BIEN ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG

photographie

William Stanley Jevons

William Stanley Jevons
Crédits : Hulton Getty

photographie


Les multiples catégorisations des biens économiques

Des considérations, au départ souvent d'origine juridique, tenant à la nature des biens, ont permis d'opérer nombre de distinctions dichotomiques entre biens fongibles (qui se consomment par l'usage et qui peuvent être remplacés par une chose analogue) et non fongibles, entre biens meubles (qui peuvent être déplacés) et immeubles, biens divisibles et indivisibles, homogènes et hétérogènes, biens de luxe et biens ordinaires. Les biens sont également classés en fonction de leur durabilité (durables, non durables – consomptibles par le premier usage –, semi-durables) et selon le secteur d'activité et les techniques de production mises en œuvre (biens agricoles, artisanaux, miniers, industriels, etc.). Des subdivisions supplémentaires aboutissent dans ce dernier cas aux complexes nomenclatures d'activités et de produits de la statistique économique contemporaine.

La distinction entre biens (matériels) et services (immatériels) a d'abord été considérée comme allant de soi et les théories économiques classique et marxiste ont longtemps fait prévaloir l'idée que ces derniers n'étaient pas des biens économiques parce qu'ils ne relevaient pas d'une activité productive. L'évolution économique fait une place de plus en plus importante aux services marchands, dotés de prix leur donnant une valeur d'échange et produits comme les autres biens à partir de biens et de services marchands ; ces services marchands ont donc finalement été considérés, au xxe siècle, comme des biens immatériels ; ils sont devenus une catégorie particulière, d’importance croissante, de biens économiques.

La distinction entre biens gratuits et non gratuits est apparue initialement tout aussi évidente, et l'exclusion des premiers de la catégorie des biens économiques a semblé logique, dans la mesure où ils n'avaient pas de prix et n'étaient généralement pas issus d'un processus de production économique. L'admission des services dans la catégorie des biens économiques et la prise en considération du fait que certains d'en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences de sciences économiques à l'université de Montpellier-I

Classification


Autres références

«  BIEN ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ACTUALISATION, économie

  • Écrit par 
  • Alain COTTA
  •  • 746 mots

Le terme actualisation désigne, en économie, un procédé qui permet de comparer l'évaluation d'un même bien ou celle des services qu'il rend en différents moments du temps. Quelle que soit l'évaluation d'un bien (prix de marché, coût de production, etc.), il est en effet très souvent nécessaire, notamment lorsqu'il s'agit d'établir des prévisions, de comparer l'évaluation de ce bien en différents m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actualisation-economie/#i_5423

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-sociologie/#i_5423

CAPITAL

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 382 mots

Le mot capital peut prendre, en économie, plusieurs significations différentes. Issu du mot latin caput , « tête », il désigne d'abord celui qui dirige parce qu'il détient le pouvoir que confère l'argent. Mais ce sens premier est atténué (voire disparaît) lorsqu'on appelle capital un ensemble de biens qui sert à la production d'autres biens – ou bien quand on désigne par ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capital/#i_5423

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La nouvelle nature du commerce international »  : […] Ces différentes évolutions ont conduit à un changement drastique de la nature du commerce international, ayant pour corollaire une évolution tout aussi profonde des théories explicatives. Une partie importante du commerce international se fait à l'intérieur des firmes, entre filiales ou entre maison mère et filiales. Les prix pratiqués sont alors conventionnels, même si des réglementations existen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-theories/#i_5423

COMMERCIAL DROIT

  • Écrit par 
  • Yves GUYON
  •  • 5 739 mots

Dans le chapitre « Les biens en droit commercial »  : […] Le droit commercial ne se préoccupe guère des immeubles, parce que ceux-ci, en raison de leur nature même, ne font l'objet que de transactions peu fréquentes. Tout au plus l'achat de terrains en vue de les revendre en l'état, c'est-à-dire sans y avoir construit, est-il un acte de commerce depuis une loi du 9 juillet 1970. Le domaine d'élection du droit commercial est celui des meubles. Les meubles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-commercial/#i_5423

COMPTABILITÉ - Comptabilité financière

  • Écrit par 
  • Bernard COLASSE
  •  • 4 244 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évaluation des biens en comptabilité : coût historique et juste valeur »  : […] Ce qui distingue la comptabilité d'autres instruments de comptage, c'est qu'elle repose sur l'évaluation en monnaie. Celui qui compte le nombre des boîtes de conserve de toutes sortes posées sur les étagères d'une épicerie fait du pur comptage. Par contre, s'il donne à chacune de ces boîtes une valeur et calcule par sommation la valeur de l'ensemble, il fait de la comptabilité. Le problème de l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comptabilite-comptabilite-financiere/#i_5423

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Concurrence monopolistique et différenciation des biens »  : […] Les biens offerts sur un même marché sont rarement homogènes, rigoureusement interchangeables. Leurs différences résultent d'une politique de production délibérée. Les offreurs souhaitent souvent se distinguer les uns des autres pour capter une clientèle, la fidéliser. Et les concurrents vantent leurs produits en termes de qualité et de performances d'utilisation pour conquérir et défendre des mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/#i_5423

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « La science des richesses »  : […] L'ouvrage d' Adam Smith, La Richesse des nations , suggère une première définition de l'objet de la connaissance économique. Pourquoi n'y aurait-il pas, en effet, une science des richesses, comme il y a une science de la lumière, des astres ou des végétaux ? La difficulté est de savoir ce qu'est une richesse. Des biens matériels d'abord, mais aussi des services nécessaires à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_5423

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le producteur et le consommateur »  : […] Le consommateur retire de la consommation de chaque bien une satisfaction, ce que l'économiste appelle l'utilité du bien. Comme il y a un effet de saturation, la satisfaction procurée par la consommation d'une unité supplémentaire de bien est de moins en moins importante. Par ailleurs, en regard de chaque acte de consommation, il faut mettre le désagrément du prix à payer pour acquérir le bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_5423

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX
  •  • 6 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « John Dales et l'échange de droits de propriété »  : […] Dales (1968) attribue l'existence des externalités à une cause exclusive : l'absence ou la mauvaise définition des droits de propriété sur les biens. Les externalités, qui sont des interactions hors échange marchand, correspondent à une carence des droits de propriété sur le capital naturel. On peut voir là une reprise de l'idée des classiques (développée notamment par Jean-Baptiste Say) considér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-l-environnement/#i_5423

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 7 537 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les déterminants du niveau de l'épargne »  : […] Les équations n o  1, n o  2 et n o  3 se présentent comme des définitions comptables. Mais quel est l'enchaînement des causes et des effets ? L'épargne est-elle un résultat, ce qui reste du revenu disponible après les décisions de consommation ? Ou bien, au contraire, l'épargne est-elle déterminée positivement par les cho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epargne/#i_5423

HABOUS BIENS

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 417 mots

Importante en droit musulman, l'institution juridique à laquelle on donne le nom de warf , principalement dans les législations du Moyen-Orient, et celui de biens habous dans les États du Maghreb, trouve son origine, comme toutes les dispositions du fiqh , dans les préceptes révélés, recueillis par le livre sacré (Coran). Elle repose sur un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biens-habous/#i_5423

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS, 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 6 355 mots
  •  • 1 média

L'investissement est l'opération qui vise soit à maintenir, soit à accroître le stock de capital d'un agent économique. Par exemple, les ménages investissent lorsqu'ils achètent un logement, l'État investit lorsqu'il construit une route et les entreprises investissent lorsqu'elles achètent une machine. Cet article a pour objet l'investissement des entreprises, l'investissement productif. Le stock […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_5423

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 667 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croissance et accumulation »  : […] La production consiste à transformer des ressources naturelles et des biens (les consommations intermédiaires qui disparaissent dans le processus productif) en d'autres biens (le produit final), en créant au passage de la valeur. Cette valeur ajoutée est obtenue grâce à la combinaison technique de facteurs de production, travail et outils de production. À l'inverse du travail, ces derniers font e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-croissance-economique/#i_5423

MICROÉCONOMIE - Théorie microéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 6 000 mots
  •  • 1 média

La théorie microéconomique a pour objet l'étude des comportements économiques individuels et de leurs interactions dans les économies de marché, interactions analysées depuis Léon Walras dans le cadre de l'équilibre général. L'expression théorie microéconomique s'est imposée au milieu du xx e  siècle afin de faire la distinction avec celle de théo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-microeconomique/#i_5423

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Bien-être et utilité »  : […] En économie, la notion de bien-être est souvent réduite à son expression la plus simple, celle de la satisfaction procurée par la consommation de ce que l'on appelle des paniers de biens . Le théoricien suppose que le consommateur attribue une note à chaque panier de biens, de sorte que si le panier A lui procure plus de satisfact […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/#i_5423

PRINCIPLES OF ECONOMICS, Carl Menger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 189 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les prémices « autrichiennes » de l'analyse marginaliste »  : […] L'ouvrage de Carl Menger commence par une analyse générale des biens (premier chapitre) puis des biens économiques (deuxième chapitre). Cette analyse aura un grand retentissement sur la façon dont ses disciples analyseront les phénomènes économiques. Elle est fondée sur une approche en termes de hiérarchie des biens économiques, hiérarchie définie en termes de temporalité et de disponibilité. L'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principles-of-economics/#i_5423

PRIX ET PRODUCTION, Friedrich von Hayek - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 001 mots

Dans le chapitre « Une vision nouvelle de la macroéconomie »  : […] Dans cet ouvrage, l'idée centrale de Hayek est de considérer que la structure de la production est fondamentalement hétérogène, alors que Keynes analyse des agrégats économiques homogènes. Selon Hayek, les biens économiques sont différents et cette différence s'exprime par leurs places respectives dans le flux de valeurs qui va des moyens originels de production (les matières premières) aux biens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-et-production/#i_5423

PRODUCTION, économie

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 408 mots

Dans le chapitre « Les contours de la production »  : […] La grande stabilité conceptuelle de la production comme activité économique contraste nettement avec la délimitation extrêmement variable de la production comme résultat de cette activité. Pour François Quesnay, seule l'agriculture est réellement productive parce qu'elle seule dégage un produit net. Adam Smith critique aussitôt cette délimitation étroite de la production. Il étend le caractère pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/production-economie/#i_5423

REVENUS ET PATRIMOINE DES MÉNAGES, France

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 4 545 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ampleur des écarts de patrimoine »  : […] Du point de vue du montant moyen de leur patrimoine net, on peut distinguer trois grands groupes de catégories sociales (tabl. 2) : – Celles dont le patrimoine est modeste, inférieur (quelquefois de la moitié) ou tout au plus égal au patrimoine moyen. Il s'agit des ouvriers, des employés, des professions intermédiaires. – Celles dont le patrimoine est en gros deux fois supérieur au patrimoine moye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revenus-et-patrimoine-des-menages-france/#i_5423

RICARDO DAVID (1772-1823)

  • Écrit par 
  • Christian SCHMIDT
  •  • 3 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les produits »  : […] L'auteur limite son investigation aux biens reproductibles, c'est-à-dire à ceux dont la quantité est augmentée par la seule adjonction d'une quantité de travail supplémentaire. De plus, chaque produit ainsi défini par rapport au travail doit être en même temps un moyen de production. Tel est le cas des biens de subsistance, comme le blé, qui assurent l'entretien des travailleurs et, par conséqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ricardo/#i_5423

SERVICES ÉCONOMIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 12 731 mots

Dans le chapitre « Les services, activités improductives ? »  : […] « Il y a beaucoup plus à gagner par l'industrie que par l'agriculture, et beaucoup plus par le commerce que par l'industrie », affirmait au xvii e  siècle William Petty. Les activités considérées aujourd'hui comme relevant du secteur tertiaire, tel le commerce, tenaient une place importante dans les économies pré-industrielles. Cependant, les réf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-services/#i_5423

VALEUR, économie

  • Écrit par 
  • Nathalie BERTA
  •  • 1 271 mots

La notion de valeur a différentes acceptions en économie, qui témoignent des difficultés à la définir ainsi que des enjeux théoriques dont elle est l'objet. La valeur d'un bien peut renvoyer à la satisfaction que retire un individu de l'usage de ce bien. Cette valeur, qualifiée alors de valeur d'usage, dépend des caractéristiques physiques du bien mais aussi des goûts de l'individu ; elle est ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-economie/#i_5423

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PÉNIN, « BIEN ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-economique/