BIEN ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les multiples catégorisations des biens économiques

Des considérations, au départ souvent d'origine juridique, tenant à la nature des biens, ont permis d'opérer nombre de distinctions dichotomiques entre biens fongibles (qui se consomment par l'usage et qui peuvent être remplacés par une chose analogue) et non fongibles, entre biens meubles (qui peuvent être déplacés) et immeubles, biens divisibles et indivisibles, homogènes et hétérogènes, biens de luxe et biens ordinaires. Les biens sont également classés en fonction de leur durabilité (durables, non durables – consomptibles par le premier usage –, semi-durables) et selon le secteur d'activité et les techniques de production mises en œuvre (biens agricoles, artisanaux, miniers, industriels, etc.). Des subdivisions supplémentaires aboutissent dans ce dernier cas aux complexes nomenclatures d'activités et de produits de la statistique économique contemporaine.

La distinction entre biens (matériels) et services (immatériels) a d'abord été considérée comme allant de soi et les théories économiques classique et marxiste ont longtemps fait prévaloir l'idée que ces derniers n'étaient pas des biens économiques parce qu'ils ne relevaient pas d'une activité productive. L'évolution économique fait une place de plus en plus importante aux services marchands, dotés de prix leur donnant une valeur d'échange et produits comme les autres biens à partir de biens et de services marchands ; ces services marchands ont donc finalement été considérés, au xxe siècle, comme des biens immatériels ; ils sont devenus une catégorie particulière, d’importance croissante, de biens économiques.

La distinction entre biens gratuits et non gratuits est apparue initialement tout aussi évidente, et l'exclusion des premiers de la catégorie des biens économiques a semblé logique, dans la mesure où ils n'avaient pas de prix et n'étaient généralement pas issus d'un processus de production économique. L'admission des services dans la catégorie des biens économiques et la prise en considération du fait que certains d'entre eux, particulièrement ceux que rendent les administrations, sont utiles et ont un coût monétaire à défaut d'avoir un prix de marché, a conduit à les ranger parmi les biens économiques, comme « services non marchands », catégorie dont la délimitation précise et les modalités d'évaluation font encore l'objet de débats.

Enfin, les progrès de l'analyse économique ont conduit à distinguer différentes catégories de biens en fonction de leurs propriétés purement économiques. La plus traditionnelle distingue les biens de consommation (satisfaisant directement les besoins humains) et les biens de production (permettant de produire d'autres biens) – parmi lesquels on distingue les biens de capital (ou capital fixe, composé de biens durables qui ne s'usent que progressivement) et les produits (ou consommations) intermédiaires immédiatement détruits (ou transformés) dès leur première utilisation dans le processus de production. Cette distinction se substitue, sans lui correspondre exactement, à la distinction plus ancienne entre capital fixe et capital circulant.

On oppose aussi les biens substituables (qui ont le même usage) aux biens complémentaires (qui doivent ou peuvent être associés dans l'usage), parce qu'ils ont des relations demande-prix différentes. Dans le premier cas, la quantité demandée d'un bien augmente si le prix de l'autre augmente ; dans le second cas, elle diminue. On distingue également les biens normaux (qui ont une relation revenu-demande normale) et les biens inférieurs, dont la demande augmente lorsque le revenu baisse.

Enfin, l'analyse économique a raffiné la distinction traditionnelle entre les biens privés (qui peuvent faire l'objet d'une appropriation individuelle) et les biens publics (ou collectifs). Les biens publics purs (comme la Défense nationale) ont trois caractéristiques : non rivalité dans la consommation (ce qu'en consomme une personne n'en diminue pas la consommation des autres), impossibilité d'exclusion (on ne peut empêcher personne de bénéficier de ces biens), impossibilité d'abstention (personne ne peut s'exclure du bénéfice de ces biens). Il en résulte qu'ils ne peuvent avoir un prix de marché normal. Ils ne peuvent donc pas être financés à partir du produit de leur vente, et les mécanismes de marché ne sont pas capables d'en générer un montant convenable. Bien que les biens publics purs soient très rares, de nombreux biens en possèdent certaines caractéristiques – ce qui suffit à faire obstacle au fonctionnement efficace des marchés, car ils génèrent des effets externes (ou externalités) dont ces derniers ne peuvent pas tenir compte.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG

photographie

William Stanley Jevons

William Stanley Jevons
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences de sciences économiques à l'université de Montpellier-I

Classification

Autres références

«  BIEN ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ACTUALISATION, économie

  • Écrit par 
  • Alain COTTA
  •  • 746 mots

Le terme actualisation désigne, en économie, un procédé qui permet de comparer l'évaluation d'un même bien ou celle des services qu'il rend en différents moments du temps. Quelle que soit l'évaluation d'un bien (prix de marché, coût de production, etc.), il est en effet très souvent nécessaire, notamment lorsqu'il s'agit d'établir des prévisions, de comparer l'évaluation de ce bien en différents m […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

CAPITAL

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 382 mots

Le mot capital peut prendre, en économie, plusieurs significations différentes. Issu du mot latin caput , « tête », il désigne d'abord celui qui dirige parce qu'il détient le pouvoir que confère l'argent. Mais ce sens premier est atténué (voire disparaît) lorsqu'on appelle capital un ensemble de biens qui sert à la production d'autres biens – ou bien quand on désigne par ce mot une somme monétair […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La nouvelle nature du commerce international »  : […] Ces différentes évolutions ont conduit à un changement drastique de la nature du commerce international, ayant pour corollaire une évolution tout aussi profonde des théories explicatives. Une partie importante du commerce international se fait à l'intérieur des firmes, entre filiales ou entre maison mère et filiales. Les prix pratiqués sont alors conventionnels, même si des réglementations existen […] Lire la suite

COMMERCIAL DROIT

  • Écrit par 
  • Yves GUYON
  •  • 5 739 mots

Dans le chapitre « Les biens en droit commercial »  : […] Le droit commercial ne se préoccupe guère des immeubles, parce que ceux-ci, en raison de leur nature même, ne font l'objet que de transactions peu fréquentes. Tout au plus l'achat de terrains en vue de les revendre en l'état, c'est-à-dire sans y avoir construit, est-il un acte de commerce depuis une loi du 9 juillet 1970. Le domaine d'élection du droit commercial est celui des meubles. Les meubles […] Lire la suite

COMPTABILITÉ - Comptabilité financière

  • Écrit par 
  • Bernard COLASSE
  •  • 4 245 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évaluation des biens en comptabilité : coût historique et juste valeur »  : […] Ce qui distingue la comptabilité d'autres instruments de comptage, c'est qu'elle repose sur l'évaluation en monnaie. Celui qui compte le nombre des boîtes de conserve de toutes sortes posées sur les étagères d'une épicerie fait du pur comptage. Par contre, s'il donne à chacune de ces boîtes une valeur et calcule par sommation la valeur de l'ensemble, il fait de la comptabilité. Le problème de l'é […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Concurrence monopolistique et différenciation des biens »  : […] Les biens offerts sur un même marché sont rarement homogènes, rigoureusement interchangeables. Leurs différences résultent d'une politique de production délibérée. Les offreurs souhaitent souvent se distinguer les uns des autres pour capter une clientèle, la fidéliser. Et les concurrents vantent leurs produits en termes de qualité et de performances d'utilisation pour conquérir et défendre des mi […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « La science des richesses »  : […] L'ouvrage d' Adam Smith, La Richesse des nations , suggère une première définition de l'objet de la connaissance économique. Pourquoi n'y aurait-il pas, en effet, une science des richesses, comme il y a une science de la lumière, des astres ou des végétaux ? La difficulté est de savoir ce qu'est une richesse. Des biens matériels d'abord, mais aussi des services nécessaires à l'existence, voire au […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le producteur et le consommateur »  : […] Le consommateur retire de la consommation de chaque bien une satisfaction, ce que l'économiste appelle l'utilité du bien. Comme il y a un effet de saturation, la satisfaction procurée par la consommation d'une unité supplémentaire de bien est de moins en moins importante. Par ailleurs, en regard de chaque acte de consommation, il faut mettre le désagrément du prix à payer pour acquérir le bien […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX
  •  • 6 153 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « John Dales et l'échange de droits de propriété »  : […] Dales (1968) attribue l'existence des externalités à une cause exclusive : l'absence ou la mauvaise définition des droits de propriété sur les biens. Les externalités, qui sont des interactions hors échange marchand, correspondent à une carence des droits de propriété sur le capital naturel. On peut voir là une reprise de l'idée des classiques (développée notamment par Jean-Baptiste Say) considér […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-21 juillet 2020 Royaume-Uni. Publication d'un rapport parlementaire sur les ingérences russes.

bien intégrés dans le monde politique et économique britannique ».  […] Lire la suite

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

économique et de « bien commun » de la santé. Le 14, le président de Sanofi, Serge Weinberg, démentira les propos tenus par Paul Hudson. Le 13 également, les « brigades » d’agents de l’assurance-maladie entament les opérations de traçage des personnes infectées par le SARS-CoV-2 et celles ayant été en contact avec elles, afin d’identifier les chaînes […] Lire la suite

2-24 octobre 2018 Turquie – Arabie Saoudite. Disparition du journaliste Jamal Khashoggi.

économique Future Investment Initiative organisé à Riyad du 23 au 25. Le 20, Riyad admet que Jamal Khashoggi a bien été tué lors d’une bagarre dans le consulat saoudien d’Istanbul. Les autorités annoncent l’arrestation des protagonistes de cette opération, qui auraient agi à leur seule initiative. Le 23, alors que les Occidentaux déclarent attendre […] Lire la suite

12-18 août 2017 États-Unis. Controverse sur la réaction du président Donald Trump au drame de Charlottesville.

économique, à la suite de la démission, depuis ses propos de la veille, de nombre de leurs membres, chefs d’entreprises et syndicalistes. Le 17, le président Trump défend sur Twitter, en invoquant des raisons culturelles et esthétiques, les monuments en hommage aux Confédérés dont plusieurs villes et États du sud du pays décident le retrait. Le 18, […] Lire la suite

15-16 février 2017 Union européenne – Canada. Ratification du CETA par le Parlement européen.

économique et commercial global (AECG, ou Comprehensive Economic and Trade Agreement, CETA en anglais) entre l’Union européenne (UE) et le Canada, par 408 voix contre 254 et 33 abstentions. Le groupe Socialistes et démocrates se divise sur ce texte globalement approuvé par la droite et rejeté par les écologistes et les extrêmes, à droite et à gauche […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc PÉNIN, « BIEN ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-economique/