BRITTEN BENJAMIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le chant d'un homme seul »

Britten, le musicien, a la nostalgie permanente de la poésie, même lorsqu'il se penche, comme en marge de ses hantises, avec Albert Herring (1947), sur l'histoire du Rosier de Mme Husson de Maupassant, ou bien sur le vieil Opéra des gueux de John Gay et John Christopher Pepusch, et, bien entendu, lorsqu'il compose, pour des collégiens encore, Faisons un opéra (1949) et L'Arche de Noé (1957). Et lorsque son secret est au centre d'une œuvre, chaque fois un grand exemple poétique s'y trouve lié : pour Peter Grimes, le livret de Montagu Slater est extrait d'un vaste poème, datant de 1810, de George Crabbe ; pour Le Viol de Lucrèce, Roland Duncan transcrira la pièce d'André Obey ; pour Billy Budd, Edward Morgan Forster et Eric Crozier adapteront le roman de Herman Melville ; pour Le Tour d'écrou et pour Owen Wingrave, l'inspirateur de Myfanwy Piper et du musicien sera Henry James, le génial précurseur de Proust, de James Joyce, d'Arthur Schnitzler et de Freud ; pour Mort à Venise enfin, la nouvelle de Thomas Mann. La poésie, toujours, débouche sur la sonde des âmes, par la voie de la musique.

Né à la musique au moment où Stravinski et Schönberg, ce dernier surtout, la révolutionnent, Britten va obstinément son propre chemin. Obstinément ? Non, à la réflexion ; plutôt avec un parfait naturel. Il aime Debussy, il aime Moussorgski, il aime le chant italien ; il leur restera fidèle. Il aime la musique ancienne, et il lui rendra maintes fois hommage. Il aime la richesse inépuisable des modes du Moyen Âge, du chant des troubadours, du chant grégorien. Il aime le chant fruité des instruments d'autrefois. Lorsqu'il ira chercher son inspiration dans Shakespeare, ce sera dans Le Songe d'une nuit d'été, et sa musique sera celle de l'époque élisabéthaine, si douce et si limpide parmi les horreurs du temps. De la façon la plus simple et la plus directe, il dira ses angoisses, calmera ses démons. Il ne reniera jamais ceux qu'il considère comme ses exemples et ses maîtres, mais ne les imitera jamais non plus, s'en appro [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Benjamin Britten et Peter Pears

Benjamin Britten et Peter Pears
Crédits : Gerti Deutsch/ Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Peter Pears et Benjamin Britten

Peter Pears et Benjamin Britten
Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Alfred Deller

Alfred Deller
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : critique musical
  • : critique des revues Opéra, Avant-Scène, réalisateur de l'exposition Benjamin Britten aux Opéras

Classification


Autres références

«  BRITTEN BENJAMIN (1913-1976)  » est également traité dans :

BRITTEN BENJAMIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 842 mots

22 novembre 1913 Edward Benjamin Britten naît à Lowestoft, sur la côte du Suffolk, dans l'est de l'Angleterre.6 mars 1934 La Simple Symphony, pour orchestre à cordes, opus 4, est créée à Norwich, sous la direction du compositeur. […] Lire la suite

PETER GRIMES (B. Britten)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 335 mots

Lorsque Peter Grimes de Benjamin Britten est créé avec un succès éclatant au Sadler's Wells Theatre de Londres le 7 juin 1945, sous la direction de Reginald Goodall, avec, dans les deux rôles principaux, Peter Pears (Peter Grimes) et Joan Cross (Ellen Orford), c'est un triomphe personne […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Autour de Britten et de Tippett »  : […] Ce double courant était déjà manifeste chez Herbert Howells, Arthur Bliss, William Walton, Benjamin Britten, d'une part, Elisabeth Lutyens, Humphrey Searle, Cornelius Cardew, d'autre part. Howells (1892-1983) s'illustre surtout dans la musique d'église. L'œuvre de Bliss (1891-1975), fort ouverte, brille surtout à l'orchestre ( Music for Strings , Concerto pour violon , Concerto pour piano ), aux c […] Lire la suite

BAKER JANET (1933- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 325 mots

Son phrasé, son expressivité, sa présence scénique et l'homogénéité exceptionnelle de sa voix ont fait de la mezzo-soprano anglaise Janet Baker une des plus grandes interprètes de son temps. Son répertoire, extrêmement vaste, s'étend de la musique de l'âge baroque à Richard Strauss et Benjamin Britten. Janet Abbott Baker naît le 21 août 1933, à Hatfield, dans le Yorkshire. Elle étudie le chant à L […] Lire la suite

BERKELEY LENNOX (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 480 mots

« Compositeur anglais appartenant à la même génération que Walton et Tippett, [Lennox Berkeley] ne s'inscrit pas de manière évidente dans les traditions nationales représentées par ces derniers ou, auparavant, par Elgar et Vaughan Williams. C'est en partie en raison de son ascendance française et de ses affinités avec la France, qui le font sembler plus proche de Fauré, ou de Ravel et de Poulenc, […] Lire la suite

FERRIER KATHLEEN (1912-1953)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 784 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Have mercy, lord, on me » »  : […] Kathleen Mary Ferrier naît le 22 avril 1912 à Higher Walton, un village situé près de Preston (Lancashire, Angleterre), dans une famille modeste – son père est maître d'école – mais férue de musique (sa sœur aînée, Winifred, écrira la première biographie d'importance de la grande chanteuse). À l'âge de quatorze ans, Kathleen doit quitter l'école et travailler à la Poste pour aider financièrement s […] Lire la suite

ORATORIO

  • Écrit par 
  • Carl de NYS
  •  • 2 608 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution et style »  : […] L'oratorio est donc essentiellement italien et romain, par ses origines comme par son contexte liturgique. Au cours de la seconde moitié du xvii e  siècle, l'oratorio perd son caractère fonctionnel lié à la pratique religieuse ; il se transforme en un genre musical autonome qui joue un rôle dans la vie musicale, suppléant par exemple à l'opéra pendant les « temps clos » où les autorités ecclésias […] Lire la suite

PEARS PETER (1910-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 942 mots
  •  • 2 médias

Le nom de Peter Pears reste indissociable de celui de Benjamin Britten , dont il fut le compagnon et l'interprète favori, créant la plupart de ses opéras ou de ses œuvres vocales, qui avaient généralement été composés pour sa propre voix. De son vrai nom Neville Luard, Peter Pears voit le jour à Farnham (Surrey) le 22 juin 1910. Il étudie le piano et l'orgue et devient organiste intérimaire au Her […] Lire la suite

PLOMER WILLIAM (1903-1973)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 471 mots

Homme de lettres (poète, romancier, nouvelliste, mémorialiste et librettiste) sud-africain, né le 10 décembre 1903 à Pieterburg dans le Transvaal, mort le 21 septembre 1973 à Lewes, près de Brighton (Angleterre). William Plomer passe son enfance en Angleterre avant de rentrer en Afrique du Sud avec sa famille après la Première Guerre mondiale. Son expérience d'apprenti dans une ferme isolée dans l […] Lire la suite

ROLFE JOHNSON ANTHONY (1940-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 835 mots

Le ténor britannique Anthony Rolfe Johnson a mis sa voix ainsi que ses remarquables dons d'acteur au service d'ouvrages lyriques allant de Bach et Haendel – « [il] fut d'abord, surtout et pour jamais LE ténor handélien » (Ivan A. Alexandre) – à Britten, en passant par Mozart. Né le 5 novembre 1940, à Tackley (Oxfordshire), Anthony Rolfe Johnson opte d'abord pour le métier de fermier, dans le West […] Lire la suite

SHIRLEY-QUIRK JOHN (1931-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 301 mots

La réputation de John Shirley-Quirk, chanteur d’opéra à la voix de baryton-basse, fut étroitement associée à une série de rôles créés pour lui par le compositeur Benjamin Britten. Il naît le 28 août 1931 à Liverpool. Il obtient un diplôme de chimie (1952) à l’université de Liverpool et enseigne cette matière jusqu’en 1961, date à laquelle il démissionne pour se consacrer pleinement à la musique. […] Lire la suite

TEAR ROBERT (1939-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 446 mots

Le ténor gallois Robert Tear fut un des plus remarquables interprètes des ouvrages lyriques de Benjamin Britten et de Michael Tippett, ainsi que de nombreuses pièces vocales anglaises, en particulier de John Dowland, Henry Purcell, Ralph Vaughan Williams, Edward Elgar... Il excellait dans les rôles de caractère que Britten avait écrits à l'origine pour le ténor Peter Pears. Robert Tear naît le 8 m […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine GOLÉA, Charles PITT, « BRITTEN BENJAMIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-britten/