FIDELIO (L. van Beethoven)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Unique opéra de Ludwig van Beethoven, Fidelio connut une genèse difficile, qui explique peut-être qu'en dépit de ses traits de génie, certains, mettant en doute le sens dramatique du compositeur, le jugent imparfaitement réussi. Le livret est une traduction et une adaptation par Joseph von Sonnleithner d'un drame du Français Jean-Nicolas Bouilly, Léonore, ou l'Amour conjugal, déjà mis en musique par Pierre Gaveaux en 1798. Commencée au début de 1804, une première version de l'œuvre, en trois actes, est achevée durant l'été de 1805 et créée le 20 novembre de la même année – douze jours avant Austerlitz –, au Theater an der Wien de Vienne, sous la direction du compositeur, avec la soprano Anna Milder-Hauptmann (Leonore) et le ténor Friedrich Christian Demmer (Florestan) ; elle essuie un échec et ne connaît que trois représentations devant un public composé en majorité d'officiers français, dans une ville qui vient d'être occupée par les troupes de Napoléon. Beethoven se résout à remanier son œuvre avec l'aide du poète Stephan von Breuning ; cette deuxième version, condensée en deux actes, est représentée deux fois au Theater an der Wien, les 29 mars et 10 avril 1806 ; c'est encore Anna Milder-Hauptmann qui chante Leonore mais Demmer a été remplacé par Joseph Röckel ; le succès est là mais le public est cependant trop clairsemé. Devant les critiques du baron Peter von Braun, directeur des théâtres de la cour, Beethoven décide de retirer son ouvrage. Huit ans s'écouleront avant qu'il n'accepte de remanier une nouvelle fois son opéra, avec le librettiste Georg Friedrich Treitschke ; cette troisième version, en deux actes, est créée le 23 mai 1814 au Kärntnertortheater de Vienne, toujours avec Anna Milder-Hauptmann et un ténor italien nommé Radichi dans le rôle de Florestan ; Pizarro est chanté par le baryton Johann Michael Vogl, qui sera l'ami et l'interprète favori de Schubert. C'est cette version définitive qui est aujourd'hui le plus couramment représentée.

Sena Jurinac

Sena Jurinac

Photographie

Invitée à Covent Garden par le chef d'orchestre Otto Klemperer en 1961, la soprano yougoslave Sena Jurinac est Léonore dans Fidelio, l'opéra de Beethoven (1770-1827). Face à elle, Jon Vickers tient le rôle de Florestan. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À ces différentes [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, assistant à l'université Marc Bloch (Strasbourg), critique musical

Classification

Pour citer l’article

Timothée PICARD, « FIDELIO (L. van Beethoven) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fidelio/