MURILLO BARTOLOMÉ ESTEBAN (1618-1682)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des bergers, Murillo

L'Adoration des bergers, Murillo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Immaculée Conception, B. Murillo

L'Immaculée Conception, B. Murillo
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Bartolomé Esteban Murillo

Bartolomé Esteban Murillo
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


Murillo, peintre sévillan, a joui d'une renommée internationale du début du xviiie siècle jusqu'à plus de la seconde moitié du xixe. Il fut pratiquement à cette époque l'unique maître de la peinture espagnole connu à l'étranger. Aujourd'hui, pourtant, il est tombé dans un relatif oubli.

Murillo, dont la biographie figure un an après sa mort dans le livre Teutsche Academie de Joachim von Sandrart, le Vasari allemand, fit sont entrée au xviiie siècle dans toutes les collections de l'aristocratie anglaise, et de tous les peintres espagnols ce fut celui qui tenta le plus les maréchaux de Napoléon au moment de l'invasion française en Espagne. Cela tient à ce que son art, tendre et délicat, préfigurait le rococo et un certain sens académique qui domina le goût des collectionneurs jusqu'à l'apparition de l'impressionnisme.

Un peintre sévillan

Séville – où naquit Bartolomé Esteban Murillo et où se déroula toute son activité artistique – avait été au xvie siècle un des centres les plus cosmopolites d'Europe ; ce n'était plus, vers le milieu du xviie siècle, époque de décadence économique et politique de l'empire espagnol, qu'un centre provincial sans grande vitalité. La ville, dont l'école picturale comptait des noms comme Francisco de Zurbarán, Diego Velázquez et Juan de Valdés Leal, trouva avec Murillo l'expression d'une étape plus attachée à des valeurs traditionnelles. Adaptée au goût de la clientèle des couvents et du chapitre de la cathédrale, des aristocrates et des commerçants aisés, moins puissante que celles du siècle précédent, la peinture de Murillo est liée à une société qui se replie progressivement sur elle-même. Murillo, dont la vie modeste compte peu de faits saillants à l'exception des changements de domicile et des événements familiaux, sut créer, grâce à ses qualités de très bon peintre, les archétypes inspirés de la société qui [...]

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran

La Défense de Cadiz, F. de Zurbaran

Photographie

Francisco de Zurbaran, La Défense de Cadiz ou Le Secours de Cadiz.1634. Huile sur toile. Musée du Prado, Madrid. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MURILLO BARTOLOMÉ ESTEBAN (1618-1682)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de la peinture andalouse »  : […] Par un curieux décalage entre l'art et l'histoire, qui a été maintes fois signalé, c'est au xvii e  siècle seulement que la peinture andalouse connut son véritable âge d'or, grâce surtout à l'éclatante fécondité de Séville. Très rapidement, l'école était parvenue à la maturité, moins par l'action de Pacheco (1564-1654), qui fut surtout le théorici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_25165

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La Péninsule »  : […] Le cas de l'Espagne est particulier : la Péninsule, placée tout entière – après 1580 avec le Portugal – sous la puissante et impérieuse autorité des grands Habsbourg : Charles Quint, plus flamand qu'allemand, et Philippe II qui semble incarner l'hégémonie espagnole sur le monde, demeure une juxtaposition de provinces, riche chacune de son propre passé. La Renaissance y rencontre donc de fortes tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_25165

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] Alors que le xvi e siècle avait connu une prodigieuse expansion grâce à l'arrivée des richesses d'Amérique, le siècle suivant représente une période de dépression, d'inflation, de banqueroutes et d'épidémies meurtrières. La reprise ne s'effectua qu'après l'accession des Bourbons au trône : un dynamisme nouveau de l'État provoqua alors le réveil p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_25165

Voir aussi

Pour citer l’article

Antonio BONET-CORREA, « MURILLO BARTOLOMÉ ESTEBAN - (1618-1682) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartolome-esteban-murillo/