Équateur. Destitution du président Jamil Mahuad. 6-26 janvier 2000

de remplacer la monnaie nationale, le sucre, par le dollar américain, en vue de juguler la dépréciation monétaire qui a atteint 67 p. 100 en 1999 et déjà 17 p. 100 depuis le début de l'année. Cette mesure entraîne une radicalisation des mouvements de protestation. Le 11, les représentants des nations […] Lire la suite

Russie. Dévaluation du rouble et limogeage du Premier ministre Sergueï Kirienko. 17-31 août 1998

. Ces mesures sont la conséquence du lourd déficit budgétaire, encore aggravé par la chute des cours du pétrole et du gaz, et de la défiance des investisseurs étrangers que le programme d'aide du Fonds monétaire international (F.M.I.), annoncé en juillet, n'est pas parvenu à endiguer. La crise financière […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « DÉPRÉCIATION MONÉTAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/depreciation-monetaire/