BIÉLORUSSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Biélorussie, Bélarus (BY)
Chef de l'État et du gouvernementAlexandre Loukachenko (depuis le 20 juillet 1994). Premier ministre : Roman Golovchenko (depuis le 4 juin 2020)
CapitaleMinsk
Langues officiellesbiélorusse, russe
Unité monétairerouble biélorusse (BYR)
Population9 324 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)207 595

Histoire

La période médiévale et l'émergence des premières principautés

L'État biélorusse n'est pas une création du xxe siècle. Son histoire est déjà ancienne. Les premières principautés locales apparurent au sein de la principauté de Kiev, à la fin du xe siècle, notamment autour de Polotsk. Dès cette époque, les villes de Pinsk, Slutsk et Turov, et dans une moindre mesure celle de Minsk, étaient des centres importants, mais moins rayonnants que Kiev et Novgorod. Entre ces deux pôles antagonistes, les petites principautés locales réussirent peu à peu à affirmer leur autonomie politique et leur originalité culturelle. Cette situation fut confirmée au xiiie siècle avec l'arrivée des Mongols, qui conquirent une partie de l'ancienne principauté de Kiev et les principautés situées sur le territoire de la Russie actuelle. L'actuelle Biélorussie fut relativement épargnée, ce qui permit à Pinsk et Turov de gagner définitivement une indépendance qu'elles possédaient déjà de fait.

Dès cette époque, les princes locaux, en perpétuelle rivalité pour le trône de Polotsk, commencèrent à employer des guerriers baltes, principalement lituaniens, dans le cadre de leurs luttes intestines. Ces derniers connaissaient bien le pays pour y avoir mené déjà de nombreuses razzias. Ils s'imposèrent peu à peu et réussirent finalement à exercer des fonctions princières à Polotsk (1262), Smolensk et Vitebsk (1264). Ainsi, le prince Mendog réussit à constituer un État à cette époque, situé à la jonction des zones de peuplement lituanien et biélorusse, autour d'une capitale située à Novogrudok. Il se convertit au catholicisme en 1252 et se proclama roi de la Litva ou Lituanie, appellation qui désignait alors un territoire aux confins de l'actuelle Biélorussie occidentale et de la Lituanie orientale. Ses successeurs parvinrent à consolider son œuvre et à renforcer le jeune État face aux Mongols.

Au xive siècle, l'État lituanien englobait ainsi la majorité des principautés biélorusses et le nord-ouest de l'Ukraine actuelle. Sa capitale était alors Vilna (actuelle Vilnius), où se côtoyaient Livoniens et Samogitiens (peuples baltes résidant dans l'actuelle Lituanie), Biélorusses, Ruthènes, Lettons, Allemands et Polonais. À la fin du siècle, le grand-duché de Lituanie s'étendait sur l'ensemble des terres biélorusses et sur une grande partie de l'Ukraine actuelle. Les souverains lituaniens avaient en outre réussi à stopper la progression des chevaliers Teutoniques au nord.

Afin de contenir l'expansion de la Moscovie, à l'est, et celle des chevaliers Teutoniques, au nord, les grands-ducs finirent par ressentir la nécessité de se rapprocher d'États voisins. Le grand-duc Jagellon se convertit au catholicisme et épousa en 1386 la princesse Hedwige, héritière de Pologne. Au sein du nouvel État ainsi constitué, le royaume de Pologne et le grand-duché de Lituanie restèrent indépendants, unis seulement de façon nominale par l'existence d'un souverain commun. Toutefois, on constate dès cette époque un net rapprochement culturel et institutionnel entre les deux États. Dans ce très vaste territoire qui s'étendait de la mer Baltique à la mer Noire, les souverains menèrent une politique de tolérance religieuse. Le grand-duché était alors une mosaïque culturelle où les aristocraties catholiques et orthodoxes jouissaient de statuts égaux et où la liberté de culte était réelle.

De l'Union avec la Pologne à la russification

Face à la Moscovie de plus en plus puissante à l'est, les noblesses polonaise et lituanienne obtinrent l'Union des deux États en 1569. Ce fut l'union de Lublin, qui donna naissance à la République polono-lituanienne, dotée d'un Parlement commun. Mais les armées et les finances restèrent séparées. Au sein de ce nouvel ensemble, l'influence de la culture polonaise et du catholicisme fut renforcée, principalement parmi les élites. La diversité culturelle fut accentuée encore avec l'arrivée de la réforme protestante, au xvie siècle, et avec la diffusion de l'imprimerie sous l'impulsion de l'humaniste Francisk Skorina. De nombreux nobles orthodoxes se convertirent au protestantisme, mais passèrent ensuite au catholicisme au xviie siècle lors de la Contre-Réforme, qui fut diffusée principalement par les jésuites. Ils amplifièrent ainsi le processus de polonisation de la société.

Parallèlement, une partie de la haute hiérarchie orthodoxe demandait une réforme profonde. C'est pourquoi, en 1596, un synode d'évêques orthodoxes réuni à Brest-Litovsk proclama la création de l'Église orthodoxe de Lituanie et de Pologne, et placèrent cette nouvelle Église sous l'autorité spirituelle du pape de Rome. Ce fut l'acte de naissance de l'Église catholique de rite oriental, plus communément appelée Église uniate. Cette création était aussi une réponse politique des rois de Pologne à la création du patriarcat de Moscou par les souverains moscoviens. Ces derniers souhaitaient faire de leur capitale la troisième Rome, en raison de la chute de Constantinople en 1453. L'uniatisme se diffusa difficilement dans les régions orientales de la Biélorussie et de l'Ukraine actuelles, qui ne reconnurent pas l'autorité du pape. La paysannerie, de plus en plus marginalisée par l'extension du servage, resta majoritairement orthodoxe jusqu'au xviiie siècle. Un antagonisme socio-religieux se développa ainsi entre l'élite nobiliaire, souvent polonisée, et la paysannerie, contribuant au lent déclin de la République.

Ce déclin, commencé en réalité dès le xviie siècle, fut illustré par les incursions de plus en plus fréquentes d'armées étrangères sur le territoire polono-lituanien, en particulier de l'armée moscovienne. Cette dernière, qui avait déjà atteint Minsk en 1654, s'empara de Smolensk en 1667. Le lent déclin politique de la République trouva son point d'achèvement à la fin du xviiie siècle, avec ce qu'on appelle usuellement les trois partages de la Pologne, en réalité de la République polono-lituanienne, en 1772, 1793 et 1795. Les terres biélorusses furent ainsi intégrées dans l'empire russe et firent l'objet d'intenses campagnes de russification, en particulier sous les règnes de Catherine II, de Nicolas Ier et de Nicolas II. En 1839, les uniates, devenus entre-temps majoritaires dans la population, furent contraints de se convertir à l'orthodoxie et l'Église uniate fut officiellement dissoute. La russification fut en partie responsable des révoltes polonaises de 1830 et 1863, qui touchèrent une partie de la Biélorussie actuelle. Ces révoltes hâtèrent l'abolition du servage (1861), qui était conçue comme une mesure de rétorsion du tsar à l'encontre de l'aristocratie terrienne, polonaise ou polonisée, de l'ancienne République.

La russification n'empêcha pas l'émergence de partis politiques contestataires ni d'un mouvement national, porteur d'une première conscience identitaire, au début du xxe siècle. C'est à Minsk qu'eut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Biélorussie : carte physique

Biélorussie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Biélorussie : drapeau

Biélorussie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : doctorante à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  BIÉLORUSSIE  » est également traité dans :

BIÉLORUSSIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ALEXIEVITCH SVETLANA (1948- )

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 056 mots
  •  • 1 média

« Je n’écris pas l’histoire nue et sèche d’un fait ou d’un événement, j’écris l’histoire des sentiments. » Ainsi Svetlana Alexievitch caractérise-t-elle sa démarche créatrice. Journaliste et écrivain biélorusse d’expression russe, née en 1948 à Ivano-Frankivsk en Ukraine, d’un père biélorusse et d’une mère ukrainienne et ayant grandi en Biélorussie, elle est un exemple du mélange de cultures har […] Lire la suite

BYKOV VASSIL (1924-2003)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 160 mots

Écrivain biélorusse. Vassil Bykov est âgé de dix-sept ans lorsqu'il se porte volontaire dans l'armée en tant qu'artilleur. Ses premiers romans relatent son expérience de la Seconde Guerre mondiale dont il n'hésite pas à décrire les aspects les moins glorieux : Les morts ne souffrent pas (1966), Sotnikov (1970), La Meule des loups (1974), Le Signe du malheur (1983). Ces récits sans complaisanc […] Lire la suite

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des partenaires aux intérêts divergents engagés dans des coopérations à géométrie variable »  : […] Les pays membres de la C.E.I. présentent une grande diversité de poids économique, démographique et territorial (tableau 1) . Ils n'ont pas tous les mêmes intérêts. On distingue généralement trois groupes de pays : – Les « intégrationnistes ». C'est la Biélorussie qui va le plus loin, en acceptant, voire demandant, une union avec la Russie, effectivement consacrée en plusieurs étapes entre avril 1 […] Lire la suite

DNIEPR

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 568 mots
  •  • 1 média

Long de 2 285 kilomètres et drainant un bassin de 504 000 kilomètres carrés, le Dniepr (le Borysthène des anciens Grecs) se classe en Europe au quatrième rang derrière la Volga, le Danube et l'Oural ; mais son débit moyen à l'embouchure (1 700 m 3 /s) reste sensiblement inférieur à celui de la Petchora, de la Dvina du Nord et même de la Néva. Le Dniepr traverse successivement la Russie sur 485 kil […] Lire la suite

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 817 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une politique géostratégique multivectorielle »  : […] La politique étrangère du président kazakh consiste, tout en s'alignant sur les propositions russes en matière d'union économique et de défense (traité de sécurité collective et union douanière au sein de la C.E.I., Organisation de coopération de Shanghai, Communauté économique eurasiatique, EurAzEC [EurAsianEconomicCommonwealth]), à ouvrir son pays à d'autres formes de coopération culturelle et […] Lire la suite

LOUKACHENKO ALEXANDRE (1954- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 655 mots

Homme politique biélorusse, président de la République depuis 1994. Né le 30 août 1954 à Kopys, dans l'oblast de Vitebsk (Nord-Est), Alexandre Loukachenko effectue ses études à l'Institut d'enseignement de Moguilev et à l'Académie d'agriculture de Biélorussie. Dans les années 1970, il occupe le poste d'instructeur politique et sert dans l'armée durant cinq ans. Il est actif au sein des organisatio […] Lire la suite

MINSK

  • Écrit par 
  • Yann RICHARD
  •  • 536 mots
  •  • 1 média

La ville de Minsk apparaît pour la première fois dans une chronique du xi e  siècle. Centre d'une principauté dès le xii e  siècle, elle se trouva par la suite englobée tour à tour dans la principauté de Kiev, dans le grand-duché de Lituanie, dans la république polono-lituanienne et dans l'empire de Russie. Elle devint enfin la capitale de la république populaire de Biélorussie en 1918, puis, l'a […] Lire la suite

NESTERENKO VASSILI (1934-2008)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 933 mots

Le physicien biélorusse Vassili Borissovitch Nesterenko restera dans l'Histoire comme un ardent défenseur des victimes de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Né le 2 décembre 1934, dans le village de Krasny Kout, dans la province de Lugansk, en Ukraine, Nesterenko est diplômé de l'université de technologie de Moscou en 1958 puis suit les cours supérieurs de l'Institut des moteurs de l'Académi […] Lire la suite

TCHERNOBYL

  • Écrit par 
  • François-Xavier COGNÉ, 
  • Roland MASSE
  •  • 6 536 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le devenir de la centrale de Tchernobyl »  : […] L'arrêt définitif du dernier réacteur de la centrale de Tchernobyl, le 15 décembre 2000, constitue une étape importante dans la diminution des risques que cette installation continue de faire courir aux populations et à l'environnement. Il n'a pu être obtenu qu'après de longues discussions entre les autorités ukrainiennes et différentes instances internationales, notamment le G7 (groupe des sept […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 août 2021 Ukraine – Biélorussie. Mort d'un opposant biélorusse à Kiev.

L’opposant biélorusse exilé en Ukraine Vitali Chichov, cofondateur de l’ONG La Maison des Biélorusses en Ukraine qui vient en aide aux Biélorusses fuyant leur pays, est retrouvé pendu dans un parc proche de son domicile, dans la banlieue de Kiev. Il était également impliqué dans l’organisation de marches de protestation, dans la capitale ukrainienne […] Lire la suite

1er août 2021 Biélorussie – Japon. Demande d'asile d'une athlète biélorusse.

L’athlète biélorusse Kristina Timanovskaïa, qui participait aux jeux Olympiques à Tōkyō, se place sous la protection de la police japonaise et du Comité international olympique (CIO) alors qu’elle était sur le point d’être rapatriée de force, quelques jours après avoir critiqué dans une vidéo la fédération d’athlétisme de son pays. Le lendemain,  […] Lire la suite

6 juillet 2021 Biélorussie. Condamnation de Viktor Babaryko.

L’ancien banquier Viktor Babaryko, rival du président Alexandre Loukachenko à l’élection d'août 2020, qui avait été arrêté avant le scrutin, est condamné pour corruption à quatorze ans de prison et au versement de lourds dommages et intérêts. Alors que Minsk a annoncé en juin la suspension de sa participation au Partenariat oriental de l’Union européenne […] Lire la suite

23-31 mai 2021 Biélorussie – Russie. Enlèvement de l'opposant Roman Protassevitch.

Biélorussie. Le 28, le président Alexandre Loukachenko rencontre son homologue russe Vladimir Poutine à Sotchi pour évoquer le renforcement de l’« intégration » des deux pays prévue par le traité sur la création de l'Union de la Biélorussie et de la Russie signé en décembre 1999. Le 31, le FSB russe arrête l’opposant russe Andreï Pivovarov, dans  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yann RICHARD, Ioulia SHUKAN, « BIÉLORUSSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bielorussie/